lundi 22 août 2016

GUY GOFFETTE...Extrait

         J'ai cru longtemps comme toi qu'il suffisait de toucher          le bois d'une table pour marcher avec la forêt,          de caresser le galbe d'une statue pour donner          un corps tout neuf à l'amour, de croquer          un fruit vert pour que s'ouvre à nouveau          le jardin... [Lire la suite]

dimanche 21 août 2016

AIMER A REINVENTER LA RAISON

Je prendrai de l’énergie cinétique des vents et des océans tout ce qu’ils ont d’électrique et j’en ferai des rafales d’éclairs qui allumeront les hauts quinquets ancestraux pour éclairer la profondeur des cieux afin d’y graver ton prénom. Adviendra l’orage qui éclatera l’espace et brisera les temps, submergeant de ta voix les antiques prophéties. J’ordonnerai aux fleurs qu’elles se nomment par la spontanéité des hasards sans saison comme raison. Je troquerai mes colères pour un lit de tournesol et sous le plaid de jasmin s’écrira... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
jeudi 18 août 2016

COLETTE GIBELIN...Extrait

A la fin il y aurait la mer, visage déchirant, comme un grand désert violet, lente, très blanche, et musicale, peut-être un peu blessée, mais si remuée de soleil.Et au-delà, cette matière nue, ce sel de désirs.Toi, ma désarmée d’avant saison, mon indécis parmi les ronces, nous avançons dans les rires gonflés de questions, avec l’entêtement absurde des hublots.Paupières battantes, la joie.Toi, mon grand délire d’extrême raison, ma déchirée solaire, ô dites moi cet espoir insensé, et l’aube vive comme un chant de coquelicots.A la fin... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
mercredi 17 août 2016

KAMEL YAHIAOUI

J'ai interrogé les poutres voûtées par l'endurance des siècles qui soutenaient les fermes robustes des terres vaillantes la mémoire encore valide du chêne veille étincelante sous les mortiers opalins des temps nouveaux l'odeur savante des murs gorgés de vies paysannes sentent l'étable qui abritait le duvet de la vache porteuse de la particule du noble métayer oh combien de bouses écoulées pour isoler le cœur de la métairie des tempêtes chaotiques nombre d'arbres sacrifiés sur le parvis des hivers affamés pour réchauffer la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
lundi 15 août 2016

MATIERE DE LUMIERE ...Extrait

Effleuré par l'oiseau de l'instant Le jardin rentre dans son ordre présent Dans la lumière grise Les couleurs viennent du rose de son cri Le tapis que l'ombre tisse Dans l'éclaircie soudaine Est pour le regard une partition connue La fraîcheur sur la joue gauche Le main droite étendue tout est peut-être retrouvable Et nous sommes des statues familières Sous les doigts légers du lieu   .   HEATHER DOHOLLAU   .
Posté par emmila à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 15 août 2016

COLETTE GIBELIN...Extrait

L’aube n’est pas l’envol, ni l’éveil Elle est errance et brûlure Désillusion L’aube, je ne veux pas la dire Et pourtant je pourrais, je pourrais Mais il faudrait ne pas se laisser traverser par le silence des étoiles Et surtout, il faudrait apprivoiser la foudre, patiemment, dans l’espoir insensé que toute parole recommence le monde   .   COLETTE GIBELIN   .      

vendredi 12 août 2016

JOEL GRENIER...Extrait

Elle coule au fond des bois, la source, pour remettre de la couleur dans le cœur des buissons. Mais l'on ne sait toujours pas s'il faut croire à la légende d'un femme qui s'y baignait. On dit qu'un homme moitié humain, moitié poète, la regardait chaque fois qu'elle se mettait nue pour se laver de quelque hier. Et que les arbres murmuraient dans le bruissement de leurs feuilles qu'ils n'avaient jamais vu eau si claire dans le reflet de ses soupirs. Il paraît que depuis ce temps, un poème coule de source et que des rimes, en attendant,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
lundi 8 août 2016

ANGELE PAOLI

blanchesles figues du figuierblanches mais pas vraimentvertes du même vertque l'arbre qui les portefeuilles en étoilelarges mains épanouiestissu qui râpe la chair tendredénudée de l'ététissu qui râpecomme râpe épaisse l'écorce de l'arbredoucela figue le fruit du figuierle fruit délicieuxandrogyne parfaitbourse striée qui s'enflese gonfle et se rengorgeinvolucre dodu que savamment soupèsentle regard puis les doigtsrondeur veloutée du jourla peau se fendilles'ouvre tendre et blanche de rainuresle pédoncule pivote sous la pression... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 6 août 2016

JEAN-MARC LA FRENIERE...Extrait

Il n’y a que l’homme pour faire une potence d’un arbre le plus beau, en chasser les oiseaux pour en faire une croix. La joie se heurte aux hommes. La haine a le champ libre. Ils se battent pour elle. Longeant le précipice du monde, je me raccroche à la ténacité des plantes. Je lance des mots à tout hasard pour sonder l’infini. On les entend cogner contre un mur invisible. La beauté n’a pas besoin qu’on la regarde. Elle nous prend par la main. Le geste le plus banal devient une caresse. Les bras du quotidien soulèvent l’espérance. Il... [Lire la suite]
mercredi 3 août 2016

COURBE DU TEMPS ...Extrait

quand le regard devient regardla main s'arrête un peucomme pour écouterla lumière à quatre heuresest l'or déclinant d'un fruitle ciel plus pur encoreque celui de l'enfance cachéedans le vert tremblement des poiressous l'arbre s'incline une têteselon la courbe de sa vievivre vivre blessure lente comme neige   .   JACQUES ANCET   . Yann Simon Photographies    
Posté par emmila à 21:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,