lundi 8 mars 2021

L'ALPHABET DES OISEAUX

L'alphabet de la nuit résonne comme un chant de voyelles et consonnes stellaires, il est d'étoiles de lunes et de pensées égarées, de piétinements de millepattes, de gazouillis de nourrissons et d'oiseaux toujours en quête de leurs chants. Aux matins des idolâtres, loin des coronavirus et des temps qui courent, chaque vibration est une musique perdue dans une magie inlassable qui cherche ses lendemains. Les dictionnaires d'oubli s'éventent comme des mots arrachés et jetés aux immensités des millénaires. L'architecte du verbe compose... [Lire la suite]

samedi 10 octobre 2020

IL ETAIT UNE VOIX

  ... comme une blessure au cœur de la mémoire un secret perdu soudainement retrouvé la vie nous rompt le cœur et nous ouvre au hasard nous sommes si nus dans la lumière si pauvres et tant reclus le soleil est un songe au fond des mains un peu de cendre éclose visitée par la mer matins muets de nos enfances en ruine quel cri nous ouvre l’âme quel ailleurs inconnu nous arrive au hasard par des mots retenus que le vent soudain libère les yeux rivés sur l’aube l’oreille tendue de douceur nous attendons la... [Lire la suite]
dimanche 21 juin 2020

LE DERVICHE DES MOTS...Extrait II

J’ouvre sur celui qui est né de lui-même dans l’eau du papillon double cri des abricots   j’ouvre sur la gazelle rouge et la main du calligraphe dansant autour du noun pour la lune sacrifiée   j’ouvre sur le sourire de la défunte chant de rosée humaine qui engendre la nuit de magiques syllabes   j’ouvre sur le chemin nimbé de paroles ailées sur le croissant improbable et l’étoile gémellaire tatouée sur le front d’un nouveau-né   j’ouvre sur la main qui pense le... [Lire la suite]
mardi 26 mai 2020

ÎLES...Extrait

Soleil aux aplombs vertsces contrées étaient tiennes par toutes les racinesdes muscles et des pierrespar les nefs et le ventpar les tapis bengale des roches usagées où l’oraison des merss’achevait en exilspar la paupière close et tapissée de foudresces sentes et ces plagesces vains cheminements sur des pas retournésÀ toi ces pistes d’ombre au thorax des forêtsces meurtresces blessuresl’égorgement des lianesce massacre de fleursla noire purulence d’anciens pourrissements d’écorcesÀ toi ces peuples lents à toi par le daim mûr des peaux... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 11 mars 2020

LA TRAPPE DU MONDE

Faute de nom un non attend le nouveau-né innocemment tombé dans la trappe du monde.De sommeil en sommeil, il efface l’horreur,il s’efface en douceur dans d’étranges babils.Et comme la brindille espérant le vieux cèdre,sa sève d'origine où il pourrait renaître,il traverse des jours et des saisons stériles,il traverse des vies et des morts successives– continents expulsés des mémoires du monde,villages explosant de pestes génitales,villages oubliés par leurs propres chemins,où l’on endort la faim avec une berceuse –.La mort lui prête... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 5 septembre 2019

L'INOUBLIABLE...Extrait

Nous avons grand désir De regarder le Jour, Un jour vertical, joyeux, Qui nous ramène à la source. Mais nul ne peut sans ailes Arriver tout droit à ce qui est Tout proche et le saisir Et venir sur l'autre versant. Orienté vers l'origine, attiré Par la fraîcheur des ombrages, Au sein de forêts mythiques.  Le poète voulait là-haut Fonder ce qui demeure, En beauté. Là où il pourrait Parler seul avec Dieu, Et ne recevoir d'autre écho.  Mais... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

vendredi 9 août 2019

CAHIERS DE DOUAI...Extrait

  Le Soleil, le foyer de tendresse et de vie,Verse l'amour brûlant à la terre ravie,Et, quand on est couché sur la vallée, on sentQue la terre est nubile et déborde de sang ;Que son immense sein, soulevé par une âme,Est d'amour comme Dieu, de chair comme la femme,Et qu'il renferme, gros de sève et de rayons,Le grand fourmillement de tous les embryons !Et tout croît, et tout monte... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
lundi 18 février 2019

QUI VIVE...Extrait

... ton haleine chaude sur le cou de la nuitou le petit matin naissant entre nos doigtsnous voici tout vivants plongés dans l'éphémèred'une foudre sans lieu ni point d'impact au solhors chair de passage mais quelle voix appelleinaudible aux entours et de sève gorgéeà toutes les saisons c'est dire d'où tu viensbeau fantôme perdu mais quel chant traduis-tule pays est désert et le cœur dévastécar je n'existe pas tu restes sa demeure   .     CHRISTIAN  ARJONILLA     . Oeuvre Léonor Fini ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 18 janvier 2019

ALAIN SUIED...Extrait

Etre un arpentou une nuée de rêveinsituable de l'origine.   .   ALAIN SUIED   .       Oeuvre Françoise Suzanne
Posté par emmila à 16:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 27 décembre 2018

LAISSEZ MOI VOUS DIRE...

... Laissez-moi vous dire que le poète n'a pas la vie facile dans un monde devenu ce manteau de ténèbres, pailleté d'éphémère par une actualité exténuée en quelques heures, qu'on renouvelle tous les jours et qui tient toute la place avant de s'effacer. Un monde où le niveau des larmes, cependant, ne cesse de monter. Un monde pilonné, trituré, sermonné de plus en plus sévèrement par le verbe surnaturel des catastrophes, couché sous le vent fort de ce langage, le plus clair et le plus nu de tous, dont les statisticiens s'emparent... [Lire la suite]