jeudi 8 septembre 2016

LE PREMIER ARBRE

C'était lors de mon premier arbre,J'avais beau le sentir en moiIl me surprit par tant de branches,Il était arbre mille fois.Moi qui suis tout ce que je formeJe ne me savais pas feuillu,Voilà que je donnais de l'ombreEt j'avais des oiseaux dessus.Je cachais ma sève divineDans ce fût qui montant au cielMais j'étais pris par la racineComme à un piège naturel.C'était lors de mon premier arbre,L'homme s'assit sous le feuillageSi tendre d'être si nouveau.Etait-ce un chêne ou bien un ormeC'est loin et je ne sais pas tropMais je sais bien... [Lire la suite]

mercredi 7 septembre 2016

CE QUE JE DOIS AU FROISSEMENT DU THYM ( Hommage )

Les choses sont là et je suis à elles, absentes ou sous mes yeux. Ainsi je nais au chèvrefeuille en plein soleil, à l'escargot sous une acanthe un jour de pluie, au figuier dans la pénombre. Et dans les plis ombre et lumière jaillit comme un défaut, un manque ; l'air vibre, l'horizon, tout soudain, c'est l'absence de toi, de toi à l'instant si lointaine. Le sang cherche à régler son pouls, le paysage que tu enrobes se déploie, inflexions bombements buissons sillons rivière, les remuements du cœur dans les frissons du frêne, ciel lavé,... [Lire la suite]
samedi 3 septembre 2016

LES FEUILLETS DE LA MINOTAURE...Extrait

                              De Ghjottani, marine, ce matin   " Noire la plage étrillée écume blanche                blanchesles striures de la montagne        creux de neige inviolésgris le Dorsoduro de la Balagne mer argent mêlée de froideur et de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,
vendredi 2 septembre 2016

FRANCOIS CHENG

En pensant à ma petite Emma O. . " Ce sentier qu’une nuit                Nous avons parcouruTu le prolongeras                Enfant de mon regardPar-delà la forêt                Dort peut-être un étangOu une plage errante               ... [Lire la suite]
vendredi 2 septembre 2016

LES AILES DU DESIR....Extrait

« Lorsque l’enfant était enfant, Il marchait les bras ballants, Il voulait que le ruisseau soit rivière Et la rivière, fleuve, Que cette flaque soit la mer.   Lorsque l’enfant était enfant, Il ne savait pas qu’il était enfant, Tout pour lui avait une âme Et toutes les âmes étaient une.   Lorsque l’enfant était enfant, Il n’avait d’opinion sur rien, Il n’avait pas d’habitude ... [Lire la suite]
mercredi 31 août 2016

CES DIEUX LA

je ne veux pas de ces dieux tristes qui ont embué mon enfance je ne veux plus de ces martyrs qui font gémir nos cathédrales je ne veux pas de ces dieux-là je ne veux pas de ces dieux-là je ne veux pas des demi-dieux ni les anges, ni les démons je ne veux pas de processions ni de prières à l'unisson je ne veux pas de ces dieux-là je ne veux pas de ces dieux-là je veux des dieux tout de beauté douceur et de force à la fois qui de leur rire formidable feraient s'écrouler nos chapelles c'est de ces dieux-là que je veux c'est de ces... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

samedi 27 août 2016

DYLAN THOMAS...Extrait

Alors j’allais jeune et souple sous les branches des pommiers Prés de la maison mélodieuse et heureux comme l’herbe est verte,      Comme la nuit par-dessus la vallée étoilée,      Le temps me laissait crier et grimper      Couvert d'or dans l’apogée de ses yeux, Honoré parmi les chariots j’étais le prince de villes de pommes Et en ce temps là je possédais majestueusement arbres et feuilles,      Les chemins avec les marguerites et l’orge,      La descente des... [Lire la suite]
vendredi 26 août 2016

ALAIN DUAULT

« Être poète, c’est regarder le monde avec des mots. C’est être constamment sur le qui-vive — en entendant : qu’ils vivent, les mots, les hommes, les oiseaux. C’est-à-dire : que la beauté les sauve et invente une langue qui ouvre ses portes vers des couloirs nouveaux, déplie les temps trop sages, brise la mer gelée des évidences. Être poète, c’est avoir des oiseaux dans la bouche, courir le ciel, gravir le vent avec des semelles trouées comme un parapluie. C’est, guetteur mélancolique, être sujet aux langoureux vertiges. C’est vouloir... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 24 août 2016

DONNE-MOI LA FLÛTE ET CHANTE

Donne-moi la flûte et chante Car le chant est le secret de l’existence Et le murmure de la flûte survivra Bien au delà de l’existence As-tu comme moi fait de la forêt ta demeure et déserté les palais Suivi les rivières et escaladé les rochers T’es-tu purifié de parfum et imprégné de lumière As-tu bu le nectar de l’aube dans des coupes sans corps Donne-moi la flûte et chante Car le chant est le secret de l’existence Et le murmure de la flûte survivra Quand aura péri l’existence T’es-tu comme moi posé le soir dans les bras de la... [Lire la suite]
lundi 22 août 2016

PETITS RIENS POUR JOURS ABSOLUS...Extrait

  J'ai dit toutes les paroles que je savais, toutes.          J'ai prononcé ton nom pour moi et pour          ce que nous avons été ensemble, ce grand corps          balancé entre la mer promise et la terre d'habitude          à chercher une route vivante et qui parle pour nous.          Mais nous avons épuisé l'eau du désert... [Lire la suite]