lundi 11 juillet 2016

LE BLEU DE LA NUIT CRIE AU SECOURS...Extrait

A force d’attendre j’oublie qui j’attends Oiseau ou femme blessure ou bûcher je scrute la plante j’exige son secret avec des gestes humbles des mots qui apaisent vague me parvient cette rumeur de métamorphose qui travaille mes mains au plus obscur j’épelle ton visage O futur inscrit dans le pas d’aujourd’hui dans l’absence éprouvée dans le silex d’un cri qui résonne au fond dans cette humide patrie des regards et des mots Ce peu de mort qu’obstinément je fouille repousse mes limites jusqu’au soleil du fenouil jusqu’à ce mystère... [Lire la suite]

mercredi 29 juin 2016

JE EST UNE ILLUSION

Loin d'ici la présomption, la prétention de se  risquer à courir sur les brisées de la poésie Rimbaldienne !  Je est une illusion, cette  paraphrase certes osée ou fantasque venant d'un quidam le laisserait peut-être entendre. Je m'en défends et me garde de toute velléité de ce genre, laissant aux poètes disparus la primauté et l'exclusive de l'assertion ; mais enfin, il me semble que cette image sied au texte conçu en vivant de si près la mer et les grands espaces... Alors, d'un commun accord, je vais comme je... [Lire la suite]
samedi 25 juin 2016

REFAIRE LA NUIT

Il n'y avait que le silence Derrière chaque mot volé La route expirait dans les pierres Entre les murs écroulés Et pourtant le dernier poète Tendait l'oreille vers la mer Et cherchait encore à saisir L'insaisissable oiseau de la parole. .   JEAN ROUSSELOT   . Oeuvre Goxwa
Posté par emmila à 19:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 18 juin 2016

UNE SUITE DE MATINS...Extrait

...Tout livre vrai est un comme cette écriture d'oiseau sur la vitre que le soleil révèle nous avons besoin de tracements sur nos transparences et d'une certaine lumière à la fenêtre... .   HEATHER DOHOLLAU   .   Photographie Thami Benkirane benkiranet.aminus3.com
lundi 25 avril 2016

SABLE MOUVANT

... Et le chanteur d'amourEmbrouillé dans les feuillesRoucoule pour l'oreille sourdequi l'accueilleLa chanson d'un cœur d'orPlus lourde que du plombEt les dates aussi se sont éparpilléesDans les gouffres de l'atmosphèreLes chiffres plus vite brouillésEntre les rides sèches de la terreDans tous les recoins des visagesNuages de l'enfer arrêtés au passageJe glisse sur la palissadePar-dessus les feuillards et les épis de bléFlatté par le ronron trop doux de ma paresseBercée dans ma prisonComme un refrain d'amourMais il y a quelque chose... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
samedi 5 mars 2016

LA POESIE DES BÊTES...Extrait

A Madelaine F. Un jardin tout planté de poiriers en plein vent,Auxquels depuis trente ans le pinson est fidèle,Une blanche maison où revient l’hirondelle,Voilà le nid heureux que je rêve souvent.Un bouquet de sureaux au parfum énervant,Par les midis en feu, servirait de tonnelle ;J’aurais un banc très court pour être plus près d’ElleEt mieux sentir son doux regard noir me couvant.Puis des murs tapissés de ronces et de treilles,Des carrés tout remplis de fèves et de pois,Dont les fleurs à ta joue, ô chère ! sont pareilles.Là, nous... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

samedi 27 février 2016

LE VENT

Force la grotte où marche le vent,source du parfum de l’aurorequ’il verse au seuil vespéral,et de la jeunesse des futaies lointainesqu’il cache dans la tendresse des herbes,et de la splendeur du soleil moribondqu’il ressuscite sur les collines prolongées.Vois-le en songe quand il commence à poindreet s’apprête à se ramifier comme une liane vivante;attends sur les rives des visions:à peine éclos, il apprend à volerpuis déploie ses ailes comme un oiseau sauvageet vient s’égarer dans les vergersoù il saccage fleurs et fruits.Quelle... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 27 février 2016

UN JOUR JE SERAI CE QUE JE VEUX

Un jour je serai ce que je veux. Un jour je serai une idée qu’aucun glaive ne porteA la terre désolée, aucun livre …Une idée pareille à la pluie sur une montagneFendue par la pousse d’un brin d’herbe.Et la force n’aura pas gagné,Ni la justice fugitive.Un jour je serai ce que je veux.Un jour je serai oiseau et, de mon néant,Je puiserai mon existence. Chaque fois que mes ailes se consument,Je me rapproche de la vérité et je renais des cendres.Je suis le dialogue des rêveurs.J’ai renoncé à mon corps et à mon âmePour accomplir mon premier... [Lire la suite]
mardi 15 septembre 2015

CROQUIS

Je cherchais, à l’aurore, une fleur peu connue, Pâle fille des bois et de secrets ruisseaux, Des sources de cristal aux murmurantes eaux, Enchaînèrent mes pas et surprirent ma vue. Ô fraîche cascatelle ! En légers écheveaux, Son onde s’effilait, blanche, à la roche nue, Puis, sous un rayon d’or un moment retenue, Elle riait au ciel entre ses bruns roseaux ! Et comme j’inclinais quelques tiges mutines, Sans bruit, l’oreille ouverte aux rumeurs argentines, Pareilles aux soupirs d’un luth mystérieux, Soudain, glissant vers... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 29 août 2015

JOEL GRENIER...Extrait

Elle sait tant l'oiseau que souvent elle m'envole. Et la plume et le vent lui font cortège. Fragile et farouche, elle cueille le ciel du bout de ses ailes et le pose en riant sur un espace libre qu'elle remplit d'ailleurs du chant de l'amour. Et la voilà aigle qui emporte sa proie dans ce fameux ciel qui compte jusqu'à sept. Puis redevient mésange ou colibri, le temps de butiner la dernière tendresse. Je sais tant la cage que souvent je l'appelle pour mettre de l'immense au milieu de mes barreaux.   .   JOEL GRENIER ... [Lire la suite]