samedi 11 septembre 2021

PATRICK CHEMIN...Extrait

Le silence s’efface lentement sur la terre où nous passons. Il reste l’indulgence et la compassion des forêts. Il reste un arbre tout en haut de cette colline de pardon. Et si nous prions, c’est pour des dieux de terre mais la prière est précaire. Il nous reste l’imaginaire des anges. Cet amour végétal, au plus profond de nous-mêmes, qui pose sa tête sur l’épaule des solitudes. Le silence magnifie les branches et le texte de l’écorce. C’est ta vie que tu versifies dans la pluie traversière. Tu te dois de lui donner la musique la plus... [Lire la suite]

mercredi 25 août 2021

OEUVRE POETIQUE 1952-1994

Prière (Extrait) . … . Par la rivière par le fleuve Qu’on me laisse à présent partir La mer est proche je respire Déjà le sel ardent Des grandes profondeurs Les yeux ouverts je descendrais au cœur De la nuit tranquille Je glisserais entre les arbres de corail Écartant les amphores bleues Frôlant la joue Enfantine des fusaïoles Car c’est là que demeurent Les morts bien-aimés Leur nourriture c’est le silence la paix Ils sont amis Des poissons lumineux des étoiles Marines ils passent Doucement d’un siècle à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 19 août 2021

LE TORRENT

  … . Au plus profond de la gorge, le torrent roulait ses eaux claires et bruyantes sur un lit de cailloux richement colorés. Si vous n’avez pas vu courir un torrent épuré par ses mille cataractes, sur les entrailles nues de la montagne, vous ne savez pas ce que c’est que la beauté de l’eau et ses pures harmonies. Sténio aimait à passer les nuits, enveloppé de son manteau, au bord des cascades, sous l’abri religieux des grands cyprès sauvages, dont les muets et immobiles rameaux étouffent l’haleine des brises. Sur leur cime... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
jeudi 12 août 2021

JEAN DIHARSCE...Extrait

Tu vois, il sera jour, il fera thym. Tout au soir de la veille, assis au banc de pierre, nous aurons devisé en blotti au soleil qui fouit sous la montagne et fredonné les mots des poètes d'ici. Le vent léger de nuit caressera le chaud et nous fera rentrer, les yeux lus dans les yeux, pieds nus à carrelage, terre cuite fraîchie. Une odeur de tisane et les mots d'une chouette. La nuit sera ce que se font les nuits lorsque tout se va près. Tu vois, le jour se filtre entre les deux volets, on voit déjà du bleu, j'entrouvre la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 28 juillet 2021

LES HEURES CLAIRES...Extrait II

Pour nous aimer des yeux,Lavons nos deux regards de ceuxQue nous avons croisés, par milliers, dans la vieMauvaise et asservie. L’aube est en fleur et en roséeEt en lumière tamiséeTrès douce ;On croirait voir de molles plumesD’argent et de soleil, à travers brumes,Frôler et caresser, dans le jardin, les mousses.Nos bleus et merveilleux étangsTremblent et s’animent d’or miroitant ; Des vols émeraudés, sous les arbres, circulent ;Et la clarté, hors des chemins, des clos, des haies,BalaieLa cendre humide, où traîne encor le crépuscule. ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 28 juillet 2021

LES HEURES CLAIRES...Extrait I

... .   Au clos de notre amour, l’été se continue: ... Des pétales pavoisent, — Perles, émeraudes, turquoises — L’uniforme sommeil des gazons verts ; Nos étangs bleus luisent, couverts Du baiser blanc des nénuphars de neige ; Aux quinconces, nos groseilliers font des cortèges ; Un insecte de prisme irrite un cœur de fleur ; De merveilleux sous-bois se jaspent de lueurs ; Et, comme des bulles légères, mille abeilles Sur des grappes d’argent, vibrent, au long des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

dimanche 18 juillet 2021

AXION ESTI SUIVI DE L'ARBRE LUCIDE ET LA QUATORZIEME BEAUTE...Extrait

Les eaux joueusesles traversées ombreusesdisent l’aube avec ses baisersqui commencehorizon -Et la sauvage colombefait vibrer un son dans sa cavernebleu éveil dans le puitsdu joursoleil –Le noroît offre la voileà la mercaresses de chevelurepour ses rêves insouciantsrosée –Vague dans la lumièreà nouveau donne renaissance aux yeuxLà où la vie cingle vers le largeVievu du lointain –     .     ODYSSEAS ELYTIS     .  Oeuvre Emile Nolde
mercredi 7 juillet 2021

TERRE ET POESIE...Extrait

"Je cherche le lieu fidèle, la trame, Le secret des secrets à senteur d'océan, Le latin insensé où les ruisseaux foisonnent La lueur rebelle et la fleur du temps..."     .     ANDREE CHEDID     . Oeuvre Cédric Sorel    
Posté par emmila à 17:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 7 juillet 2021

« LA NAISSANCE DU JOUR », EN FORME D’ÉPILOGUE

“Tel est le titre du livre que Colette écrit à cinquante ans alors que, désormais, prétend-elle, « il va falloir vivre – ou même mourir – sans que ma vie ou ma mort dépendent d’un amour ». L’ouvrage débute par une lettre que l’auteure attribue à sa mère, Sido, une déjà bien vieille dame. Sido a été invitée par Henry de Jouvenel, le second époux de Colette, à passer quelques jours chez eux, ce qu’elle refuse en ces termes « Monsieur, vous me demandez de venir passer une huitaine de jours chez vous, c’est-à-dire auprès de... [Lire la suite]
lundi 7 juin 2021

CHANSON ORIENTALE / CANCION ORIENTAL

  L'odorante grenade est un ciel cristallisé. (Chacun des grains est une étoile, chaque voile un soleil couchant.) Ciel sec et compressé entre les serres des années.   La grenade est comme un téton vieux et parcheminé, dont le bout se change en étoile pour illuminer la campagne.   C'est une ruche minuscule avec du sang sur ses rayons, car avec des bouches de femmes, ses abeilles l'ont façonnée. Alors en explosant, elle rit des violets de ses mille lèvres ...   La grenade est un cœur qui... [Lire la suite]