dimanche 3 avril 2016

L'ATHANOR...Extrait

O ma sève, ma sève numide.  Toujours, il y eut l'errance et toujours le vent.  Et l'exultation des sables en vaines armées de cristaux.  Et l'abri humide des cavernes au flanc des steppes  de l'exil.  Et toujours la nudité des touffes, au creux de l'été proféré.  Toujours, toujours le rêve tenace et fragile  D'une rive où aborder pour renaître  Nu et réconcilié  et vivant  au rythme des palmes balancées ... Avec, au creux de nos paumes, une étincelle de silex  Avec, dans la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 16 janvier 2016

EN CETTE IMPASSE

On vient sentir ta boucheQue tu n'aies dit je t'aimeOn vient sentir ton coeurQuelle étrange époque vivons-nous, ma toute gracieuseQuant à l'amour,On lui donne le fouetLe long des remparts sentinellesL'amour, on l'enfouit au fond d'une arrière-courEn cette impasse torve, torturée par le froidBrille l'amourPar la grâce nourricière des chants et des poèmesNe te risque pas à penser, ma toute gracieuseQuelle étrange époque vivons-nousCelui qui, nuitamment, martèle à notre porteEst venu en meurtrier de la lampeLa lumière, on l'enfouit au... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
jeudi 19 novembre 2015

DANS LE DOUTE ET LA FERVEUR

Au-delà de la mer, disais-tu, quelles lumières ? Vers quel destin de pierre et de sable tourner des visages creusés par la brûlure d'exister. Le vent tournoie. Le vent fait vibrer l'impossible, violon pour la soif, jungle verte dans l'ocre désert.   Au-delà, je répète au-delà pour savourer le mot dans ses contours d'eau pure, Au-delà, c'est déjà dire le grand saut dans l'aube libre aux senteurs d'oasis. Et le rêve revient s'accroche comme lierre aspire la sève pour la pulpe à venir Toujours, la pulpe est à... [Lire la suite]
samedi 14 novembre 2015

IL Y AVAIT UNE ROSE

Il y avait une rose. Une rose à deux tiges. Une rose rose. Andalouse peut-être. Ou venant de Blida. Une rose d'hier. Une rose sans pourquoi. Une rose de voyage. Une rose de demain. Une rose pendue au heurtoir de la porte qui ouvre sur le jardin et sur la rue peut-être. Une rose de naguère. Qu'on aurait arrachée d'un album, d'un bréviaire. Une rose comme celle-là ne s'arrache pas. C'est une rose de Blida qui n'appartient qu'à soi. Une rose de personne. Elle est partout chez soi. L’orange tout aussi bien. On sait qui mangera l’autre.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 28 octobre 2015

DE L'EXIL

Légers les martinets dans l’oblique des rais Suivent le vent, éclairs légers Ton regard les suit. Tu as fui le ciel chargé de la guerre Tu te souviens, les ombres Le pas rouge de l’aube Te voilà posé sur l’autre rive Tout déborde dans tes rêves La lumière, les collines, les feuilles Ton histoire n’émeut personne Tu te perds dans le halo des âges. Rien, la vie ou le vide t'ensevelit La nuit, l’autre face du rien L’horizon, son étendue vide Les étoiles, des points de lumière Où tu deviens nomade Et plus tard l’oasis, l’imposture ... [Lire la suite]
samedi 19 septembre 2015

FEMMES

  Au pied de montagnes austères fécondes en fleuves jaunes et pourpres,   A l'orée des déserts immortels aux lumières magiques,   Il est des lieux où nous ne pouvons être.   Et nous y sommes par milliers ! Mais invisibles et séquestrées,   Scellées sous la garde de portes en bois ornementés,   Remisées sous des treilles enluminées d'inviolables verrous.   Et dans les rues et sur les routes nous y sommes aussi,   Suant la peine et le silence sous le... [Lire la suite]

samedi 19 septembre 2015

LE BLEU DE L'ECRIT

Tant de Bleu dans les mots du poète    Tissé enlacé en lacis caressants, le Bleu s'étire et s'affirme    Oh mon Bleu ! L'intransigeance à ma porte    Ouverte sur la béance de l'azur    Bleu, teinte pure sur nos horizons    Bleu, teinte obscure en lisière des ténèbres    Bleu, fleuve d'encre au long des berges d'une âme...fleur bleue    Bleue cette mémoire vive enchâssée en cartouche sur de l'ébonite    Bleus mes cahiers d'enfance    Bleues... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 2 mai 2015

IL EST DES TERRES D'ORIENT

Il est des terres de brume, de pierre et de monts chauves,où la voix de l’homme s’élève sur la montagne.Des terres noires de silence, où le sang a coulé,des terres rougies, où la poussière vole au soleil sa part de nuit,— ses litanies d’amour enfoui.Des terres d’accueil, de rires et de loyaux partagesoù des filles volcaniques tournoient dans la lumière.Elles vous offrent le pain, le vin, leur vrai visage.Des terres où, — gouffre étoilé, la nuit s’effondre à l’angle d’une rue, en une longue pluie d’automne,où le vent vous parle, — tel... [Lire la suite]
samedi 22 novembre 2014

ARCHIPEL DE HAUTS KSOUR

Sur la dune soyeuse Où l’insecte a laissé une infime graphie, L’aube avec l’ombre, au bord du monde, est connivence : Glyphe diffus, toujours Bleui de crépuscule, amplifié de nimbes D’ambre pâle et d’or blond ... Le jour se fait regard, Sur l’horizon lavé de brume imperceptible, Dans l’azur nouveau né ... Parmi les tamaris Grêles et purs, la tourterelle, Cendrée de nuit, ne songe à s’affliger, Captive du silence ... Un fleuve au loin se grave Dans les gorges ; le ciel m’épelle une vallée Choyée de fèves et de roses ; Et la bonté de... [Lire la suite]
vendredi 16 mai 2014

NOMADE...Poésie inédite

 A SL C'est le printemps les bourgeons bruns des pommes  Sont la promessse des fruits du jardin d'Eden  Orient de mon coeur Andalousie de ma vie  Toscane de mes amours à leur point du jour      Mon pays est partout où elle demeure  Mon campement est près de la source  Je m'endors au feu de neige du ventre  Odeurs du musc et des fleurs d'oranger     Pour une nuit à jamais pour toujours  Les rossignols ont retrouvé leurs ailes  Les orphelins... [Lire la suite]