dimanche 27 décembre 2020

NIKOLAOS ALIAGAS

J’ai besoin de frissons, de regards embués et de parfums de pins. Passez votre chemin si vous n’avez jamais attendu les nuances de l’aube assis sur des galets difformes. Si le battement des ailes des odonates vous laisse indifférents, si vous n’aimez pas le goût du cognac sur la langue après un enterrement, si vous confondez la fin et les moyens, si vous n’avez jamais douté, regardez ailleurs. J’ai besoin de signes, de cannelle et de vin. Ne perdez pas votre temps si ne vous êtes jamais égaré dans ses méandres, si vous ne reconnaissez... [Lire la suite]

mercredi 23 décembre 2020

PENSEES POUR AGNES SCHNELL

Voilà 5 ans que notre amie Agnès Schnell est partie pour d'autres horizons....Une pensée pour elle et sa famille... Tu nous manques... . . . Une toile bat dans le ventune porte s'ouvresur l'imprévisible.Entre l'autre et soil'épuisant voyagepar saccades. Des murs s'effondrentcommedans un demi-sommeil.On granditnon par désirmais par convenances On attend la fraîcheurl'inattenduun rire peut-êtreou un adieu à reculons. Faroucheon meurt un peuà peine rassasié. Aura-t-on assez touchéassez étreintavant de sombrer ? . . .... . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:15 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 14 décembre 2020

THIERRY MATHIASIN...Extrait

Nous irons voir les archipels parmi les traces nourries de songes, les pluies offrir leur face à la beauté intrépide des vagues Chanter la tendresse des nuits aux rivières avides de senteurs, parler aux étoiles des prières tues au ciel diffus de nos lèvres Partout sera l'embrassement la force accrue des désirs les hanches bouleversantes des volcans La course folle pour gagner les rivages à chaque pas de danse coulée dans la lave Les oiseaux auront l'éclat ample de nos... [Lire la suite]
samedi 12 décembre 2020

CHANT ENSEMENCE - MAINTENANT QUE LE TEMPS M"EST COMPTE

Maintenant que le temps m'est compté - On ne le sait qu'après que ce jour s’apprivoise - Je vois la libellule en sa jeunesse bleue, Je l'éprouve intensément en tous ses éclats d'ailes. Je goûte à l'instant des nuages, Je marche dans mon repos, Je m'y sens accordé. J'arpente en passeur immobile Des rives infinies Mais sans jamais presser le pas Car tout écart m'est familier. . Je sais ce qu'il me reste à perdre, À libérer et à donner : Chaque ruisseau m'est indice, Chaque buisson serment noué. Je... [Lire la suite]
jeudi 19 novembre 2020

THIERRY MATHIASIN...Extrait

Je veux des battements de vent, où les oiseaux rêvassent Des soleils buissonniers pour courtiser les nuages Des murmures de pétales épanouis sur les mornes Des mots aériens, libertins pour fleurir ta bouche Des eaux insoumises, des rives éblouies pour cueillir les jours où tu t'es donnée . La peau des pluies immobiles L'amour dont j'ai rêvé Deviné le cours infini Sans rien dire de plus Laissé aux caresses formuler Le poème qui cherchait un regard La... [Lire la suite]
mardi 17 novembre 2020

CARMEN PENN AR RUN...Extrait

Prendre la fleur par ses racines aériennes devenir oiseau aquatique et d'une génuflexion lente faire descendre la grâce dans une réflexibilité de bouton d'or Pénétrer la lumière d'un accord dense ainsi s'harmonise à l'ange notre part humaine un temps venue aimer sur Terre . . . . . CARMEN PENN AR RUN . . . . Oeuvre Paul Chabas
Posté par emmila à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mardi 17 novembre 2020

LE LYS DES CHAMPS ET L'OISEAU DU CIEL

 « Regardez les oiseaux du ciel ;                          contemplez le lys des champs » Ô si seulement j’étais un oiseau, comme le libre oiseau qui, dans son désir de voyager, s’envole loin,loin, par-dessus mer et terre, tout près du ciel, vers des contrées lointaines, lointaines Comme un oiseau qui, plus léger que toute pesanteur terrestre, s’élève dans les airs, plus léger que l’air,  – comme cet oiseau léger qui, lorsqu’il cherche... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
lundi 16 novembre 2020

LE PIANISTE DANS LA CLAIRIERE

Pour Camille L.et son magnifique talent     … Il est par conséquent possible qu’un piano fasse une clairière avec du Bach ou du Chopin, qu’avec un andante lento il enchante les troncs austères, accompagne le crescendo d’une flûte sifflant les sèves jusqu’aux feuilles cherchant le ciel.   Que naisse un peuple de colombes d’une aurore comme un prélude, que s’écrive d’un froissis d’ailes une partition aérienne pour les deux mains courant, agiles, sur l’ivoire de ce clavier, les deux mains de ce... [Lire la suite]
dimanche 15 novembre 2020

LE VOYAGE EGOÏSTE...Extrait

"Maintenant, l'aube est à moi seule, et seule je la savoure rose, emperlée, comme un fruit intact qu'ont dédaigné les hommes. C'est pour elle que je quitte mon sommeil, et mon rêve qui parfois t'appartient... Il n'y a rien - rien que la plage lisse qui grésille comme sous une flamme invisible, rien que les équilles de nacre qui percent le sable, sautent, repiquent du nez, ressortent, et cousent la grève de mille lacets étincelants et rompus... Il n'est que midi. Tout l'après-midi est devant moi comme une terrasse inclinée, rayonnante... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 13 novembre 2020

MARC BONNANT...Extrait

Ils marchaient lentement sous le ciel de novembre, En suivant un chemin qui longeait la yeusaie ; Derrière eux l’horizon blondissait comme de l’ambre, Mais ils étaient ensemble et cela suffisait. . Dans le jour finissant ils se tenaient la main Et allaient d’un pas lent sans échanger un mot, S’étant dit bien plus tôt, tout au long du chemin, Ce qu’il fallait se dire, sous les cieux abismaux. . Maintenant que les ombres autour d’eux se rassemblent Et dévorent les contours du domaine forestier, L’un et l’autre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,