vendredi 25 juillet 2008

PARC MARIN, MYTHE OU REALITES ???

. Le vent d’Ouest a soufflé pendant deux jours, balayant le ciel et toutes les impuretés de saison, redessinant les montagnes et leurs majestueux contours dans l’azur. Ce matin là, juste avant la renverse, la mer dévoile à la côte les pensées du large en de longues traînées d’écume,et semble l’étreindre d’un baiser infini aux parfums d’iode et de Posidonies. La frêle embarcation oscille sur l’eau à la cadence mesurée de nos pagaies, répond tranquilement  à la scansion des vagues dans le silence... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 15 juillet 2008

ETRE FOU...

J’ai traversé l’espaced’un rire à un amourd’un mot d’enfant jusqu’à l’hiver J’ai euun cerf volantun chèvrefeuilledu papier blancun crayon rouge J’ai chantéJ’ai traversé la rueJ’étais qui je croyaisJe me regardais passerJe caressais de grands dragons bleusJe me parlais fort Être fouêtre libreêtre plus beau que beauêtre plus grand que grandsavoir que les rêves changent le mondesavoir que la mer est bleuesavoir la distance entre l’être et le devenir Entre hier et aujourd’huiqu’ai-je oublié Je ne joue plusje suis sageje... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 21 juin 2008

L'ARBRE...

....Même les arbres ont leurs fugues, leurs humeurs infidèles. Mais celui-là, vous êtes sûr de lui, sûr de sa présence éclairante. Cet arbre est depuis peu de vos amis. Vous reconnaissez vos amis à ce qu'ils ne vous empêchent pas d'être seul, à ce qu'ils éclairent votre solitude sans l'interrompre. Oui, c'est à ça que vous reconnaissez l'amitié d'un homme, d'une femme ou d'un arbre comme celui-ci, gigantesque et discret..... . CHRISTIAN  BOBIN .        
Posté par emmila à 15:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 4 avril 2008

INVOCATION A LA LUNE

Lune, O lune! Soleil de la nuit, Qui fais et défais les saisons, Toi dont la toute puissance donne à la Terre Les nuits qui engendrent la fécondité, Toi qui as appris aux gens de la glèbe Les jours propices et les jours néfastes Aux multiples travaux des champs; Lune, toi qui décides des naissances et des éclosions, Toi qui rends la semence stérile ou généreuse, Toi qui fais souffler les brûlants vents nocturnes Desséchant et tuant le cœur des orges tendres, Toi qui fait s'appesantir le manteau des funestes gelées, Nous implorons ta... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 20 février 2008

LE NU VIGILE...Extrait

Dans ce pays où la terre s’éprend de la lumière, les arbres, les flaques d’eau, nos socles infimes et nos cabanes, ton âme elle-même leur ressemble, deviennent des étoiles. Ce seront roses du voyage dont on sait qu’elles se redorent quand la quille sous-jacente de l’ombre triomphe du soupir. . . . GABRIELLE ALTHEN . . .
Posté par emmila à 00:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 6 décembre 2007

LE PLUS FASCINANT DE TOUS EST L'AMANDIER

Avez-vous, une fois dans votre vie, pris le temps d’écouter un arbre ? Il faut avoir l’oreille fine, car ces êtres-là ne parlent pas fort. Tout est dans le vent. Les feuilles bougent, puis les branches, il arrive que tout l’arbre balance. Et quand le vent est passé, alors c’est le soleil. Les feuilles qui filtrent la lumière. Les ombres qui se projettent ou ne se projettent pas. Le vert qui joue avec le bleu ou le marron. C’est la danse des couleurs, tout en nuance. La palette de Picasso rougit de honte, de jalousie et d’envie. Le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 2 décembre 2007

A PROPOS DU LIBAN...

J’aimais, de l’air de cette patrie, le partage entre la terre et la mer, l’âcre parfum de chèvre fiancé non pas subtilement, mais rustiquement, ou mieux : antiquement, à cette invisible vague cruellement alguée issue des remous de la très physique mer. Ô pays sous les pommes et les pêches et les raisins et le charbon dans l’œil de tes femmes, en instance d’étincelle ! Vos yeux, filles de cet ici-là, provocateurs comme des seins sous le lin apparus, vos yeux, eux aussi, de chèvre et de sel … " . . .   SALAH STETIE . . . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 21 septembre 2007

ROMAIN ROLLAND...Extrait

Je ne crois pas, pour ma part, à un seul Dieu personnel, ni surtout à un Dieu de la seule douleur. Mais je crois que - douleur et joie mêlées, et avec elles toutes les formes de la vie - il n'est de Dieu que ce qui, dans l'homme et dans les hommes et dans l'univers, est une naissance perpétuelle. La Création se renouvelle, à chaque instant. La religion n'est jamais une œuvre accomplie. Elle est l'acte et la volonté d'agir, sans repos. Elle est le jaillissement de la source. Jamais l'étang.Je suis d'un pays de rivières. Je les aime... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 2 septembre 2007

VIVRE...Extraits

...Le coeurLa têteet le bras de l'hommefouillant les entrailles de la terreont créé de tels dieux d'acier aux yeux de feuqu'ils peuvent écraser la terre d'un coup de poing. L'arbre qui donne des grenades une fois par anpeut en donner mille fois plus. Si grand, si beau est notre mondeet si vaste, si vaste, le bord des mersque nous pouvons tous chaque nuitnous allongeant côte à côte sur les sables d'or chanter les eaux étoilées. Que c'est beau de vivre, Taranta-BabuQue c'est beau de vivrecomprenant le monde comme un livrele sentant... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 15 août 2007

ALBERT CAMUS ...Extraits ETE

'...A midi, sur les pentes à demi sableuses et couvertes d’héliotropes comme d’une écume qu’auraient laissée en se retirant les vagues furieuses des derniers jours, je regardais la mer qui, à cette heure, se soulevait à peine d’un mouvement épuisé et je rassasiais les deux soifs qu’on ne peut tromper longtemps sans que l’être se dessèche, je veux dire aimer et admirer. Car il y a seulement de la malchance à n’être pas aimé : il y a du malheur à ne point aimer. Nous tous, aujourd’hui, mourons de ce malheur. C’est que le sang, les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,