samedi 27 février 2021

PLANTEE A LA BASE DE TON COU LA FLEUR BLEUE DE NOVALIS

Un trait d'étoile sur des larmes pétrifiées Dans l'ourlet de la chair Un bleuet infiniment cousu Un fanal dans ton poème Un roulis de mots que chaque césure Tenaille puis rejette à la vague Dans la crevasse c'est ton silence Un plus-que-mots que chaque césure Déploie comme un fruit marin Pétale après pétale comme une rose d'océan Si vous lisez ces lignes n'y voyez qu'un champ de lin . . . . . GHYSLAINE LELOUP . . . .
Posté par emmila à 15:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

jeudi 27 août 2020

MRS DALLOWAY...Extrait

"C’est ainsi que par un jour d’été les vagues se rassemblent, basculent et retombent ; se rassemblent et retombent ; et le monde entier semble dire : « Et voilà tout », avec une force sans cesse accrue, jusqu’au moment où le cœur lui-même, lové dans le corps allongé au soleil sur la plage, finit par dire lui aussi : « Et voilà tout. » Ne crains plus, dit le cœur. Ne crains plus, dit le cœur, confiant son fardeau à quelque océan, qui soupire, prenant à son compte tous les chagrins du monde, et qui reprend son élan, rassemble, laisse... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 17 juillet 2020

L'OBSCUR VERTIGE DES VIVANTS...Extrait

"La science n'étouffe pas le chant de l'océan dans les coquillages.Savoir qu'on y entend les vibrations de sa propre oreille ne réfute pas les vagues qui roulent en nous leur nostalgie. Les chiffres forent des puits comme les mots écoutent le monde : dans la fascination de sa beauté.Ainsi, révélée ronde, la Terre enfanta encore des aventuriers au coeur plus vaste, à qui le vertige continua de fouetter le sang.Le réel ne condamne pas la poésie. Il l'appelle, comme le vent la voile lui donnant force, le savant la formule qui creuse... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
dimanche 12 juillet 2020

CONTE MARIN

  Tu offres le lait de tes rosesAu pendule de la lune.La mouette, dans son bal,Invite des bateliers attardésQue la mémoire des ports n’enchante plus.Ils rament vers d’autres souvenirsSans écailles,Sans échos,Epelant un monde toujours nouveauEt la chair bleue de l’océanAux rides de bavesEgrène,Sous les vents,Des chapelets de feu,Le tintamarre des couleursInvite à d’étranges cènesOù les commensaux racontent des fablesAu sang encore chaud.Et les curieux,Tels d’habiles phasmes,Ecoutent, en soupirant,Ces chants si mélodieuxQui... [Lire la suite]
dimanche 8 décembre 2019

JULES SUPERVIELLE...Extrait

J'aurai rêvé ma vie à l'instar des rivières...vivant en même temps la source et l'océan...sans pouvoir me fixer même un mince moment...entre le mont, la plaine et les plages dernières...Suis-je ici? Suis-je là bas? Mes rives coutumières changent de part et d'autre et me laissent errant...Suis-je l'eau qui s'en va, le nageur derrière ? Ou serai-je plutôt sans même le savoir celui qui dans la nuit n'a plus que la ressource de chercher l'océan du côté de la source puisqu'est derrière lui le meilleur de l'espoir ???     ... [Lire la suite]
dimanche 4 août 2019

SOMNAMBULE DU JOUR - POEMES CHOISIS -

L'océan d'où j'étais sortieil y a des millions d'annéesse réveille en moiquand je t'aime Dans mes étreintesje laisserai sur ton corpsdes restants de coquillages Ton lit sera recouvertd'une fine couche de sable   .     ANISE KOLTZ     .     https://www.artmajeur.com/en/dombertrand/artworks/9502444/couple-beige
Posté par emmila à 18:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 3 août 2019

JOËL GRENIER...Extrait

Parfois, quand les rives fleurissaient, ils se faisaient voyage et la brise murmurait.Couchés au même flanc, ils attendaient la vague qui les emporterait.La mer était immense, pleine de promesses et des goélands blancs remplaçant les mots, se posaient sur le haut de l'écume d'un rêve que personne ne savait.Une tête se nichait dans l'offrande des désirs et c'était la conquête des corps, à petits coups de rames. Invincible armada de l'amour. Et les flots étaient bleus comme les blés sont blonds dans tous les voyages. Il n'y... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mardi 16 juillet 2019

L'OBSCUR VERTIGE DES VIVANTS...Extrait

"La science n'étouffe pas le chant de l'océan dans les coquillages.Savoir qu'on y entend les vibrations de sa propre oreille ne réfute pas les vagues qui roulent en nous leur nostalgie. Les chiffres forent des puits comme les mots écoutent le monde : dans la fascination de sa beauté.Ainsi, révélée ronde, la Terre enfanta encore des aventuriers au coeur plus vaste, à qui le vertige continua de fouetter le sang.Le réel ne condamne pas la poésie. Il l'appelle, comme le vent la voile lui donnant force, le savant la formule qui creuse... [Lire la suite]
mardi 10 juillet 2018

AIR-POCALYPSE

Tu as pris le pouls de Océantu perçois la palpitation des mers asphyxiées Les courants marins se diluentdans la matière plastique qui dérive     Ô   Septième  ContinentLes températures de l'air viciévirent à la surchauffe planétaire l'incendie    le déluge l'eau     le feu     les glaces       les particules accéléréesalertent     altèrent  le Monde en Marche     Il n' y a jamais eu  d'évents... [Lire la suite]
mardi 5 juin 2018

PARTAGE DES EAUX

Pas encore née, déjà forméePassager d'un monde liquidePetit poisson, juste un frissonAnimée de gestes languidesOù est le haut, ma mère l'eau?Où est le bas dans ton silence?Dans la douceur de ton enclosJe suis un presque-rien qui danseEt tu me tiens au plus serréTon anneau d'or est bien ferméMon océan particulierMa chèreGeôlière C'est le doux partage des eauxQu'on garde au plus creux de ses osOù viennent boire les oiseauxDu rêveOn ne sait pas sur son îlotQu'on sera jeté par le flotBonheur qui d'un coup de ciseauS'achèvePartage des... [Lire la suite]