lundi 19 octobre 2015

TESTAMENT

La poésie doit dire quelque chose. Dire quoi ? Le malheur cueilli par Dieu dès l’enfance ? Le voile blanc d’une aube désertant la mémoire ? Une silhouette rivale et une ombre muette ? L’expérience de la compassion, autre énigme de la bonté ? Que me veut la poésie ? Me racheter ? Rencontrer Dieu chez mes ennemis Paradoxe…Dieu est l’ennemi. Absent, laid, haineux, Dieu est la foudre de l’âme Il la traverse de haut en bas comme les longs arbres Dont les racines s’immergent dans les marais Dans la voix du poème, Le vers sortent... [Lire la suite]

dimanche 18 octobre 2015

L'ART D'ECRIRE

Tu exprimes le manque, l’incertitude, l’abandon peut-être Le gouffre où tu te débats Tu affectionnes un style et cherches le ton qui te ferait exister tu es là dans l’immensité, le bleu et la voix la voix se heurte au bleu et l’horizon renvoie un écho ne cherche pas l’écho l’écho est l’exil du même rapproche-toi de la sérénité, les puissants battants du songe ailes ouvertes répétant à l’infini le geste heureux d’aller vers l’autre et tu découvres la précarité de l’être, ou le refus ou le silence ou la mort Tu crées en... [Lire la suite]
dimanche 13 avril 2014

NICOLE BARRIERE

Mon amant de silenceMa terre d'origineA l'instant fragile de l'ententeNos chants de retrouvaillesComme l'élixir de minuitMon peuple d'étoiles en couleur graffitiLégende de pays, de siècles ou de visagesVoyageur affectueux au goût d'orange mûreTandis que la comète bascule dans le videJ'ai la mémoire peu fiable, la gerçure des ténèbresdes fleurs de transe imaginairesL'absence balafrée de fils farouchesFeu sauvage dune fugue à deux voixInventaire en débat de la vieCosmos laïc d'Isis et CassiopéeRêve païen de l'ange rebelleAu logis... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 23 avril 2013

NICOLE BARRIERE

Travail de poésieparole dans le tempscomme un très vieil arbre et l’ombre porte fraîcheur au peuple déraciné racines, terre ingrate, l’âpre mélancolie des sombres solitudes !de la douleur des guerrescoupé des sources vives, poète aux poings serrés et de folle passion besoin de paix, à Paris ou ailleurs.Tout est déchirure et combat fratricide envers la femme, l’amante, la soeur, la poésieÉlans ardents du juste Vérité jusqu’au cri, tout en soi est contraire, exigence, déchirurequi fait œuvre de vie.On connaît la fuite qui fera mourir,... [Lire la suite]
dimanche 7 avril 2013

NICOLE BARRIERE

 Descendre dans la langue de l'anges'insoumettre à la nuit de l'époques'envoler vers les cerfs de lumièreêtre du signe des bergerstraverser d'amour la gorge blanche des solitudes. Arbrisseau qui boit la pureté matinaleReprends le fruit d’autrefoisLa pluie amène des résurrections Éloigne l’épars et le sacréOublie l’éclairEt sur les sentiers de foudre, Nomme le feuillage. Enchaîné, le cœur chante deuilSeuls meurent les livresSolitaires, Feux arbres gravés de doute Requérir l’inexprimableAccéder au feuEndurer l’irrésistible... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 7 avril 2013

L'AIR DU POEME

L’air du poème la voix prise dans le feu me voici sans mot   me voici trace là – où ne demeure que la foudre - de toi séparée avant le commencement avons-nous partagé la lumière quelle éclaircie tourmente nos braises ? sommes-nous gouttes d’eau échappées de l’orage ou poussières dans la tornade du temps ? sur le linteau de la nuit nous sommes cueillis d’ivresse au bas de nos pensées se saisissent les rêves le soudain accompli du nuage où se revêtent les choses sans nom affranchies de l’enfance seuls nous sommes seuls et mêmes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

vendredi 16 novembre 2012

NICOLE BARRIERE

Dans les conjonctions heureuses des étoiles Sous la croûte obscure de la langue Près de la roche percée sur l’île, On raconterait la beauté dans la nuit Les mots défailleraient pour dire la rencontre du soleil et du rideau de pluie La langue saignerait le silence de ses éclats De ses désirs précipités, un jour de fête des mots Le paysage et l'air auraient la substance même du bonheur, avec la vocation de l'amour Un jour de comète éblouie, On resterait muet, incapable de se déclarer, gauche et embarrassé de soi, Si intime On... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 7 novembre 2012

NICOLE BARRIERE

Je te donne, Amour La pierre lavée de grand soleil La craquelure de l'existence Le moirage inégal du temps Avec l'ombre du feuillage Avec l'herbe sous le vent   Je te donne, Amour L'escalier d'ocre au grès fidèle Le bois vieilli, la passerelle La porte ouverte à deux battants Avec le vent de la ruelle Avec le tilleul odorant   Je te donne, Amour Le souvenir de mes violettes La rosée blanche, l'alouette Le romarin et la sarriette Le parfum des pommes vertes Avec le goût fruité des ans   Je te donne,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 26 septembre 2012

VOLUBILIS A LA TOMBEE DU JOUR

Depuis le tumulus le regard embrasse la plaine champs cultivés où s'élèvent les chants anciens   A cette heure du jour où le soleil se voile Entre les colonnes monte la rumeur de la ville de négoce et d'artisans   Chaque pas heurte les pierres foulées de mille pas au pas de mille seuils Maisons ouvrières travaillées de mille mains Maisons familières closes sur les chagrins Maisons solaires ouvertes sur les légendes   La ville semble dormir tandis que les âmes errantes guident entre les murs Murmures des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 6 juillet 2012

SILENCE

Peut on imaginer que les choses restent muettes? comme bâillonnées? qu'il faudrait accepter d'aimer bouche cousue? quel serment pour retenir sourdement sa pulsation d'étoile? faire retentir un fragment du monde trébucher sur les paroles de toute mémoire, de tous les âges. par un singulier détour nous revenons de l'éternel à l'éphémère Silence qui procède à une dimidiation du fond et de la forme de soi et de l'autre, semblable et différent tenir le silence, les silences d'une terre gercée de janvier dans l'absolu du gel dans la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,