jeudi 5 septembre 2019

L'INOUBLIABLE...Extrait

Nous avons grand désir De regarder le Jour, Un jour vertical, joyeux, Qui nous ramène à la source. Mais nul ne peut sans ailes Arriver tout droit à ce qui est Tout proche et le saisir Et venir sur l'autre versant. Orienté vers l'origine, attiré Par la fraîcheur des ombrages, Au sein de forêts mythiques.  Le poète voulait là-haut Fonder ce qui demeure, En beauté. Là où il pourrait Parler seul avec Dieu, Et ne recevoir d'autre écho.  Mais... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

samedi 31 août 2019

PIERRE WARRANT...Extrait

c’est le chemin d’une présence adossée au feuillagebordée d’orties et de fougères c’est la tendresse du vertqu’on garde entre les yeuxoù tout s’éprouve et s’accomplit c’est ce qu’on attend du ciel qu’on ne choisit pluset qui progresse sans qu’on le sache c’est ce qu’il faudrait écrire au dos de chaque absencede chaque obscurité qui éblouit dans ce qu’on demandecomme une preuve à la beautéà la fenêtre qui s’ouvre au paysage dans ce qui nous manqueet qui se livre à l’eau des motsdans le torrent de nos rivières ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 26 août 2019

POEMES...Extrait

En ce flamboiement vert Nuage de fougèresAux sèves éblouies Par les nerfs irradiés de la tige qui plieAveuglent mes paupières Des squelettes dorés de pins levants Berçant en pendeloques leurs spirales d'écailles Le miel ruisselle dans la rivière Pour y tisser sa maille Sa résille de lumière Et frissons dans le vent Des filets transparents Où l'oeil de l'araignée pensiveCristallise la rosée vive Qu'elle enfanteQu'elle enchante Le commencement du bleu Une miette de... [Lire la suite]
vendredi 9 août 2019

FRAGMENTO PRIMERO, ESPACIO...Extracto

"Los dioses no tuvieron más sustancia que la que tengo yo." Yo tengo, como ellos, la sustancia de todo lo vivido y de todo lo por vivir. No soy presente sólo, sino fuga raudal de cabo a fin. Y lo que veo, a un lado y otro, en esta fuga (rosas, restos de alas, sombra y luz) es sólo mío, presentimiento, olvido. ¿Quién sabe más que yo, quién, qué hombre o qué dios puede, ha podido, podrá decirme a mí qué es mi vida y mi muerte, qué no es? Si hay quien lo sabe, yo lo sé más que ése, y si quien lo ignora, más que ése lo ignoro. Lucha entre... [Lire la suite]
samedi 3 août 2019

JOËL GRENIER...Extrait

Parfois, quand les rives fleurissaient, ils se faisaient voyage et la brise murmurait.Couchés au même flanc, ils attendaient la vague qui les emporterait.La mer était immense, pleine de promesses et des goélands blancs remplaçant les mots, se posaient sur le haut de l'écume d'un rêve que personne ne savait.Une tête se nichait dans l'offrande des désirs et c'était la conquête des corps, à petits coups de rames. Invincible armada de l'amour. Et les flots étaient bleus comme les blés sont blonds dans tous les voyages. Il n'y... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 31 juillet 2019

L'ETE....Extrait

     Depuis cinq jours que la pluie coulait sans trêve sur Alger, elle avait fini par mouiller la mer elle-même. Du haut d'un ciel qui semblait inépuisable, d'incessantes averses, visqueuses à force d'épaisseur, s'abattaient sur le golfe. Grise et molle comme une grande éponge, la mer se boursouflait dans la baie sans contours. Mais la surface des eaux semblait presque immobile sous la pluie fixe. De loin en loin seulement, un imperceptible et large mouvement soulevait au-dessus de la mer une vapeur trouble qui venait... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

mercredi 31 juillet 2019

LIBERTAD

No quiero cantar mas de amor, no quiero hablar mas de abrazosNo tengo miedo del desierto, de las luces lejanas, de las noches mas negras y del mar sin colorQuédateEn el silencio nace el sol, y del silencio nace el llantoMilagro de la madrugada, de tu cuerpo callado, salen barcos y niebla, salen mundos enterosQuédateLibertad. Quédate como el viento entre mis manos, quédate como el baile de los brujos gitanos, quédate como el rio que arraiga la luna, como las nubes que galopan en la vieja laguna.     .     ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 21 juillet 2019

LE PROPHETE...Extrait

Tu dis souvent, « Je donnerais volontiers, mais seulement à qui le mérite. »Les arbres de ton verger ne parlent pas ainsi, ni les troupeaux de ton pâturage.Ils donnent pour pouvoir vivre : car ne pas donner, c’est périr.Qui mérite de recevoir ses jours et ses nuits sûrement mérite tout ce qui viendrait de toi.Et qui a mérité de boire à l’océan de la vie mérite de voir sa coupe remplie par ton petit ruisseau.Et quel désert serait plus grand que celui qui se trouve en le courage et la confiance, non – la charité, de recevoir ?Et qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 10 juillet 2019

RESPIRE

 Approche-toi petit, écoute-moi gamin,Je vais te raconter l'histoire de l'être humainAu début y avait rien au début c'était bienLa nature avançait y avait pas de cheminPuis l'homme a débarqué avec ses gros souliersDes coups de pieds dans la gueule pour se faire respecterDes routes à sens unique il s'est mis à tracerLes flèches dans la plaine se sont multipliéesEt tous les éléments se sont vus maîtrisésEn deux temps trois mouvements l'histoire était pliéeC'est pas demain la veille qu'on fera marche arrièreOn a même commencé à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mardi 9 juillet 2019

NOTRE PLANETE

Nous avons l'immense douleur de vous faire part de la mort, ce soir, de notre ami le poète Michel Baglin, à 68 ans. Notre peine est immense.Voici le dernier poème qu'il nous as envoyé et que nous publions dans l'anthologie du Festival Voix vives 2019 , un poème dédié à Jackie, sa femme, vers qui toutes nos pensées se tournent ce soir. - Les éditions Bruno Doucey   .   Tant de mêmes paysages peuplent nos regards ! Depuis plus d’un demi-siècle ensemble nous jouons les balanciers sur la crête des jours traversés,... [Lire la suite]