jeudi 10 décembre 2015

NOUVELLES, DELIRES ET CONTES FOUS...Extrait

Quand le matin s’éveilla, le petit homme qui voulait repeindre le temps et mettre du rose et du bleu dans les nuages, eut le sentiment d’avoir perdu quelque chose durant la nuit. Un morceau de rêve ou de cauchemar peut-être ou la carte d’un trésor ou l’adresse d’une personne aimée que l’oubli, l’habitude ou les kilomètres auraient fait disparaître. C’est alors qu’il repéra l’ombre d’un mot qui traînait sur sa table de nuit. - Un mot évadé de mon sommeil ! se dit-il. Quand il voulut s’en saisir, un frisson d’effroi parcourut la petite... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

vendredi 30 octobre 2015

EVENTUALITE

Il suffit d’un mot d’une image l’éclair d’un frémissement la musique d’une ombre pour que d’un gouffre se reflète en une seconde l’encre d’un baiser pour que d’un souffle s’attisent à nouveau les torches d’un brasier   .   JACQUES BASSE     .     Oeuvre Téophile alexander Steinlen
Posté par emmila à 15:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 23 août 2015

COEUR PAR COEUR...Extrait

À la faveur de la nuitNoir comme on dit nuit  noir comme on écrit ce soir  sans plume sans encre et sans soucinoir profond et radieux la lueur en fin de lignelumière enfin  lumière aux mainssoleil en tête  et voie lactéeliberté qui suit dans nos pas croisés.Profondément sombre mais sans ombre pourtantla vie coule au fond  des marges perdues.La nuit règne ici  comme à ses plus beaux joursla vie passe ainsi du noir au blanc  du blanc au gris  avec ses beaux dégradésses effacements  ses... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 1 juillet 2015

BERNARD PERROY

Des mots que l’on essaime,que l’on découvre,que l’on répète,qu’accompagne le vent,qu’accompagne le temps.Îlots d’encre dérisoiressortis de quelle matrice,de quel paysage promis au regard,fidèle alliance des contraires,quand se tisse mystérieusementl’ombre avec la lumière ?   .BERNARD PERROY .   Photographie Thami Benkirane    
Posté par emmila à 00:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 6 février 2015

JEANINE SALESSE

La brume enflecomme le trop-plein du manqueLes verts acides dans le printempsbondissant                       prennent l’ombre Je vieillis                        Sur la penteune lueur sur quatre roueslonge le flanc nocturne de la valléedisparaîtQuelqu’un passe en grand... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 19 janvier 2015

LES FLAMMES HAUTES...Extrait

Dites, quel est le pasDes mille pas qui vont et passentSur les grand'routes de l'espace,Dites, quel est le pasQui doucement, un soir, devant ma porte basseS'arrêtera ?Elle est humble, ma porte,Et pauvre, ma maison.Mais ces choses n'importent.Je regarde rentrer chez moi tout l'horizonA chaque heure du jour, en ouvrant ma fenêtre ;Et la lumière et l'ombre et le vent des saisonsSont la joie et la force et l'élan de mon être.Si je n'ai plus en moi cette angoisse de DieuQui fit mourir les saints et les martyrs dans Rome,Mon coeur, qui n'a... [Lire la suite]

mardi 6 janvier 2015

QUINZIEME POESIE VERTICALE

   Éteindre la lumière, chaque nuit,    est comme un rite d’initiation :    s’ouvrir au corps de l’ombre,    revenir au cycle d’un apprentissage toujours remis :    se rappeler que toute lumière    est une enclave transitoire.    Dans l’ombre, par exemple,    les noms qui nous servent dans la lumière n’ont plus cours.    Il faut les remplacer un à un.    Et plus tard effacer tous les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 21 décembre 2014

DANS LE ROUGE DU TARD

Dans le rouge du tard les noms dorment : un ta nuit en éveille et le conduit, accompagné de blancs bâtons, à tâtons vers le mur du sud de ton cœur, sous les pins :   l'un, de taille d'homme, franchit en marchant, la ville des potiers là où la pluie entre en amie d'une heure de la mer.   Dans le bleu il prononce un mot d'arbre d'ombre promise, et ton nom aimé recompte et dépose ses syllabes.       PAUL CELAN         Oeuvre Emile Nolde     ... [Lire la suite]
jeudi 4 décembre 2014

HYMNE DANS LA NUIT

L’ombre, comme un parfum, s’exhale des montagnes, et le silence est tel que l’on croirait mourir. On entendrait, ce soir, le rayon d’une étoile remonter en tremblant le courant du zéphyr. Contemple. Sous ton front que tes yeux soient la source qui charme de reflets ses rives dans sa course... Sur la terre étoilée surprends le ciel, écoute le chant bleu des étoiles en la rosée des mousses. Respire, et rends à l’air, fleur de l’air, ton haleine, et que ton souffle chaud fasse embaumer des fleurs, respire pieusement en regardant le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 03:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
samedi 29 mars 2014

LES DISCRETS...

Peut-être sont-ils dans l'ombre comme dans la lumière, il suffit d'aimer cette lézarde dans le mur, une graine y a volé dans la poussière et tu peux voir la planteinaccessible fleurir : les dieux couvent l'obscure germination, l'attention au petit est l'encens qu'ils agréent; eux qui ne connaissent pas la distance de l'étoile à la haies'endorment sur le calice d'une rose. .   PAUL DE ROUX   .      
Posté par emmila à 19:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,