samedi 28 janvier 2017

DIPTYQUE

Toute de fluidité et de mouvancesde déchirures et de vibrationsimpulsives,un peu de selsur une plaie ouverte.Impalpable insaisissablehoule de lumière et d 'ombreet d'ambre au plus secretelle n'est qu'antre primitifbulles d'eau clairequestions et étonnement.Farouche ailéeelle est toujours de l'autre côtédu miroir,Alice éblouieerrant lointaine, infinie.Le sangcoule dans ses larges veinescomme illimitées.Elle !Roc apparentmais friable au dedansempreint du videlignes sèches et désertiques.Chemin cahoteuxtracé à coups de machettebivouac... [Lire la suite]

mercredi 28 décembre 2016

QUARTZ...Extrait

Je coule du haut vers le bas. L’accident, c’est le jour improbable qui devient une certitude pour la chair. Un corps amoindri sait la carence impitoyable. Le cerveau continue cependant à courtiser la part manquante. Qui s’installe dans la place vide ? Longtemps des membres fantômes ont baigné dans le sang qui me parcourt, véhiculant l’illusion jusqu’aux racines de mon être. Se défaire de soi nécessite la juste reconnaissance de l’impossible et de l’irréalisable. J’ai tenu entre mes mains le halo de conscience qui fait chavirer le... [Lire la suite]
vendredi 23 décembre 2016

QUE LA VIE ME PARDONNE

La vie est une orange mûre et bigarrée Un présent que l’on ne finit pas d’ouvrir Une mémoire d’autres vies Une enfance qui  tourbillonne vers sa lumière J’ai habité un nuage Et j’ai tellement voyagé que j’ai avalé le noyau du monde Je n’avais que mon cœur pour monture J’ai pansé le soleil Rendu hommage aux femmes nues La vie m’a toujours tout donné Des pépites d’amour Des cimetières de rêves Des sanglots Des naufrages Et des torrents de rires Ainsi soit-elle Ma parole a usé les miracles Elle a aussi recyclé les... [Lire la suite]
vendredi 16 décembre 2016

JE ME SUIS RECONNU...Extrait

Le tyran a posé devant lui ses mains nues et, seul devant ces mains étrangères, ces Mères presque exsangues sur le drap pourpre des nations, seul contre ces ménades pâles de l’histoire dont l’ombre lacère sans trêve l’univers, il fixe leur blancheur funèbre dans les âges il sent la nuit grandir derrière elles, le sang les soulever jusqu’au regard de dieu qui juge ! Les siècles neigeront en vain sur ces déserts et le sang vainement saturera leur poudre, ils sont blancs jusqu’au sang même dont ils sont teints et nus, jusqu’à la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mardi 13 décembre 2016

QUATORZIEME POESIE VERTICALE - DECIMOCUARTA POESIA VERTICAL...Extrait

Ecrire un poème sur rien, où toutes les transparences peuvent flotter, ce qui n’a jamais connu la condamnation de l’être, ce qui l’a abandonné déjà, ce qui est sur le point de commencer et ne commencera peut-être jamais. Et l’écrire avec rien ou presque rien, avec l’ombre des mots, les espaces oubliés, un rythme qui se détache à peine du silence, et un silence marqué dans un point de l’autre côté de la vie. Un poème sur rien et avec rien. Peut-être que tous les poèmes passés, futurs ou impossibles pourraient tenir en lui, au moins... [Lire la suite]
mardi 13 décembre 2016

HEIDEGGER

Chemins, chemins de la pensée ; ils vont d’eux-mêmes, ils s’échappent. Quand donc amorcent-ils à nouveau le tournant, dégageant la vue sur quoi ? Chemins allant d’eux-mêmes, jadis ouverts, soudain refermés, plus tard. Montrant de l’antérieur, jamais atteint, voué au non-dit – relâchant les pas à partir de l’accord d’un fiable destin. Et à nouveau presse une ombre incertaine dans la lumière qui tarde.       MARTIN HEIDEGGER       Oeuvre Soon Young Lee

mercredi 9 novembre 2016

REGAIN DU SANG...Extrait

Midi muet sous l'ombre familière d'un noyerChardons jachères en fleursRien n'est étranger à l'absenceEt rien ne garde sa mesureLa faim est lente l'envol long à venirNous ne savons pas dire l'usure des mains amiesMidi muet sous l'ombre familière d'un frêne .   EMMANUEL  DAMON   .      
Posté par emmila à 20:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 30 octobre 2016

L'ÂME BLESSEE D'UN ELEPHANT NOIR...Extrait

  C’est de l’étoile que naissent toutes les légendes   la légende de la lumière dans le ciel noir dans la clairière de l’ombre dans l’éclair des tempêtes   la légende de la nuit à l’heure des ténèbres   Ô mon fils !   tu apprendras à la forêt à être fière de l’arbre   Mamonomé ! eh Da ! l’âme blessée d’un éléphant noir reconnaît en toi son adresse ... Si ton intinéraire te désavoueaccepte de tomber sans précaution. La chuteest humaine. Ne pleure pas. Elle est le témoinde la... [Lire la suite]
mercredi 19 octobre 2016

L'IDENTITE OBSCURE...Extrait

.... alors on s'enfonce, on traverse des étendues où le seul futur est le cœur qui bat comme cet appel auquel on voudrait répondre et c'est pourquoi on avance, même si à chaque pas rien ne bouge que le corps obstiné qui poursuit l'ombre qu'il n'a pas, on aimerait pouvoir s'arrêter, regarder simplement l'aube qui vient, poser la main sur la pierre froide et saluer la lumière, dire les premiers mots, écouter le crissement du sable, le bruissement de l'eau, la rumeur des choses qui commencent mais le jour est déjà le soir, on... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,
samedi 1 octobre 2016

CETTE FACON

Où va le monde lorsque son épine dorsale traficote la faim, tricote la famine, lorsque les minarets deviennent des miradors, quand la farine cache des fusils, les cendres encore chaudes la puanteur des bombes, les herbes odorantes du thym empoisonné et le ventre des femmes des fœtus déjà prêts pour la guerre, les bras ouverts comme des balles. Cette façon qu’ont les radicaux islamistes de vouloir la mort des autres ne peut conduire qu’à la guerre. Cette façon de croire à la science dénuée de morale, cette obsession pour le pétrole et... [Lire la suite]