mardi 14 juin 2016

DERISOIRE

Voici que déjà mon noms’effaceet rompt avec la partitionque j’avais déroulée.Je l’ai jouée à m’y perdrea cappellaà l’envers sans répit.Les mots retournent aux lettreset les lettres aux signesréseaux hâtivement bâtisentrelacs de lignes coléreusesde points évasifs ou mourants.Voici que déjà s’amenuisel’espace tel un feuque l’on couvre brusquement,des pattes d’oiseauxsur l’humidité du sable,le fantôme d’un arbreoù le vent reste prisonnier.Que c’est étrange !Alice aux cheveux blanchis,on cherchait un lieud’écriture lenteoù déposer nos... [Lire la suite]

samedi 28 mai 2016

REQUIEM...Extrait II

« Entre les roses noircies et ces traînées de bave orange hier encore capucines, un aster tend ses rameaux de fleurs fripées, tremble silencieusement, supplie ! Détresse pour détresse, il n’est pas d’abîme entre celle des plantes et celle des hommes. L’absolu d’une solitude les rapproche jusqu’à l’échange : j’ai vécu cette mutuelle pitié. C’est pourquoi j’entends l’appel à peine balbutié là-bas dans la bise. J’irai toucher les minces tiges mordues par le gel, je les caresserai comme elles avaient frôlé jadis l’épaule du rôdeur jeté... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
lundi 2 mai 2016

LA DEMEURE DES MOTS

 Ce que fut sa demeure Et son horizon de fuchsias Encor là comme un zeste d'étoile   La demeure Où le battement lent de son cœur Épouse la souffrance Et l'absence   Aujourd'hui Murmure clair-obscur La poussière des rayons engrange Les versets d'un visage ébloui   Et même une voix d'ange Se glisse dans les mots Un visible silence d'amour Se répand Auréole De la lueur d'étoile   Je pressens La fraicheur inouïe du jasmin Parfum de l'infini Le ciel au fond de l'ombre Naissant dans la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 28 février 2016

L'OMBRE

Mon ombre à mon côté va cheminant, Spectre de feu, géant d'un bleu livide, Me précédant en guide vigilant Ou me suivant, espion muet et rapide.   Elle me quitte en entrant dans le bois Mais, quand j'en sors, elle est là qui me guette. Devant l'église elle est prise d'effroi, En l'homme de tout temps crainte secrète.   Elle est signe à la fois sombre et luisant, Parler du ciel à la parole obscure ! Jusqu'où va-t-elle aller, combien de temps, Amer jeu du soleil qui me torture ?   Tout sous le ciel... [Lire la suite]
mercredi 20 janvier 2016

NICOLAS FOUGEROUSSE

"Au cœur de notre vie, au cœur des êtres qui nous entourent, la rumeur du monde avance. Il ne s’agit pas tant de se marginaliser ni même de décrier cette rumeur mais plus d’accepter et de laisser entrer ce de quoi nous sommes faits : d’ombre et de lumière. La rumeur veut du beau et du fort. Notre solitude accueille le doute et la fragilité. Il s’agit donc de compromis et d’équilibre, comme toujours. Vivre en poésie, c’est marcher sur le fil imaginaire de la joie, du simple, du lent, du sensuel mais aussi sur celui de la jubilation, de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
mardi 29 décembre 2015

LA TRAVERSEE DES OMBRES...Extrait

C'était la fin de l'été, à la tombée du jour - faut-il dire tombée du jour ou de la nuit ? - chez des amis, à la campagne. Un moment de douce mélancolie : l'automne s’annonçait, je m’apprêtais à quitter mes hôtes, sans doute pour longtemps.Au-delà des limites du jardin, avec sa pelouse fraîchement tondue, ses fleurs, sa tonnelle : un chêne. Je l'avais vu, admiré, ce chêne, plus d'une fois, son fût bien droit, sa ramure puissante, son feuillage que le vent faisait légèrement vibrer, ses racines noueuses, sa cime. Il me donnait un... [Lire la suite]

mardi 29 décembre 2015

FERNANDO PESSOA...Extrait

Si je me sens sommeil,Et si je veux dormir,En cet abandon-làQui est ne-pas-sentir,Je veux que ça arriveDès lors que je viendraiÀ appuyer ma tête,Non sur un sol quelconque,Mais là où sous des branchesUn arbre produit l'ombreOù nous pouvons trouverL'ombre de la paix même.     FERNANDO PESSOA          
Posté par emmila à 18:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 10 décembre 2015

NOUVELLES, DELIRES ET CONTES FOUS...Extrait

Quand le matin s’éveilla, le petit homme qui voulait repeindre le temps et mettre du rose et du bleu dans les nuages, eut le sentiment d’avoir perdu quelque chose durant la nuit. Un morceau de rêve ou de cauchemar peut-être ou la carte d’un trésor ou l’adresse d’une personne aimée que l’oubli, l’habitude ou les kilomètres auraient fait disparaître. C’est alors qu’il repéra l’ombre d’un mot qui traînait sur sa table de nuit. - Un mot évadé de mon sommeil ! se dit-il. Quand il voulut s’en saisir, un frisson d’effroi parcourut la petite... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 30 octobre 2015

EVENTUALITE

Il suffit d’un mot d’une image l’éclair d’un frémissement la musique d’une ombre pour que d’un gouffre se reflète en une seconde l’encre d’un baiser pour que d’un souffle s’attisent à nouveau les torches d’un brasier   .   JACQUES BASSE     .     Oeuvre Téophile alexander Steinlen
Posté par emmila à 15:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 23 août 2015

COEUR PAR COEUR...Extrait

À la faveur de la nuitNoir comme on dit nuit  noir comme on écrit ce soir  sans plume sans encre et sans soucinoir profond et radieux la lueur en fin de lignelumière enfin  lumière aux mainssoleil en tête  et voie lactéeliberté qui suit dans nos pas croisés.Profondément sombre mais sans ombre pourtantla vie coule au fond  des marges perdues.La nuit règne ici  comme à ses plus beaux joursla vie passe ainsi du noir au blanc  du blanc au gris  avec ses beaux dégradésses effacements  ses... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,