mardi 17 janvier 2017

NE PARLE PAS AUX SOLEILS GRIS

Ne parle pas d’amour aux oiseaux des murs Tiens-toi tranquille ne dérange pas l’horizon du silence Sois secret comme l’île peuplée de totems et de lances Retiens ce qu’il reste de nuit sous tes paupières En cas de détresse danse danse danse Jusqu’à ce que Mère Terre écoute ta blessure Danse jusqu’à ce que tes dents blanches rient Mais ne parle pas d’avenir infini aux soleils gris aux lunes de tristesse et d’errance.   .   ANDRE LAUDE   .   Oeuvre Qin Tianzhu

vendredi 16 décembre 2016

JE ME SUIS RECONNU...Extrait

Le tyran a posé devant lui ses mains nues et, seul devant ces mains étrangères, ces Mères presque exsangues sur le drap pourpre des nations, seul contre ces ménades pâles de l’histoire dont l’ombre lacère sans trêve l’univers, il fixe leur blancheur funèbre dans les âges il sent la nuit grandir derrière elles, le sang les soulever jusqu’au regard de dieu qui juge ! Les siècles neigeront en vain sur ces déserts et le sang vainement saturera leur poudre, ils sont blancs jusqu’au sang même dont ils sont teints et nus, jusqu’à la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
jeudi 8 décembre 2016

REGARD DES ETOILES

à Jean Laugier, i.m. .Ce corps de glaise,pesant, lié au sol,tiré vers l’invincible nuit,ce corps où l’esprit veillecomme l’oiseau, dans la charpente de ténèbre,la cage d’os qu’un sang paisible éclaire,en songe une musique le saisit,l’allège et le dénoue de la terre charnelle.l’aile promise, triomphale, déploieses plumes frémissantes.Il se retourneet la rosée l’aspire.Les yeux fermés,rêvons que dans le froids’élève librement notre corps de lumière.Et le voici alors dissous dans la lumière,dépossédé du sanget du grand livre intime que... [Lire la suite]
mercredi 7 décembre 2016

L'INDICIBLE

Pas de motsla tendresse du ventle respir d’une essencel’accueil de son épaule…mon être qui revitla joie cachée dans la nuitJe vienslentementje viensj’entre dans le non-ditdans les abysses de ton être…et voici nos fragilitéscette fêlure dans la pierrecette arme de satanj’en partage le sanget l’amère faiblesseta chère… ton humble mainta main si fraternelleanéantit les tracesLa nuit le reçoit du silencele murmure court entre les arbresd’un soufflevava profondet soulève le poidsqui étouffait le cœurle briseen disperse les cendres…  ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mercredi 16 novembre 2016

RENE CREVEL...Extrait

Ce soir, comme tous les soirs, j'ai moins peur de la nuit que du réveil. Le petit jour met tropd'obstination à ramener les incertitudes, toujours les mêmes. Au moment de dormir, je m'acharne a trouver quelque sécurité qui m'aide à reprendre avec plus de courage la suite de mes jours. Comme on a besoin de manger et de boire, oui, j'ai besoin d'être sûr. Sûr de n'importe quoi...Notre sommeil coupé en deux, nous nous apercevons que l'esprit libéré ne s'enchaîne point toujours à ces prétendues merveilles qu'il plaît à nos minutes lucides... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 15 novembre 2016

JE T'INTERPELLE DANS LA NUIT...Extrait

Entre mon vrai visage et son reflet dans la vitre, le temps et le néant, parmi tout ce qui ne peut-être dit avec des mots… Je suis là, à cette heure sombre où j’aurais souhaité être ailleurs, dans un autre temps. Je suis dans la nuit, toujours la même, infinie, la nuit ambrée… .   ASLI ERDOGAN .     La prison à vie requise en Turquie contre la romancière Asli ErdoganDes procureurs turcs ont réclamé la prison à vie pour la célèbre romancière turque Asli Erdogan, 49 ans, accusée avec huit autres personnes d'avoir... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

vendredi 4 novembre 2016

PROPHETIE

Moi démineur des vents Homme des mille chemins de l’homme Et des mille carrefours Je joue à vivre sur la marelle d’une île Mon sang éteint la nuit qui se rebelle En une seule violence d’abeilles descellées J’écorche patiemment la nuit Rêve à rêve Et  je recommence avec toi la naissance du monde J’aurais payé comptant l’oiseau levé dans L’aiguille du jour Et qui brode tes yeux d’araignée fabuleuse Moi démineur des vents J’ai pris racine dans la flambée des lèvres J’ai jeté l’ancre J’ai pavoisé la route de soleils... [Lire la suite]
dimanche 30 octobre 2016

L'ÂME BLESSEE D'UN ELEPHANT NOIR...Extrait

  C’est de l’étoile que naissent toutes les légendes   la légende de la lumière dans le ciel noir dans la clairière de l’ombre dans l’éclair des tempêtes   la légende de la nuit à l’heure des ténèbres   Ô mon fils !   tu apprendras à la forêt à être fière de l’arbre   Mamonomé ! eh Da ! l’âme blessée d’un éléphant noir reconnaît en toi son adresse ... Si ton intinéraire te désavoueaccepte de tomber sans précaution. La chuteest humaine. Ne pleure pas. Elle est le témoinde la... [Lire la suite]
mercredi 26 octobre 2016

LA CHANSON DE ZORAH

Lorsque plonge le soir sur la terre promiseEt que le matin creux à l’aube suspenduSemble attendre au vantail de quelque saison griseUn immanent soleil qui surgirait des nuesC’est là que je t’attends sous la voûte alcalineEntre le limonier et l’olivier frondeurSur le jasmin ganté le vent sèche ses pleursEt sur l’îlet le ciel tendrement se diviseC’est l’heure des serments et des calembredainesDes carquois libérés aux brûlots de nos joursDes horizons sacrés chavirant sur la plaineLeur corset héliodore et leurs bas de veloursC’est là que... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
vendredi 21 octobre 2016

LE DERACINE...Extraits

Rien n'est beau comme ta nuitEclairée d'un sourireLe peu de temps pour la mortTu te pares fragile si belleD'un corps au solstice du rêveVentre premierEt le figement de la vague sur l'étoffeDans l'étreinte de ce lieu perdu que tu saisLa vigueur exige la patience de l'amourL'urgence du souffleLa plus juste faiblesse ... Tu reprends voix dans la révolteTu reprends vieTu reprends criPoussé le premier motArraché du sang véritableLe poème t'avoue dans un autre lieuMoment propice d'une irruption de vivred'une éclosion de souffleTon seul... [Lire la suite]