samedi 28 avril 2018

JEAN LAVOUE...Extrait

Tu reviens à ce mot,Tu ne l’arrimes d’aucun sens,Tu n’espères rien de lui si ce n’est l’abandon.Être ici sans pourquoi te suffit amplement, Tu chasses des ornières les eaux de tes combats Et tu franchis la ligne sans rime ni raison,Osant le vent durable, les feuillages reverdis. En allant simplement au rythme de ton pas,Tu ne compliques rien, Tu simplifies le temps ;Il y a tant d’obstacles quand l’homme se croit libre,Il y a ces violences que tu ne comprends pas. Tu ne remontes pas aux sources sans partageEt tu... [Lire la suite]

samedi 28 avril 2018

CHÂTEAUX DE SABLE

Merci Adélita   . Pourquoi ne m'as tu pas dit que tu étais en train de bâtir ce château de sable ? C'eût été si beaupouvoir entrer par son petit portail,parcourir ses couloirs salés,t'attendre aux parterres de coquillages,en te parlant depuis le balconavec la bouche pleine d'écume blanche et transparentecomme mes mots,ces mots frivoles que je te dis,qui n'ont rien de plus que le poidsde l'air entre mes dents. Il est si beau de contempler la mer. Elle aurait été si belle la merdepuis notre château de sable,pourléchant le... [Lire la suite]
dimanche 15 avril 2018

JEAN MALRIEU...Extrait

Nous ne dormirons plus parce que nous avons ouvert les yeux. Peut-il y avoir encore une maison et un amour ?Ma voix se couvre de feuilles.Dans ma mémoire ont respiré tant de soleilsQue j'ai salué ma table et mon fauteuilcomme des étrangers venus par la route des années-lumière.Je ne sais plus qui j'ai aimé mais c'était toi. J'ai le délire dans la main.Nous ne sommes plus seuls. Le temps est venu parmi nous.Entends-le aux fissures de l'horloge,Il parle de soleils et de destins. Nous le saluerons avec des pierres et des brins... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 15 avril 2018

RESONNANCES

Il faut revenir exalter la peau mûrie de longues pensées inachevées. Il faut reconstruire la halte dans laquelle on a tout abandonné : l’épreuve et ses ruisseaux de peine, l’échec et ses tourbillons aiguisés comme les bords tranchants d’une falaise. L’innocence ne connaît pas le malaise des jours meurtris. Désarmer, on l’était déjà bien avant l’existence. Une vie entière à écouter en soi les oracles lointains, les troubadours de l’excellence et, si peu de murmures revenus de là-bas. Nulle part l’écho fragile d’un cœur solitaire. Nulle... [Lire la suite]
mardi 10 avril 2018

LE CHANT DE LA FOLIE SAUVAGE

Nos mains rejointes rassemblées devant le soleil d’ombre du cœur  étroit devant l’aurore obscure d’insomnie ô belle éveillée vive de la muette mort poursuivrons-nous enfin l’élan du psaume ailé de joie le chant de la folie sauvage ! A mi-chemin du lac ensommeillé de noire ivresse et de la grande neige d’esprit clair est-il resté là-bas qui tremble de pluviers et d’anémones dans son rêve ainsi qu’une lisière âgées de vieux sapins sur le suspens d’abîme et de silence ! Et ce seront d’abord les branches les plus lourdes et parées... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,
vendredi 6 avril 2018

CHANT IV...Extrait

... Notre cœur sera bientôt notre bouche,la voix sera vue, touchée et respirée ; la pluie, uniquement ce que tu chantes. Vers ta voix émigreront les hirondelles,vers ta voix se tourneront les héliotropes.Clair de ta voix sera l’espace,profond de ta voix l’abîme. Aujourd’hui c’est la vendange de l’air.   .   AUGUSTO LUNEL   .
Posté par emmila à 16:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 6 avril 2018

NICOLE BARRIERE...Extrait

il y a les mots les ombres des motsles lumièresles lueurs des motsles crisles chuchotementsles mots tendrement ouvertsles mots envolés des lèvrescomme des ailes pliéescomme des fenêtres ouvertescomme des rivières où naissent les âmesles mots tombent comme des fruits mûrscomme des feuillescomme l’herbe rouge et bleueplus tardquand les feuilles noircissentla peau des rêvesle soir descend des étoilesune autre langue parleles mots du chemin et de la forêtdans toutes les languesmarchent sur l’invisiblec’est ta main dans la mienne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
mardi 3 avril 2018

LA MER N'EST JAMAIS SI LOIN

La ronce liane a noué les pas de ta subsistance Elle te fait chuter dans les rudessesd'un profond maquiset de l'abandonpour quelques misérables deniers  Il en est ainsiparce que tu m'as suivientravédepuis si longtemps     déjà Loin de durer       tu endures le calvaire des réclusions mutiques     Mais lève les yeux        regardedepuis le lit reposé des cyclamenet la cime des arbresqui t'accueillent il est     plus que... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 1 avril 2018

LA PIERRE ETERNELLE DES RUINES / LA PIEDRA ETERNA DE LAS RUINAS

Retourner sur mes pasAimer sous les frondaisons vert d’eauSentir la douce brise de la forêtles feuilles qui se frôlent odeur de boue fraîchede jeune plantede mousse anciennel’arôme des iris qui pendent des grands gaïacsla broussaille qui enterreles trésors des mayasle vent qui gardela mémoire d’autres annéesqui semblent revenir du passétandis que le fleuve descendposémentcomme l’image du Dieu mayasur la pierre éternelle des ruines.   .     MARISA TREJO SIRVENT Poésie du Chiapas ... [Lire la suite]
samedi 31 mars 2018

LA VOIE NOMADE

  O rompre les amarres Partir partir Je ne suis pas de ceux qui restent La maison le jardin tant aimés Ne sont jamais derrière mais devant Dans la splendide brume Inconnue Est-ce la terre qui s'éloigne Ou l'horizon qui se rapproche On ne saurait jamais dans ces grandes distances Tenir la mesure De ce qu'on perd ou ce qu'on gagne Pour aller jusqu'au bout du temps Quelles chaussures quelles sandales d'air Non rien O tendre jour qu'un mince fil d'été Autour de la cheville Mais le cercle d'argent Au poignet... [Lire la suite]