dimanche 3 avril 2011

TANDIS QUE LA TERRE TOURNE...Extrait

 Vivre du vert des prés et du bleu des collines, Des arbres racineux qui grimpent aux ravines, Des ruisseaux éblouis de l'argent des poissons ; Vivre du cliquetis allègre des moissons, Du clair halètement des sources remuées, Des matins de printemps qui soufflent leurs buées, Des octobres semeurs de feuilles et de fruits Et de l'enchantement lunaire au long des nuits Que disent les crapauds sonores dans les trèfles. Vivre naïvement de sorbes et de nèfles, Gratter de la spatule une écuelle en bois, Avoir les doigts amers ayant... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 30 mars 2011

PSAUME DE L'EQUINOXE

Ta lumière éclatait alors O terre de sangLes automnes luisaient comme des armures Ruisselaient d'or parmi les sables Et les panoplies du sommeil Irradiaient des braises de soie Je cherchais mes amis Dans des rêves de solitude Ma nuit ardente enfantait des aurores de feu Quand pourrai-je revêtir La parure des oiseaux de fête Reculer les limites des cieux Laisser couler des fleuves d'albâtre Dans la pureté de mes mains lucides Anéantir les échos de la soif Et grandir dans l'ombre démesuréeNous marcherons haletait le cantique inspiré A... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 30 mars 2011

HOMMAGE

A force de piocher sous la lune et de tirer le soc de l’aube il a rapiécé la faim et agrandi l’eau des ruisseaux. Attelés au silence ils ont raisonné les vents sauvages et renversé la nuit. Sur ce quart de terre éclairé de ciel la moisson a jailli. L’homme, les bêtes et les champs, Epaule contre épaule . CHRISTINE LIEVRE . Oeuvre Julien Dupré
Posté par emmila à 10:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 29 mars 2011

COLETTE GIBELIN

Automne admirable et trompeur Fête folle des couleurs Comme si la terre était pétrie de joie et d’or Les oiseaux s’en vont vers ailleurs Ils ont bien tort Le monde est superbe et fragile Cette beauté qui s’éparpille me fait un peu peur Le ciel est un palais de mille fleurs Il faut aimer chaque seconde Vivre est miracle provisoire emporté par le vent . . . COLETTE GIBELIN . . . Angelika Privalihin    
Posté par emmila à 20:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 28 mars 2011

BREVE INVITEE

 Ma lande mon enfant ma bruyère  Ma réelle mon flocon mon genêt, Je te regarde demain t’emporte Où je ne saurais aller.   Ma bleue mon avril ma filante Ma vie s’éloigne à reculons, A toi les oiseaux et la lampe A toi les torches et le vent.   Mon cygne mon amande ma vermeille A toi l’impossible que j’aimais À toi la vie, sel et soleil, A toi, brève invitée.  .  ANDREE CHEDID  .   Oeuvre Tarcsay Béla    
Posté par emmila à 13:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 26 mars 2011

HERBERTO HELDER ....LES MUSES AVEUGLES...Extrait

"…Toutes les lumières sont éteintes. Dans le cerceau des voix vient le printemps. Et pendant que dort le lait, Ma maison mienne dort aussi dans le silence et petit à petit brûle. Plus ne passe dans les pétales véhéments la tête qui roule alors les mots naissent. Limpides, amers…   Certaines nuits j’ai aimé tous les très vieux ruisseaux, degré par degré j’ai gravi le corps qui s’emplissait de feuilles minuscules, éternelles comme un arbre. Degré par degré je dévorai la joie - moi, la gorge grande ouverte comme quelqu’un qui va... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 24 mars 2011

ODE A LA VALSE SUR LES VAGUES...Extrait

 Ah, sous les guirlandes, sur le sable de cette côte, sous cette lune, danser avec toi la valse des écumes en te serrant la taille et à l’ombre du ciel et de son navire baiser tes yeux sur tes paupières, réveillant la rosée   qui dort dans le jardin phosphorescent!   .   PABLO NERUDA  .   Oeuvre Aleksei Tivetsky  
Posté par emmila à 19:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 10 mars 2011

LES DISCIPLES A SAÏS...Extrait

 Pour comprendre la Nature, on doit la laisser, intérieurement, se former selon sa propre logique, se développer en toute son intégrité. On doit, dans cette entreprise, ne se laisser déterminer que par le grand désir, la divine aspiration vers ces êtres qui nous ressemblent, et par les conditions qui nous sont nécessaires pour les entendre ; car la Nature toute entière ne se peut concevoir et comprendre que comme instrument d’accord et moyen d’intelligence, entre eux, pour des êtres doués de raison. L’homme, en pensant, retourne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 5 mars 2011

LA FERME AFRICAINE ...Extrait

"Quand le souffle passait en sifflant au-dessus de ma tête, c'était le vent dans les grands arbres de la forêt, et non la pluie. Quand il rasait le sol, c'était le vent dans les buissons et les hautes herbes, mais ce n'était pas la pluie. Quand il bruissait et chuintait à hauteur d'homme, c'était le vent dans les champs de maïs. Il possédait si bien les sonorités de la pluie que l'on se faisait abuser sans cesse, cependant, on l'écoutait avec un plaisir certain, comme si un spectacle tant attendu apparaissait enfin sur la scène. Et ce... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 27 février 2011

LES VENTS M'ONT DIT...Extrait

Viens avec moije te dirai le cri des sterneset le psaume des pierres levées(...)Viens avec moije te dirai les dieux fraternelsdans les chapelles bleuesViensnous inventerons un pays mystiqueviolentes seront les femmes comme des solsticesil y aura des nids chantants dans les poutresles nefs seront pleines d'hirondelles. . XAVIER GRALL .
Posté par emmila à 21:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,