dimanche 6 avril 2014

LE TEMOIGNAGE SILENCIEUX D'UN CROISEMENT

Nus de ce que nous sommes, nus de nos vides à tarir, nus de nos prières à découdre l’amertume de nos sacrifices et de nos renoncements. Nos merveilles sont dans l’exploit de nos rêves. Dans la grandeur et la magnificence de l’illusion qui bataille nos réels foudroyés d’abstinences.  La nudité c’est la rencontre. C’est le lieu privilégié où se recoud le monde. C’est la gloire des profondeurs au service des ailes d’anges. Il n’y a qu’ici, que nous pouvons caresser l’idée de la réconciliation. Il n’y a qu’ici, que nous savons être... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

jeudi 8 août 2013

LETTRES D'OR...Extrait

" C'est même chose que d'aimer ou d'écrire. C'est toujours se soumettre à la claire nudité d'un silence. C'est toujours s'effacer."   .   CHRISTIAN BOBIN   .   Oeuvre Mathieu Veemaels http://www.mathieuweemaels.be/  
Posté par emmila à 15:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 30 octobre 2012

L'ODEUR DE L'OMBRE

L'odeur de l'ombre Une odeur d'impatience de nudité de naissance inachevée… Étonnante mobilité des choses, voies multiples ouvertes ou farouches fenêtres closes sur l'infini... . . . AGNES SCHNELL . . .      
Posté par emmila à 21:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 5 octobre 2011

LE CORPS VOISE, petite suite eucharistique...Extrait

Recevoir l'ample sur soi et pourtant justaucorps.  Émergeant, tête et poings, de l'étroite et large housse, naître à neuf dans la mise de l'autre.  La blouse de lin sur le soi élimé, retrouver une simple venue.  Débattre les plis de l'un, de l'autre, et faire, debout, des gestes ouverts, et plus grands que nature.          Être ainsi dénudé, et la face, et les paumes et les bras, dans l'immense nef humaine.  Accolé à celui qu'on dépouilla de tout -- "ceci, mon corps" --, qui délaissa la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 7 mai 2011

LA OU FLEURS OU FLECHES

tout bas défaire le chignon dans la cambrure et la bascule des mots dans le vœu de ne pas emmêler sous les épigrammes du soleil   lui dit : est lisse l’air de ta peau, hiéroglyphes tes lèvres où je m’attarde   ce qu’elle a perdu dans la voix jusqu’à la couleur de ses cheveux et le deuil de ses vêtements   mon visage vague après vague   je vous lis vous déchiffre l’argot de vos amours rose ronce roc & faïence des lectures & les fleurs ont augmenté leurs corolles   entre couleurs et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 17 février 2011

LE NU BLEU...Extrait

Le nu bleu peut foncer toujours davantage jusqu'au noir, il peut toucher la transparence jusqu'au bleu clair. Le nu bleu retrouve la présence physique par delà les perspectives d'une déposition intellectuelle. La nudité dont je parle est aussi celle du visage, celle du visage de l'autre qui se tourne vers moi — et c'est cela la nudité même. La nudité, cet abord de face dans le discours, écrire à visage découvert. Le nu bleu se nuance depuis le corps nu jusqu'à la nudité de pierre blanche dans les cloîtres des abbayes.   Le nu... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 21 octobre 2010

L'ANIMAL QUE DONC JE SUIS...Extrait

  Depuis le temps, donc.   Depuis le temps, peut-on dire que l'animal nous regarde ? Quel animal ? L'autre.   Souvent je me demande, moi, pour voir, qui je suis – et qui je suis au moment où, surpris nu, en silence, par le regard d'un animal, par exemple les yeux d'un chat, j'ai du mal, oui, du mal à surmonter une gêne.   Pourquoi ce mal ?   J'ai du mal à réprimer un mouvement de pudeur. Du mal à faire taire en moi une protestation contre l'indécence. Contre la malséance qu'il peut y avoir à se... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,