mercredi 5 mars 2014

GUISANE... ( Extrait inédit )

Je suis amoureuxDu vent sur ta joueQui joue les imprudentsJe suis amoureux du ventDu chêneQui porte l’ombreDe ses mainsSur ton couJe suis amoureuxDu chêneDe la rue bleueA trois heures de l’après-midiQuand elle contientL’arche de ton rireJe suis amoureuxDe la rue bleueJe veux bien passer les pôlesAvec Lord FranklinBriser la glaceSi ce cheminDe maiSur l’océan geléMe conduitAu printemps d’un baiserJe suis amoureux des neigesEt des glacisDe la virginité de l’instantQui défriche l’éternitéSur tes lèvres du présentJe suis amoureux des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

samedi 1 novembre 2008

CAPITAINE DES MYRTILLES...Extrait

"et moi aussij'ai été huissier des chantsappariteur des couleursberger d'enfantset instituteur des caprins et ovinsj'ai été ingénieur des bétons et bitumesmanœuvre des dossiers et paperassesj'ai eu une chaire associée de docteur du cœuret de pharmaciens des âmesmais c'est toujours jardinier de fourmis et scarabéesbrocanteur des mûres et chanterellestroisième classe des eaux et forêtsque j'ai été parfaitement à l'aisecomme le gardon dans son élémentcar il n'y a pas un paysage pas une vie végétalepas une plante au mondedont je ne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 16 octobre 2008

CONCILIABULES

"A grignoter un levantà replier un couchantLes animaux se sont enfuisemportant hors de la villesa dernière clé de chaleur.Pour l’heure il n’est questionà peineque d’une porte à démasqueren tâtonnant à traversla désolation de l’intime terreaujusqu’à la vitesse de la tendresse hasardeusequi fait mon frère l’arbre résoluMon frère le vent à la vague déchiquetéeMon frère l’écoeuré volcanEt le sanglot sans cesse ravalédu ressac. . AIME CESAIRE .
Posté par emmila à 20:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 9 octobre 2008

IL N'Y A PAS DE REPOS

Il n'y a pas de salut, pas de repos.La lâcheté cohabite avec le mépris.La lumière titube sous les paupières de l'abîme.J'ai vu les eaux de la colère noyer les larmes des enfants.J'ai vu le pain des pauvres à la table des riches.J'ai vu les aimants de la mort détourner les ruisseaux.J'ai vu l'acétylène embrocher l'espéranceet les tigres en papier égorger la colombe.J'ai vu l'obscénité remplacer la caresseet les fusils cracher sur le vagin du monde.J'ai vu les loups apprendre à pleurer,les poules picorer la limaille des balles.J'ai vu... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 17 septembre 2008

SUR LE PAPIER GLACE...Extrait

Je retourne dans les bois, creusés d’âge et de mousse. Je préfère être pauvre à mon compte que riche aux dépens des autres, ceux qui se graissent la patte et se remplissent la panse en détruisant la vie. J’ai tout appris par la force des choses. J’ai tout appris du feu, du verger, du lichen. Selon le cours du papier, même les bûcherons finissent par mourir de froid. Par le cantouque et la chouenne, des racines à la cime, je remonte la sève jusqu’à la tête des eaux. Que pourraient le bouleau sans le cèdre, l’érable sans le pin, le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 17 septembre 2008

LE LAMENTO DE LA VIEILLE ETOILE

Je me souviens du monde d’avant le silence des cœurs, d’avant le large silence. Je me souviens du temps où seuls existaient les continents de la pensée. Quand le magma des énergies immobiles contemplait les nuances et les frissons irisés du néant, quand le rêve inventait le bleu. Quand le Tout méditait, ciselait le prisme de la conscience. Quand n’existait que la musique du Cœur, bien avant que l’on écartèle le vide, bien avant que l’on en extirpe l’eau, le vent et les premiers songes, bien avant que les plus mauvais ne fussent nommés... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 12 septembre 2008

SI MOHAND AIT HAMMADOUCHE

Je dis : Les sommets neigeux de TamazghaTorrents de sang et de lumièreJ’écoute en silence un écho millénaireJe dis : Les vastes plaines de TamazghaChamps de coquelicots, de menthe et de lysJe bois l’ivresse de la puretéJe dis : Les mers fécondes de TamazghaSurgissent les dauphins d’argent, s’envolent les flamantsJe songe aux rêves de ma jeunesse enfuieJe dis : les rivières tumultueuses de TamazghaCoulent de mes yeux brûlés des flots de bonheurLe temps dans ma mémoire est une cascade pétrifiéeJe dis : Les oasis parfumées de TamazghaEt... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 10 septembre 2008

JEAN DIF

Nous ne sommes qu'édifices de cendre       la mer discute la pluie les rivières font       de l'ombre aux nuages et d'un coup de crinière       voici le félin rugissant plus de feu que d'eau       est sorti de l'arche l'homme invente l'éclair       sous la neige il est écrit que la nuit a du sang       sur les dents je le vois le mien tachant les étoiles       sur le rocher survit... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 30 juillet 2008

RENE CHAR

(...) Je voudrais me glisser dans une forêt où les plantes se refermeraient et s’étreindraient derrière nous, forêt nombre de fois centenaire, mais elle reste à semer. C’est un chagrin d’avoir, dans sa courte vie, passé à côté du feu avec des mains de pêcheur d’éponges. « Deux étincelles, tes aïeules », raille l’alto du temps, sans compassion.L’automne ! Le parc compte ses arbres bien distincts. Celui-ci est roux traditionnellement ; cet autre, fermant le chemin, est une bouillie d’épines. Le rouge-gorge est arrivé, le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,