samedi 14 juillet 2018

LA LUMIERE LA MÊME...Extrait

Chaque jour emporte un bout de vie un éclat de lucidité chaque jour apporte plus de souffrance plus de silence et de résignation La vague avance et recule elle arrache au rivage un peu de sable une plume une feuille elle apporte sur le rivage des brindilles et une écume jaunie. Et pourtant tout recommence l'eau s’est refermée sur le caillou lancé par l’enfant le souvenir tombe dans l’oubli Dans l’invention du rêve Parfois un geste s’ébauche une phrase se forme on voudrait... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

dimanche 8 juillet 2018

DERRIERE LA PORTE

Un jour sur terre, le swing de la misèreDégoulinant de l’étagère à ampères Illuminera les dernières miettesLes restes d’un festin et les verres videsDe la clémence enlacée en paupiettesSur la table « nostre » dépitée de lipidesLe flux du pain chaud aux rizières du pauvreLe combat du ventre chez le concierge du criDes images flottent entre les dents du loupCe n’est pas chez toi, mais chez les autresCe n’est pas du blé, cela ne fait pas un pli Des images flottent encore où l’hostie n’est plus La souffrance efface la... [Lire la suite]
jeudi 28 juin 2018

ENTRE L'HERBE ET S0N OMBRE

Quel rêve peut venir après la levée de l’ombre sur ses cils ? les rideaux se balancent au rythme d’une musique oubliée Le doute creuse un trou dans le poème. Deviendra-t-il un abîme ? J’accroche mes yeux aux branches des arbres pour saisir au plus près le bleu des mots.     .     LYDIA PADELLEC     .      Oeuvre Claude Buck    
Posté par emmila à 22:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
lundi 25 juin 2018

BIRAGO DIOP...Extrait

Je voudrais vous dire des choses si tendres,Vous murmurer des mots si doux,Que seules les fleurs mortes peuvent entendreCar c'est tout ce que j'ai de vous.Je voudrais vous confier mon rêve de folieMon beau rêve si insensé,Hanté par le spectre de la mélancolieOù viennent sombrer mes penséesJe voudrais vous dire pourquoi mon âme pleureQuand tout aime et refleurit,Pourquoi elle gémit à la fuite de l'heureQui part sans apporter l'oubli.Je voudrais vous dire comment je vous adore.Hélas je ne le pourrais pas,Et c'est en mon rêve qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mardi 5 juin 2018

CHERCHEURS D'EAU

Ils ont coupé les arbresIls ont volé nos ruisseauxIls ont chassé les nuagesEt nous on manque d'eauIls ont sorti les armesIls disent qu'on est de tropOn n'a même plus de larmesTellement on manque d'eauOn était des nomadesOn menait les troupeauxAux maigres pâturagesOn était chercheurs d'eauOn nous a mis en cagesDans des parcs à bestiauxMême dans les miragesOn ne trouve plus d'eauLe monde nous regardeCertains chantent pour nousUne goutte de sableDans une mer de caillouxIls ont coupé les arbresIls ont volé nos ruisseauxIls ont chassé les... [Lire la suite]
lundi 2 avril 2018

HENRI GOUGAUD...Extrait

Car il n’est pas besoin de longtemps fréquenter la mémoire des sens pour trouver à l’étroit sur cette ligne, notre histoire, tracée entre deux gouffres. Que notre vie soit beaucoup plus vaste, plus belle, plus riche que ce bric-à-brac d'événements accumulés entre la naissance et la mort n’est pas seulement un pressentiment de conteur libertaire, c’est une vérité d’expérience. Je suis, nous sommes infiniment plus foisonnants que ne saurait le dire la plus minutieuse des biographies. Nous sommes plus vivants que nous ne saurions... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

samedi 31 mars 2018

LA VOIE NOMADE

  O rompre les amarres Partir partir Je ne suis pas de ceux qui restent La maison le jardin tant aimés Ne sont jamais derrière mais devant Dans la splendide brume Inconnue Est-ce la terre qui s'éloigne Ou l'horizon qui se rapproche On ne saurait jamais dans ces grandes distances Tenir la mesure De ce qu'on perd ou ce qu'on gagne Pour aller jusqu'au bout du temps Quelles chaussures quelles sandales d'air Non rien O tendre jour qu'un mince fil d'été Autour de la cheville Mais le cercle d'argent Au poignet... [Lire la suite]
samedi 31 mars 2018

LE PETIT PRE...Extrait

Tout est consentiJe m'abandonne à l'oubliAu silence à la nudité minérale du chantForêts et champsRivière laissez-moi passer...Je cherche la beauté Vêtue de nuitQui vous a renversésD'un cri. ... Tu ne connais pasLa douceur de ton nomTu ne sais pas comme il est bonDe le dire d'en basQuand on se tientDans l'ombre de ton cœurQuand on n'a rienQue son âme en pleurs   ... Il suffirait d'un papillonPour que la prairie se mette à volerQue l'oiseau moribondCueille son cœur étoileQuand le trèfle sent bonComme un framboisierPourquoi... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:33 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
mercredi 21 mars 2018

JEAN LAVOUE...Extrait

Où se fera le don,L’offrande fraternelle,Qui brisera la coqueOù notre cœur attend ? Nous naissons d’un oubliSous les branches du gel, D’une marche ajourée Dans l’eau vive du temps. Nous allons au plus vaste,Nous y semons le chant,Arrimant à nos pasLes odes du soleil, Mais nous ne savons pasLa patience des aubes,Nous voudrions germerSans visiter la nuit. Nous ne percerons pasLa croûte des silencesSans que le pain rompuNous dévoile un sillon. Nous sommes ici-mêmeD’un royaume à venirDont le miracle s’ouvreAu plus secret... [Lire la suite]
lundi 26 février 2018

LETTRE A LA GHOUTA

Il y a eu une révolution en Syrie, c’est cette évidence que toute la géopolitique de comptoir, que tout l’immonde conspirationnisme de clavier, dénient depuis maintenant des années. Cette lâcheté de bistrot qui se répand sans mal du sommet de l’État jusqu’au coeur d’une certaine extrême gauche, elle ne sera pas oubliée pas plus que la dignité des habitants de la Ghouta insurgée   .   Chère Ghouta,     C’est le cœur empli de honte que je t’écris. La honte de faire partie de deux communautés qui, lâches ou... [Lire la suite]