lundi 5 mars 2018

LE BAISER

" Au- dessus de l’atelier de mon père était un vaste grenier sonore comme une cale de navire. Une large fenêtre, dominant toute la cour aux moutons, permettait de voir, au- delà des toits, par là-bas loin, le scintillement de la rivière, le sommeil des collines, et les nuages qui nageaient comme des poissons avec de l’ombre sous le ventre. On ne pouvait vivre dans le bas de notre maison qu'en rêvant. Il y avait trop de lèpre de terre sur les murs, trop de nuits qui sentaient le mauvais champignon, trop de bruits dans l'épaisseur des... [Lire la suite]

samedi 3 mars 2018

CHRISTIAN ARJONILLA...Extraits

Dans la caresse de l'ombre et de la lumièreau secretle cœur retrouve la mémoireautrerythmele rythmeautre mémoireCe fantôme parle aux maisonsaux paysages du hasardle désastre lui répond ... Perdre piedsrépondre au videconfondre le cadavre exposé sur nos épaulesretrouver l'apesanteuroù se dévisagent des mots qui nous ressemblent ... Toujours l'entremonde happe et envahitIl y a longtemps que je n'ai plus de nompas d'unité de lieu ni de tempsLe trouble ne saurait me troublerla fascination me fascinerJe parle à l'invisible   . ... [Lire la suite]
lundi 15 janvier 2018

IL SUFFIT D'UN MOT

Nomme si tu peux ton ombre, ta peur et montre-lui le tour de sa tête,le tour de ton monde et si tu peuxprononce-le, le mot des catastrophes,si tu oses rompre ce silencetissé de rires muets, — si tu osessans complices casser la boule,déchirer la trame,tout seul, tout seul, et plante là tes yeuxet viens aveugle vers la nuit,viens vers ta mort qui ne te voit pas,seul si tu oses rompre la nuitpavée de prunelles mortes,sans complices si tu osesseul venir nu vers la mère des morts   dans le cœur de son cœur ta prunelle repose ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
dimanche 24 décembre 2017

LISIERES DU GIVRE...Extrait

Eteignez les lampes !Taisez les lumières !Si je devais faire un vœu, ce serait la chaleurDe l’âtre un soir à la noirceur de charbon ! Et si je devais faire un vœu, ce seraitQue les flammes du bois de pinAttirent ici de nombreuses personnes, parmi lesquellesSerait peut-être celle que j’aimerais le plus – Et si je devais faire un vœu,Là, près du feu de l’âtre, ce seraitQu’une petite main apeuréeEt cherchant dans l’ombreTrouve la mienne – puis ne bouge plus –       TARJEI  VESAAS (1897-1970)  Traduction... [Lire la suite]
lundi 27 novembre 2017

LE BONJOUR ET L'ADIEU...Extrait

.... Il y a une parole confiée au silence, que l'ombre nous transmet. Une parole d'effacement qui est parole de tendresse. Peut-être pourrions-nous aussi parler de bonté. Lavis d'ombre sans que soit raturée cette lumineuse coulée qui la contient. Mais plus proche de notre dénuement. Je crois à cette parole d'ombre. Elle n'est pas jeu de lumière ou de solitude mais ce que nous pouvons comprendre d'un dialogue qui se fait, qui se défait en nous. A chaque instant. Car nous ne pouvons comprendre que l'ombre. La brisure de l'éclat. ... [Lire la suite]
vendredi 24 novembre 2017

L'OUVERTURE DU MIROIR ET AUTRES...Extrait

Le désespoir même s’est lassé désormais de rejouer la partie que je perds toujours où il m’attend sans surprise embusqué au bord du chemin pour m’offrir un moment sa compagnie glacée et s’éloigne laissant entre nous la distance de son ombre qui porte encore mes pas jusqu’au grand vide dans l’abîme des rêves sans lumière que n’éloigne plus le signe précaire de l’Aube tremblant au fond du chemin.   .   DELPHINE POPOVIC   .   Photographie Bernard Liégeois
Posté par emmila à 22:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

samedi 14 octobre 2017

BRANCHES BASSES

 Instant qui veut durer mais sans savoir Tirer éternité des branches basses Qui protègent la table où clairs et ombres Jouent, sur ma page blanche de ce matin.   Autour de ces deux arbres d’abord l’herbe, Puis la maison, puis le temps, puis demain Pour ouvrir à l’oubli, qui déjà dissipe Ces fruits d’hier tombés près de la table.   Là-bas est loin. Toutefois, c’est surtout Ici et maintenant qui sont inaccessibles, Plus simple est de rentrer dans l’avenir   Avec, pour tout à l’heure, quelque peu De ce... [Lire la suite]
mercredi 11 octobre 2017

PERMIS DE SEJOUR...Extrait

IL est devant la porte ou devant la fenêtre. Mais l'a-t-on reconnu ? Il est venu peut-être Pour entendre nos voix et regarder nos yeux. Ces routes de la nuit mènent vers ses grands yeux. Il voudrait nous parler aussi; mais nulle larme Ne lui est de secours. La mer brûle ses armes Et ses navires, ses aurores, ses couchants. Nous sommes là plusieurs à écouter son chant Et son souffle pareil aux orages de sable. Et tout devient plus beau. Nul contour haïssable, Nulle faim, nulle soif, pour tenir son amour. D'où revient-il ? Du Nord ?... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
vendredi 4 août 2017

DANS L"INACCESSIBLE PRESENCE...Extraits

Nuit trop lucide La vie bat sous l’écorce des heures Elle bat simple à fleur de temps et s’use lentement s’éloigne à pas de neige La mémoire est une chemise froissée longtemps portée et qui encore le sera jusqu’à la déchirure Mais voilà la nuit qui s’écarte un peu pour nous laisser passer nous laisser retrouver la première étoile du jour et le chemin de l’aube Quand la rumeur du monde nous rejoint nous regardons monter la flamme du soleil et nous étonnons d’être encore   ...   Tous ces mots la plupart inutiles ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
lundi 10 juillet 2017

INDECISO

Nousvoyageursà l'amble imprévisiblenous nageursluttant contre l'ombred'un ciel absentnous errantsdans l'éloignementn'avons que nos chimèrespour nous haler...Une flammeaussitôt cendreet ces mains toujours lassesd'un corps embrasé.On craignait l'arythmiede cet autrequi incendiait nos mots.Sur la morsurede longs échos reviennentdéformésgrimaçantsOn craignait son regardd'écorchéson ignitionet sa bouchedans l'impostured'un sourire crissant.Le rêve closnous laisse nusle coeur naufragé.   .   AGNES SCHNELL  Mezza Voce,... [Lire la suite]