samedi 4 novembre 2017

LA ROUE COSMIQUE VI

Merci Adélita...   Il y a la beauté que nous pouvons voir, Ou bien entendre — que ce soit dans la nature Où en tant qu’art ; puis dans l’espace de la pensée : Au pays de la poésie, sur la trace des dieux. Chaque mode de conscience spirituelle a Un élément de beauté que nous percevons ; Puisse la bénédiction qui rayonne de l’Esprit Jouer sur les cordes de harpe de notre âme.   .     FRITHJOF SCHUON   .       Oeuvre Gérald Bloncourt www.bloncourtblog.net       ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

vendredi 3 novembre 2017

L'ENFANCE LUCIDE...Extrait

Mes poches craquent de montagnesJe porte l’océanle vent et la douceurla violence des rougeset le tourment des eauxLa rumeur des courées et le cri des étoilesme pèsent dans les yeuxLe rire des chevaux et le poids d’une enfance meretiennent au paysJe n’irai pas bien loinDites à la lumière qu’elle ne m’attende pas. . ARLETTE CHAUMORCELin L’enfance lucide anthologieUnimuse, 1989   .     Oeuvre Philippe Charpentier    
Posté par emmila à 11:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 1 novembre 2017

ANECDOTES

En ce jour saint comme en d'autres je pense à Simon Paul et Léontine, mes chers père et mère - Henri-Louis Pallen . Mon père parlait aux grives, aux merles, aux moineaux et il avait une main droite qui savait tout faire, des objets petits ou grands, avec ingéniosité. Bricoler, comme susciter le chant d’une guitare. Ma mère aimait le café bien frais, c’est-à-dire chaud qu’elle sucrait rarement, avec du miel de lavande, ses yeux s’émerveillaient devant les roses du jardin. Elle avait des robes élégantes, elle était... [Lire la suite]
mercredi 1 novembre 2017

MIROIR POUR UNE QUESTION

J’ai questionné et on m’a ditLa branche couverte de feuest oiseauOn m’a dit que mon visage était la houleEt le visage du monde miroirspeine du matin, phareJe suis venuEncre était le monde sur ma routePhrase tout frémissementJ’ignorais qu’entre nousun pont était jeté – fouléesde flammes et prophétiesUn pont de fraternitéEt j’ignorais que mon visageétait vaisseauNaviguant dans une étincelle   .     ADONIS .
Posté par emmila à 19:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 29 octobre 2017

OCTOBRE

Voici l’odeur totale du matin. Le jasmin endormi. La sueur du soleil. J’avale l’écorce du monde. La terrestre présence. Entre mes vertèbres descend le venin de l’hiver. Je touche le temps pour accéder à sa légende. Je suis le chemin d’herbe coupée, les pétales mourants des roses. C’est l’automne dans le tambour des labours. Il y a comme un souffle fatigué dans les branches, une libellule attardée, des coups de hache près d’un lointain bûcher. Là-bas on brûle des feuilles mortes pour l’appétit des chaumes. L’écureuil disparaît dans la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 23 octobre 2017

L'HOMME, LA PAIX ET LES LARMES...Extrait

N’oublions pas que les premiers poètes et les premiers imagiers ont été d’instinct les chantres des sources, des gerbes, des faucilles, des charrues et des poteries. Ce n’est point que l’abstraction manquât de leur temps. Non, les richesses inscrites et comme fumantes dans le spectacle des choses leur semblaient suffire à tout emportement de plus haute essence. Aussi ce ne sont ni les peintres ni les poètes qui ont rompu toutes relations avec les simples, mais les ministres, mais ceux qui croient que la conception, les spirales de la... [Lire la suite]

dimanche 22 octobre 2017

PATRICK CHEMIN...EXTRAIT

Nous sommes laissés à l’abandon par l’espérance déçue et la réalité frontale des pierres. La pluie partage la rumeur du vallon en deux. Et contre la mousse des troncs sont adossées les chimères et les amours parfaites. Ce sont des eaux anciennes qui dictent la mémoire troublée de la source. Ainsi, c’était hier, nous étions heureux d’échanger et d’échanger encore, de changer, d’échanger le mystère de notre différence. Quel est ce nuage porteur des hivers précoces. Qui est celui qui rit dans la coulisse, qui se moque du silence... [Lire la suite]
samedi 14 octobre 2017

BRANCHES BASSES

 Instant qui veut durer mais sans savoir Tirer éternité des branches basses Qui protègent la table où clairs et ombres Jouent, sur ma page blanche de ce matin.   Autour de ces deux arbres d’abord l’herbe, Puis la maison, puis le temps, puis demain Pour ouvrir à l’oubli, qui déjà dissipe Ces fruits d’hier tombés près de la table.   Là-bas est loin. Toutefois, c’est surtout Ici et maintenant qui sont inaccessibles, Plus simple est de rentrer dans l’avenir   Avec, pour tout à l’heure, quelque peu De ce... [Lire la suite]
samedi 14 octobre 2017

IL FAUT DE LA MUSIQUE

Il faut de la musique aux ventres Des arbres pleins d’âmes Des bouquets de blondeurs à vous couper les reins   Il faut de la musique aux seins Sur tous les fleuves où se déplie l’audace Où se diluent les larmes sans caresses Où se meuvent jardins et vitraux   Il faut de la musique à notre peau Nos mots Des ailes adoucies de pervenches au comble de tout geste galbé A la mouvance de nos hanches guidées par quelque cœur venu de l’étranger   Il faut de la musique aux mains Ces lieux de sortilège unique qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
samedi 14 octobre 2017

LES VOISINAGES DE VAN GOGH...Extrait

Ce pays au ventre de cigale nous était pleinement communiqué par une main et un poignet. De quelle fournaise et de quel paradis Vincent Van Gogh surgissait-il ? Et de quelle souffrance maîtresse tenait-il ces cailloux, ces iris et ces marais, ces étroits chemins, ces mas, ces blés, ces vignes et ce fleuve ? Sublimes dessins !   .     RENE CHAR     . Oeuvre Vincent Van Gogh
Posté par emmila à 12:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,