mercredi 24 août 2016

QUE PESE UN MOT ?

Que pèse un motContre l’abîme d’un cri révulsé,Traqué sous un déluge de fer ?Que pèse un motContre l’hallali des balles sifflantes,La chape de malheur d’un ciel bourdonnant ?Que pèse un motContre le crime et le sang,Les yeux cavés des innocents ?Que pèse un motDans la balance de l’oubliQuand la terre a reverdiSur les corps à peine refroidis ?Que pèse un motQuand Dieu ne fait plus le poids,Quand Dieu lui-même a perdu la foi ?   . JACQUES ROLLAND .   Oeuvre Guy Denning    
Posté par emmila à 21:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

lundi 22 août 2016

DES VOIX DANS L'OBSCUR...Extrait

        Humanité un drôle de mot Humanité sac de misérables créatures jetées entre ciel et terre frères            sœurs de poussière humanité visages éblouissants désirs tendresses meurtres argile modelée            brisée molécules jointes disjointes qui vous fabriquent du Je du Tu du Nous à n'en plus finir            humanité à foison j'y macère... [Lire la suite]
lundi 22 août 2016

POUSSIERE D'OUBLI

Ce que j'ai vu, je l'ai écrit comme la pluie sur les vitres et les larmes des roses, et tout ce que j'ai oublié demeure là, dans ce grand sac de voyelles posés contre le pied de la table où le temps passe entre ma vie et moi sans blesser personne   Quand plus rien ne chante au dehors je puise dans le sac et sème sur la page un peu de poussière d'oubli et le jour paraît comme un musicien qui tend son chapeau   .   GUY GOFFETTE   .   Oeuvre ?      
Posté par emmila à 16:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
lundi 22 août 2016

JOEL GRENIER...Extrait

Un jour, il partira au bord des rives roses, le corps à moitié nu pour se vêtir de vent. Avec une envie folle de chasser les nuages de quelques traits lancés au hasard des mots. S'il lui faut prier pour défaire la mer de ces tâches rouges qui racontent le sang de tous les opprimés, il le fera, je crois, le doute agenouillé sur un mauvais prie-dieu. Mais les vagues retireront sa plainte en dénonçant les hommes et leurs idoles. Alors, le corps à moitié nu pour se vêtir d'oubli, il entrera dans l'eau pour vivre dans la paix des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
lundi 11 juillet 2016

LE BLEU DE LA NUIT CRIE AU SECOURS...Extrait

A force d’attendre j’oublie qui j’attends Oiseau ou femme blessure ou bûcher je scrute la plante j’exige son secret avec des gestes humbles des mots qui apaisent vague me parvient cette rumeur de métamorphose qui travaille mes mains au plus obscur j’épelle ton visage O futur inscrit dans le pas d’aujourd’hui dans l’absence éprouvée dans le silex d’un cri qui résonne au fond dans cette humide patrie des regards et des mots Ce peu de mort qu’obstinément je fouille repousse mes limites jusqu’au soleil du fenouil jusqu’à ce mystère... [Lire la suite]
jeudi 23 juin 2016

L'ARBRE DE VIE DU VIDE...Extrait

Quand le silence devient-il effectif,charnellement présent?Dans l’érotisme, l’oeuvre d’art et la mort :confondus d’un seul tenantdans leur propre silence.Seul le silence de l’amour peut comblerde lumièreles bouches d’ombres de nos pensées.Le silence fermé sur soi du monde minéralne s’ouvre qu’aux racinesde l’arbre de vie du vide.Ressourcer la parole dans le silence, certes,mais par moments l’oublier,s’oublier dans le silence.Car si la quintessence de l’hommeest aussi illimitée que le silence,la parole a les mêmes limites que... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

mardi 10 mai 2016

ETTY HILLESUM

Il faut oublier des mots comme Dieu,la Mort, la Souffrance, l'Eternité.Il faut devenir aussi simpleet aussi muetque le blé qui pousseou que la pluie qui tombe.Il faut se contenter d'être. .   ETTY HILLESUM   .  
mardi 10 mai 2016

NOS ENNEMIS

 Je ne me tairai pas : je suis né du silence, De celui qui s’obsède à vous montrer ses plaies. Je suis né un beau jour, de mots de délivrance. Que s’ouvre notre écluse au sang des oubliés ! Le mot ne sert à rien s’il ne chante les hommes. La raison n’a de sens que si le cœur l’écrit. Un futur est en nous pour de nouveaux royaumes Et l’argent et les dieux en sont leurs ennemis !   .   BRUNO RUIZ   .   Oeuvre Cirilo Martinez Novillo  
Posté par emmila à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
dimanche 17 avril 2016

MARIA-DOLORES CANO

Le perce-silencele perce-neige   le perce-cœurle perce-oreille   le perce-oublile perce-cagesilence de la mer   silence de la neigesilence de l’oreille qui n’entend pas le cri le blanc   l’obscur   l’écume    le gris   le sableet le grand océansa ligne d’éternité en bordure du mondetaiseuses causeries dans le froid des naufrages dans la vague qui se brise au pied des rochersdans le cœur qui s’arrête de battre l’éternité être assis sans images   sans... [Lire la suite]
dimanche 10 avril 2016

DERRIERE LE DOS DE DIEU...Extrait

Puisse mon amour des dessins changeantsdes corps, des eaux et des vents de ce mondeavec les martinets voler encore ce soircertitude d'un instant dans la joied'une vie d'un coup d'aile dépliéecomme si dans le geste de s'ouvriril y avait une braise éternelleReviens près de ces pierresoù quelques mots respirentécoute-les de toute ta nuittout le poids de l'oubli courbésur un feu qui consent aux grislumineux et fragiles de ces cendrespoignées de semencesque dispersent les vents .   LORAND GASPAR   .   Oeuvre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,