jeudi 26 juin 2014

JOSE EMILIO PACHECO

Les éléments de la nuitSous le plus petit empire que l'été a rongés'écroulent les jours, la foi, les prévisions.Dans la dernière valléela destruction s'assouvitdans des villes vaincues que la cendre affronte.La pluie éteint la forêt illuminée par l'éclair.La nuit laisse son venin.Les mots se brisent contre l'air.Rien ne se restitue,Rien n'accordeLa verdeur aux champs calcinés.Ni l'eau dans son exilNe retournera à la fontaineNi les os de l'aigleNe retourneront à ses ailes.   .   JOSE EMILIO PACHECO .     ... [Lire la suite]

samedi 16 juillet 2011

RIEN N'ETAIT...

  à Jacques Ancet   Où il y a l'attente, longtemps, et sans retour, où il y a dire, et puis ne plus pouvoir dire, où il y a écouter et puis ne plus pouvoir écouter, où il y a regard et puis tenter de regarder encore, et sans retour. C'est un chant, et malgré la douleur, il n'y a rien d'orphique, c'est un chant sans retour. Chaque mot creuse, là où il est pour un instant, là où il est, même dans l'absence. Rien n'avait changé mais rien n'était plus comme avantJacques Ancet . Ce qu'il n'est plus: que le mot rien... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,