lundi 12 août 2013

LE DEHORS ET LE DEDANS...Extrait

La nuit bouge elle bat des ailes au fond du pré dans le vert qui vire une corneille brille comme anthracite Encore une goutte de lumière pour chaque noix aux noyers pour le chapeau clair des coprins éclos dans la nuit leur invraisemblable candeur contre tout ce noir qui se prend et tire à lui les couleurs Bascule de l'ombre Instant fragile, menace de cet automne où nous pourrions bien quitter sans crier gare ce logis piteux et mal aimé du corps le laissant seul à négocier nos redditions face à l'inexorable gravité de l'existence ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

vendredi 2 novembre 2012

LE DEHORS ET LE DEDANS...Extrait

Depuis que le silencen'est plus le père de la musiquedepuis que la parole a fini d'avouerqu'elle ne nous conduit qu'au silenceles gouttières pleurentil fait noir et il pleutDans l'oubli des noms et des souvenirsil reste quelque chose à direentre cette pluie et Celle qu'on attendentre le sarcasme et le testamententre les trois coups de l'horlogeet les deux battements du sangMais par où commencerdepuis que le midi du prérefuse de dire pourquoinous ne comprenons la simplicitéque quand le coeur se brise. . NICOLAS BOUVIER .   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 11 mai 2011

L'USAGE DU MONDE...Extrait

« Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu’on porte en soi, devant cette espèce d’insuffisance centrale de l’âme qu’il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre,et qui, paradoxalement, est peut-être notre moteur le plus sûr. » . NICOLAS BOUVIER .   Oeuvre Ghislaine Séré
Posté par emmila à 09:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 25 août 2010

LA DERNIERE DOUANE

Depuis que  le silence   n'est plus  le père de la musique               depuis que  la parole a fini d'avouer               qu'elle ne  nous conduit qu'au silence               les  gouttières pleurent               il fait noir  et il pleut             Dans l'oubli ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 8 juillet 2010

LE DEHORS ET LE DEDANS...Extrait

Depuis que le silence n'est plus le père de la musiquedepuis que la parole a fini d'avouerqu'elle ne nous conduit qu'au silenceles gouttières pleurentil fait noir et il pleut   Dans l'oubli des noms et des souvenirsil reste quelque chose à direentre cette pluie et Celle qu'on attendentre le sarcasme et le testamententre les trois coups de l'horlogeet les deux battements de sang   Mais par où commencerdepuis que le midi du prérefuse de dire pourquoinous ne comprenons la simplicitéque quand le cœur se brise . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 23 mars 2010

LE DEHORS ET LE DEDANS...Extrait

 Un peu de gris, un peu de pluie et c'en est déjà presque trop il faut chanter si bas pour t'endormir Circé du bord des larmes frêle et fragile comme tu l'es parfois je me demande  d'où te viennent ces largesses d'ombre    et dans quels jeux silencieux tu t'égares  avec cette soie dévidée dans le noir    sans doute ne sais-tu pas toi-même        pour quelle lumière inconcevable  tu as préparé tant de nuit auberge aveugle du... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 29 juillet 2009

NICOLAS BOUVIER

"Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement est peut-être notre moteur le plus sûr.". NICOLAS  BOUVIER .
Posté par emmila à 16:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 20 décembre 2008

LA CHAMBRE ROUGE ET AUTRES TEXTES...Extrait

C'est grâce à Holan, autant qu'à Michaux, que j'ai compris que certaines visites que la vie nous rend sont si mystérieuses qu'elles doivent prendre la forme d'un poème, que la prose la plus éclatante ne rendrait justice ni à leur transparence ni à leur opacité qui sont forcément voisines puisque nous ne comprenons pas la transparence mais pouvons seulement la flairer comme un limier flaire un gibier dont il sait qu'il n'est pas pour lui. Ce sont eux qui m'ont, sur le tard, conduit à écrire des poèmes, non par ambition littéraire, mais... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 12 septembre 2008

LA DERNIERE DOUANE

Depuis que le silence n'est plus le père de la musique, depuis que la parole a fini d'avouer qu'elle ne nous conduit qu'au silence, les gouttières pleurent, il fait noir et il pleut. Dans l'oubli des noms et des souvenirs, il reste quelque chose à dire entre cette pluie et Celle qu'on attend, entre le sarcasme et le testament, entre les trois coups de l'horloge et les deux battements du sang. Mais par où commencer depuis que le midi du pré refuse de dire pourquoi nous ne comprenons la simplicité que quand le coeur se... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 7 septembre 2008

NICOLAS BOUVIER

. NICOLAS  BOUVIER . "Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement est peut-être notre moteur le plus sûr."
Posté par emmila à 17:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,