dimanche 8 novembre 2020

AHMED EL FAZAZI...Extrait

C’est la rivière qui suit mes pas À contre-courant De mes souvenirs Aucun rêve ne la précède Juste le bruit du ruisseau Et les chants des oiseaux Et l’écho de mes murmures Avec les méandres de l’âge Quand parfois fois je trébuche Sur les cailloux du reg Je me rends compte Que j’erre loin de ma rivière Que je marche dans un sillon asséché Et quelquefois j’imagine Que je me noie Dans ses flots Puis je continue mon chemin La rose des vents me guide À la recherche des déserts de mon âge Où ma rivière aux rives... [Lire la suite]

mercredi 4 novembre 2020

EN SOLO

... Le fleuve cherche ses sourcesmurmures pressantspuissantsdans l'invasion des racinesdans la fraîcheur des mousses.L'arbre pleureurqui baigne ses branchesl'instable du regardle secret taciturnejoyau noir et dursans raisongardé dans l'inquiétudeet ces ailes soudainqui portaient bien plus hautbien plus loin…Rencontres tout celarencontres hasardeusesintenses. Ruses du papillon volagetout en couleurspour cacher un corpssans grâce.Ruses de nos motslueurs aveuglantespour dissimuler le fragilele blesséla peau nue de nos silencesle cri de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 30 octobre 2020

JE SUIS NEE DE LA PLUIE ET DE LA MER...Extrait

Née de la pluie Je suis née de la pluie et de la terre J'ai grandi dans l'insouciance de mon enfance Tu es fait de cendres et de poussières Où te mènera donc ton inconscience ? Je suis née de larmes et de rêves Toute ta triste vie n'est qu'illusion Maintenant je fais une longue trêve Avant de te rejoindre dans ta prison. Je suis née de sons et de musique Avec le rythme du tambour ancestral Qui capture tout silence cynique Et réchauffe ce froid théâtral. Je suis née plein d'étoiles dans mon ciel Elles... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 22 octobre 2020

ANNA MARIA CARULINA CELLI...Extrait

La nuit noire Je la veux croire Miroir de notre monde Espoir qu'en la myriade de ses brillants À la surface d'une eau si dangereusement profonde Se murmure le reflet de toutes les créatures Lueurs écartelées d'amour Qu'efface la lumière du jour Féconde fantaisie de la Nature Fleurs, oiseaux, baleines Suspendues au vent, aux gouffres, à l'écume Plantes des sylves, des mares, des dunes Bêtes à poils, à soie ou à plumes Parmi elles, vacillant dans l'obscurité béante Des points de feu Quelques hommes silencieux . . .... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 10 octobre 2020

MEMOIRES SANS VISAGES & AUTRES TEXTES...Extrait

« Le murmure de l’impossible écrase déjà mes phrases aveugles Je crie l’incendie sur le lac Et les crinières blanches des départs avortés Pourquoi le taire, je n’ai pas d’autres souvenirs que ces ébauches dépouillées, Un brin de thym vaut une pâquerette J’ai froissé l’immortelle sur une plage battue des vents Toi, mon prince des mers, je savais ta douleur Et la mosquée des sables, Comme un grand cormoran parmi les tamaris   Je n’ai besoin de rien Je marche sur les dunes, sur les murailles des châteaux-forts où... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 10 octobre 2020

RESONNANCE...

la terre se rend à l’évidence des fleursau poids de l’ombre à la désolation de l’eaususpendue entre la révolte et l’ennuije me laisse emporter par l’amoursi près d’ailleursles mots attendent notre venueles étoiles s’abandonnentle soleil monte les escaliers de l’âmela maison s’illumineje reviens du silence comme un noyéles grandes eaux de l’origine m’ont pris la main beau corps de sultane aux mille chevaux confondusje hume ton odeur capiteusesuivant la courbe de tes hanchesje me laisse emporter par la tentation de naîtreencore une... [Lire la suite]

vendredi 2 octobre 2020

CHANSON D'AMOUR SUR LA CROIX

Ville de toutes les petites blessures, Tu ne vas pas éteindre ma main ? Tu ne pourras pas m'envoyer une gazelle ?... Et nettoie mon front et le poumon De cendres ? Te manquer est la même chose qu'une absence ; te trouver, un bannissement. Je frappe à toutes les portes hurlant, En train de demander : Comment peuvent-ils être troqués ? en poudre les étoiles ?... Je t'aime Sois ma croix. Sois comme tu veux un pigeon. Je sais que si tes mains me fondaient Les déserts seraient remplis de nuages. Je t'aime, Tout le... [Lire la suite]
vendredi 2 octobre 2020

JARDIN

  Nuages à la dérive, continents somnambules, pays sans substance ni poids, géographies dessinées par le soleil, effacées par le vent. Quatre murs de terre. Bougainvilliers : dans leurs flammes pacifiques mes yeux se baignent. Passe l’air entre des murmures de feuillages et d’herbes à genoux. L’héliotrope aux pas violets croise enveloppé de son parfum. Il y a un prophète : le frêne — et un méditant : le pin. Le jardin est petit, le ciel immense. Verdeur qui survit dans mes débris : dans mes yeux... [Lire la suite]
Posté par emmila à 03:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 30 septembre 2020

COMME LES LOUPS VONT AU DESIR...Extrait

 Merci à André Chenet . Dire ce qu’on dit chaque jourles yeux fermés les yeux ouvertsDire l’écharpe nouée dans l’airla patience enfin mariéeenfin couverte d’agrafesSon ombre changée en roséesa blessure dans tous les cœurscomme un repas en plein azurUne fleur terrasse le ventVoici les murs rendus au plaisirla lune ouverte à tout venantle sable coulant des doigtsjusqu’au nadir L’âme blonde du tempsdans sa cage du temps des galèresla tresser doucement sous l’eau Je sais un êtreune corne d’éléganceaux habitudes de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mercredi 9 septembre 2020

COLETTE...Extrait

« J’appartiens à un pays que j’ai quitté. Tu ne peux empêcher qu’à cette heure s’y épanouisse au soleil toute une chevelure embaumée de forêts.Rien ne peut empêcher qu’à cette heure l’herbe profonde y noie le pied des arbres, d’un vert délicieux et apaisant dont mon âme a soif… Viens, toi qui l’ignores, viens que je te dise tout bas le parfum des bois de mon pays égale la fraise et la rose ! Tu jurerais, quand les taillis de ronces y sont en fleurs, qu’un fruit mûrit on ne sait où, – là-bas, ici, tout près, – un fruit... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,