samedi 15 août 2015

L'ETE...Extrait

Merci Leila...   "Sur ces plages d’Oranie, tous les matins d’été ont l’air d’être les premiers du monde. Tous les crépuscules semblent être les derniers, agonies solennelles annoncées au coucher du soleil par une dernière lumière qui fonce toutes les teintes. La mer est outremer, la route couleur de sang caillé, la plage jaune. Tout disparaît avec le soleil vert ; une heure plus tard, les dunes ruissellent de lune. Ce sont alors des nuits sans mesure sous une pluie d’étoiles. Des orages les traversent parfois, et les éclairs... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

vendredi 14 août 2015

MESSAGES INDIENS

On t'a découvert derrière ton ombre,avec dans le dos le soleil couchant,et ta déroute c'est cela.Si le soleil est sur ton cœur,s'il dore tes pieds et ta tête,les homme ne peuvent te vaincre,ni les dieux ni les éléments. Maintenant humilié tu regardes sans yeux,tu entends sans oreilles, tu palpes sans mainset tu parles sans langue,condamné au silencetu n'as plus d'autre cri que le sang sur tes plaies. Quelles herbes profondes en toinourrissent ton haleine de jarre et d'eau douce ? Tu tires de la cendre ton auroreet tu la... [Lire la suite]
samedi 8 août 2015

DIGNITE DU CREPUSCULE

Le silence s’efface lentement sur la terre où nous passons. Il reste l’indulgence et la compassion des forêts. Il reste un arbre tout en haut de cette colline de pardon. Et si nous prions, c’est pour des dieux de terre mais la prière est précaire. Il nous reste l’imaginaire des anges. Cet amour végétal, au plus profond de nous-mêmes, qui pose sa tête sur l’épaule des solitudes. Le silence magnifie les branches et le texte de l’écorce. C’est ta vie que tu versifies dans la pluie traversière. Tu te dois de lui donner la musique la plus... [Lire la suite]
samedi 8 août 2015

ADOLESCENCE...EXTRAIT

..... Les livres sont chargés de poisons et de rêves tu les mélanges d'innocence pour en goûter l'odeur de forêt à l'automne.   Magicien tu ne sais qui tu sers ou la vie ou la mort   Bille de cristal le monde en tes mains Pose ton oreille contre cette conque entends la voix des martyrs la rumeur des femmes le vagissement de nos derniers nés.   Blesse tes doigts aux arêtes des révolutions Laisse ta paume rêver à l'aise des seins. ....   Si tu as bien assez souffert assez pleuré, assez crié... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 6 août 2015

DESESPERANCE

L’abattement règne et désespèreon se demande s’il resteà l’humanité quelques repèrespour nous faire un gestecomme cette lune si belle trop bellel’homme l’a piétinée qu’il soit discretelle pourrait finir par s’écrouler rebellesans que nous puissions en faire le secretoh comme tout est calmecruel et calmecomme est sensible le lézardqui darde son regardsur un puceron hagardavez-vous vu ce chêne jadis si solidequi de son dernier bras validefait un geste de désespoiren signe d’au-revoiril perd son feuillage vert pâlele ruisseau à ses pieds... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 1 août 2015

POEMES D'AMOUR...Extrait

Je suis, dit l’homme, comme un volcan en marcheJ’ai dans mon ventre le feu grondant de la terreMes jambes ont la force du basalte et du granitDans mes veines rougeoient les futurs incendiesAvec le cri des ibiscus perchés aux plis de mes oreillesDes forêts se déploient de mes épaules à mes reinsMes bras ont la lente puissance du fleuve qui coule en deçà des montset mes yeux sont perçants comme l’éclair d’orageMa poitrine s’élève et s’abaisse avec le ventAvec les nuages du matin, avec le battement d’ailes des aigles au départJ’ai des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 1 août 2015

POEMES DE SANG...Extrait

Nous aurons devant nous des temps brillants comme des sièclespour apprendre les sortilèges :celui des montres de bergerstaillées dans des sureaux imaginaireshabiles à dévider les joursquand la lumière se fait ligne ;celui des signes inventés de proche en prochepour conjurer les peursconquérir sans mérite les faveurs des devinset pour brouiller les pistescelui qu’il faut apprivoiser pour découvrir l’amour des hommes,celui pour créer le premier poème du mondeet celui pour donner la vie.Même,si les saisons nous sont propices,je... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 12 juillet 2015

GUISANE...Extrait ( Le bonheur des origines )

Je voudrais te dire en un mot comme le ciel semble s’élargir encore quand il contient tout l’amour que je te porte. Je voudrais marcher comme un sage dans la majesté et la solitude du désert pour te dire que chacun des grains de sable contient une infime partie de mon amour pour toi. Je voudrais toucher cette étoile, à qui j’ai donné ton nom, pour te dire que chaque étoile, dans sa danse au travers de l’univers, porte la voyelle des initiales de notre rencontre. Je voudrais traverser la mer avec les oiseaux et toucher les îles... [Lire la suite]
vendredi 10 juillet 2015

PATRICK ASPE

Des lianes de pistilsDes fleurs de grands joursDes collines dressées aux arbres jaillissantsMille mots pour les attentes des germesLes soupirs dans l'avoineLa terreN'appartient qu'à l'horizon des flammesDans le premier labyrintheAux parfums des originesVoici le diagramme du poissonTrèflesDans tes mains la chaleur caressante des pierresÀ la rude tâche du maçonLes blocs font les larmesAux yeux du monde...   . PATRICK ASPE.          
Posté par emmila à 22:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 3 juillet 2015

LE JARDIN

Dans ce jardin il n’y avait rienle vide infinipas âme qui viveun jardin sans véritéqui n’avait pas de questionspas plus que de retenusmais sur une tige une rose est apparuelégère et menuele papillon bien vite l’abordace fut ensuite l’abeilleet même un scarabée s’en approchaensuitefleurit l’œil noir aphrodisiaqued’un coquelicot tout rougeses pétales tremblants sans cessede confusion peut êtrela violette vint timidede confusion aussipourquoi pasdifficile de pavaner à côté d’une roseelle se cacha sous un tapis de mousseau jardin le vide... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,