jeudi 3 avril 2014

LA TERRE NOUS EST ETROITE...Extrait

Je dis tant de choses sur la différence ténue entre les femmes et les arbres, Sur la magie de la terre, sur un pays dont je n’ai trouvé le tampon sur aucun passeport Et je demande : Mesdames et messieurs aux coeurs bons, la terre des hommes est-elle, comme vous l’affirmez, à tous les hommes ? Où est alors ma masure ? Et où suis-je ? L’assemblée m’applaudit Trois autres minutes. Trois minutes de liberté et de reconnaissance… L’assemblée vient d’approuver Notre droit au retour, comme toutes les poules et tous les chevaux, à un rêve de... [Lire la suite]

samedi 29 mars 2014

AU JOUR LE JOUR 5, CARNETS 2000-2005...Extrait

   Le sentiment de la nature, de son "étrangeté" est peut-être le degré le plus bas  de la perception du non-humain, de la perception de puissances qui ne relèvent pas de l'espèce humaine. Oui, c'est peut-être quelque chose de très primaire, mais c'est du moins quelque chose qui vous arrache à la toute puissance de nos sociétés humaines, faisant craquer les bornes d'un univers artificiellement clos, tel celui de la "ville tentaculaire".    Je me suis dit soudain que le Louvre était mes sentiers, mes bois,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 29 mars 2014

LES DISCRETS...

Peut-être sont-ils dans l'ombre comme dans la lumière, il suffit d'aimer cette lézarde dans le mur, une graine y a volé dans la poussière et tu peux voir la planteinaccessible fleurir : les dieux couvent l'obscure germination, l'attention au petit est l'encens qu'ils agréent; eux qui ne connaissent pas la distance de l'étoile à la haies'endorment sur le calice d'une rose. .   PAUL DE ROUX   .      
Posté par emmila à 19:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 19 mars 2014

AU COEUR DU COEUR...Extrait

Pour un coin d’eau de traces et d’herbe verteOù l’oeil serait nu le coeur de roséeLes mains feuilles ouvertesJe vaisAile au soleilMarchant pour l’étoileSon odeur de résine et de rêve d’enfantC’est la route des fables la route des genêtsQue bordent les noirs sourires d’enracinésVoici l’île la fleur la découverteVoici l’oiseau chanteurVoici les lendemainsLes mensonges aux yeux de mouettes. .   ANDREE CHEDID   .      
Posté par emmila à 20:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 5 mars 2014

LA FLEUR ROUGE

A la place du cielJe mettrai son visageLes oiseaux ne serontMême pas étonnésEt le jour se levantTrès haut dans ses prunellesOn dira : « le printempsEst plus tôt cette année ? »Beaux yeux, belle saisonViviers de lampes clairesJardins qui reculezSans cesse l’horizonOn fait déjà les foinsLe long de ses paupièresLes animaux peureuxViennent à la maisonJe n’ai jamais reçuTant d’amis à ma tableIl en vient chaque jourDe nouvelles établesL’un apporte sa faimUn autre la douleurNous partageons le peuQui nous reste tous en chœurQu’un enfant... [Lire la suite]
vendredi 28 février 2014

CHANSON DU DJOLIBA

 Merci Adéla... Djoliba! Djoliba! Nom combien évocateur! Descendu des derniers contreforts du Fouta-Djalon, tu viens t’associer, généreux et fécond, à la vie du paysan de Guinée. C’est toi qui, à travers d’innombrables méandres, apportes discrètement à chacune de nos plaines un message de Paix et de prospérité. Tu t’es prodigué à cette terre de latérite et de grès pour que vive toute une race. Les bergers qui, chaque jour, promènent leurs troupeaux le long de tes bords verdoyants, te vénèrent tous et dans leur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mercredi 26 février 2014

EBAUCHE D'UN PARADIS PERDU...Extrait

(...) L'homme s'éveille avec peine de cette longue nuit. Il s'arrache aux liens tissés. Il le croit. Il secoue sa compagne, comme si la prière de l'aube résonnait encore dans sa tête. Partir ! Mais il contemple ce corps allongé près de lui. Il lèche cette chair endormie. La chaleur monte dans ses reins. Et le désir s'échappe, glisse dans les terres, frappe l'ombre miroitante et se love dans les collines. Il gonfle la pâte des nuages, étoffe les feuillages, leur donne odeur puissante. Il entaille la terre, l'ouvre aux semences. ... [Lire la suite]
mardi 25 février 2014

6 000 ème Message ...! LE GRAND RIVAGE...Extrait

....commeau détour du sentierdans le bois d'avril :ce monde concentrécomplexefortuittrempé de lumièreterrepierresherbe mouilléeet les rougesbranches de l'aubépine -dehors rien que landes nuesâpres vallées glaciairesou comme ce champ de fleurs des Alpessur les hauteurs de Ben Lawers :saxifragespensées sauvagesgentianesanémones des boisroses des montagnescompagnonsangéliquessoucis- assemblage uniquedû à une série de coïncidencesune petite couche de roches idéalesbien minéraliséepas trop acide comme les couches voisinessur des monts si... [Lire la suite]
mardi 25 février 2014

KENNETH WHITE

En art et en amourJ’ai toujours cherchéEt rarement trouvéCe qui me conduiraitLe plus loin possible de moiJe suis las des lieux Où l’homme se donne en spectacleJ’ai assez vu le théâtre humainLes gesticulations de ses pantinsToutes leurs petites histoiresCe qui m’intéresse à présentCe sont les champs silencieux Qui s’étendent alentourLes mouvements de la merLe ciel semé d’étoilesLe rapport entre mon corps et l’universEntre les nébuleuses et mon cerveau   .   KENNETH WHITE   .         ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 23 février 2014

LE MARCHEUR ( Patrick Chemin )

Posté par emmila à 23:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,