samedi 27 février 2021

GHYSLAINE LELOUP...EXTRAIT

  Nous avions maquillé nos yeux pour contempler le cielEt rougi nos lèvres de grenades pour embrasser la terreNous avions arrondi nos ventres pour honorer le monde Les oiseaux se sont tusÔ silence des déserts rendus plus aridesSous l'acharnement des charsQue reste-t-il sous la cendre ?Nous cherchons les chemins, les champsDévastés par les bottesNos yeux sont cernés de deuil, nos jardins de décombresNos sexes ont été fouaillés au nom des frontièresNos bouches souilléesNos ventres ont accouché d'enfants traîtresÔ paix abandonnée... [Lire la suite]

vendredi 2 octobre 2020

LA QASIDA DE BEYROUTH

En vers et avec tout Pomme dédiée à la mer, narcisse du marbre, Papillon de pierre, Beyrouth, forme de l'âme dans le miroir, Description de la première femme et parfum des nuages, Beyrouth, de fatigue et d'or, d'Andalousies et de Shâm. Argent, écume, commandements de la terre dans les robes des colombes, Décès d'un épi, exil d'une étoile entre mon aimée et moi, Beyrouth. Je n'ai jamais entendu encore mon sang prononcer le nom d'une amante qui dort sur mon sang... et dort. Une pluie sur la mer nous a enseigné... [Lire la suite]
mercredi 11 mars 2020

KHAL TORABULLY...Extrait

Mère, j'ai lu un livre écrit par un hommeÀ la plaie béante. Le premier chapitre débute par une terre fertile.Il décrit le silence des oasis sous un croissant de lune.La terre se moque de l'humeur des poètes,L'histoire n'écrit pas la mort des étoiles. Je tourne la page à la porte d'une ville fortifiée.Un étranger sonne à la porte ciselée.Il se dit persécuté par l'aigle sanguinaire du donjon.Il ouvre sa main. Il est déjà trop tard pour lire. Un livre n'attend pas la fin de l'exil.Un livre n'attend pas le retour des saisons.Un livre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 20 février 2020

POUR TUNIS

Au sud-est du mont Ichkeul calme frisson de menthe et calme lisière des champs de bléQui traversent la plaine d’Utique d’anis d’asphodèle et tantôt de narcisseAvant que ne s’envole un oiseau difforme loin du micro climat de l’amour Ô sirèneViens que m’inondent ton sourire et ta salive. Je parle une langue qui donne un autre nom à la salive sur la blancheur des dentsT’en souvient-il nous avons ranimé des flammes éteintes et d’anciennes lueursDerrière le voile des feuillages je vois les voiliers invisibles. Moi c’est près de Pompéi que... [Lire la suite]
mercredi 18 décembre 2019

EVASIONS DE RETOURS

Au grand poète Lorand Gaspar   Poète enfant des vertiges premiersAux confins des rêveuses racinesD’orient et d’occidentT’engendre l’encre du ventAu-delà de la mortA chaque port de plumesAux battements frissonnantsD’ailes et d’îles de nouvelles sèvesSculptant le tempsEn disparition de mursEn apparition de vasquesPour effacer les distances des cerbèresGardées par leurs obscurs casquesEt ouvrir leurs cagesEmprisonnant tes étoiles et chantsLibérant la véritéDans ses multiples visages Poète tu es l’éternel enfantDans le... [Lire la suite]

mercredi 17 octobre 2018

MESSAGE CORSE ENTENDU SUR LE PLATEAU DU COSCIONE...Extrait

Au crépuscule, près du fleuve Issil Dans le quartier populaire où je marchais maintenant, je croisai une fabuleuse image d'hommes pour la plupart anciens, vêtus de djellabas savantes, de capuchons protecteurs des frimas de l'Atlas dont le vent amenait le froid glacé des neiges. Ils étaient là, sur le trottoir, en prière ou assis sur des nattes posées sur la chaussée, et ces visages remplis de caractère, ces vêtements sombres que le jour n'éclairait plus, ces barbes descendant en cascade, en boucles et en lacets, d'autres très... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 20 juillet 2018

XAVIER LAINE ... Extrait

Je reste muet. Fumées et éclairs dans la nuit d’orient, hier comme aujourd’hui brilleront de leur mille feux. La frappe est aveugle, ne regarde rien de ces petites vies qui n’ont rien demandé. Que des hommes en ce triste été puissent plonger leurs mains dans le sang versé et s’en réjouir, voilà qui m’offre la nausée jusqu’au vertige. Qu’il se nomme Allah ou Yahvé, votre Dieu doit souffrir mille martyres, puisqu’en son nom, c’est de sang innocent dont vous vous abreuvez. En cela et quoi qu’en dise les couards, c’est la shoah qui se... [Lire la suite]
dimanche 20 mai 2018

MEMOIRE DES SUDS

A Dom Gabrielli     De l'oignon cru de l'huile d'olive du pain et une pincée de sel tel est ton repas aujourd'hui succulent en ces jours de disette et tu te souviensd'une colline devant Jérusalemoù un petit chevrier te souriaitassis sur un rocher sous le ciel radieux de Palestinetu te souviens du paysan crétois aux yeux bleu clairqui remplissait ton verre de rakiun jour de Pâque inondé de lumièreavec la mer éblouissante à perte de vuetu te souviens au bord d'un chemin de caillouxsous un... [Lire la suite]
lundi 9 avril 2018

UN SANGLOT NOMMÉ GAZA

Il arrive un moment où vient la sensation que l’on se répète encore et encore, pour rien, pour pas grand-chose de concret, pour aucun changement. En somme, une oppression, un à-quoi bon, contre lesquels il est dur de lutter. Cela vaut pour nombre de sujets d’actualité. La situation politique et économique en Algérie, la tragédie syrienne ou le drame profond des Palestiniens. Ce qui vient de se passer à la « frontière » de Gaza, cette tuerie qui n’est rien d’autre que l’affirmation d’un pouvoir total de vie et de mort sur une... [Lire la suite]