vendredi 7 décembre 2012

DISPOSITIONS POETIQUES...

Les étoiles n’avaient qu’un rôle : M’apprendre à lire J’ai une langue dans le ciel Et sur terre, j’ai une langue Qui suis-je ? Qui suis-je ? Je ne veux pas répondre ici Une étoile pourrait tomber sur son image Les forêt des châtaigniers, me porter de nuit Vers la voie lactée, et dire Tu vas demeurer là Le poème est en haut, et il peut M’enseigner ce qu’il désire Ouvrir la fenêtre par exemple Gérer ma maison entre les légendes Et il peut m’épouser. Un temps Et mon père est en bas Il porte un olivier vieux de mille ans Qui n’est ni... [Lire la suite]

jeudi 22 novembre 2012

QUI DIRA NOTRE NUIT...Extrait

Poigne d’homme Face d’homme      étoile de sang sur le front Corps broyé Os rompus      étoile de sang dans le cœur Broyée la promesse Rompue la parole    étoile de sang voici l’homme .   FRANCOIS CHENG .    
Posté par emmila à 20:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 21 novembre 2012

PALESTINE....

« O chanteur de Palestine dans toutes les atmosphères : celle de la révolution, de la défaite, de vagabondage, de résistance, et deretour, ton pays t’attend. Le rossignol qui te le dit a toujours raison. Il est la voix de l’Histoire au moment de la vérité. Et la vérité que nous cherchions dans les dossiers du droit international crie de toute pierre palestinienne. Vu notre fort amour, nous sommes devenus capables de comprendre le langage de la pierre. Et, notre sang qui remplit le visage du monde se métamorphosera en miroirs pour les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 17 novembre 2012

ELOGE DE L'OMBRE...Extrait

Ô seigneur de l'existence transformée Ô seigneur des charbons ardents Ô seigneur du flambeau que la révolution est large que le voyage est étroit que l'idée est grande que l'état est petit .   MAHMOUD DARWICH . Photographie Faustine Reibaud        
samedi 17 novembre 2012

GENEVIEVE CLANCY

(....) Mourir pour demeurer comme homme ; mourir d'une mort collective car il n'y a plus d'horizon pour le choix... Quand l'alternative n'est plus que : sacrifice ou renégation éthique cela s'appelle une tragédie. La langue naturelle de l'éthique est la poésie, pour libérer les choses de l'inavoué, pour entendre au-delà de l'abîme des mensonges, pour traverser l'intuition des braises et interroger la colère, pour ouvrir l'obscur hiérophane, pour dire que la beauté du monde est un cadeau sans destinataire et que la violence... [Lire la suite]
jeudi 8 novembre 2012

ILS M'AIMENT MORT

Ils m’aiment mort pour pouvoir dire : il fut des nôtres, et il fut à nous. J’ai entendu les mêmes pas. Vingt ans qu’ils résonnent sur le mur de la nuit. Qu’ils viennent, mais ne poussent pas la porte. Ils sont entrés, cette fois. Boirez-vous du vin ? J’ai dit. Et ils ont répondu : Nous boirons ! Quand ferez-vous feu sur moi ? J’ai demandé. Et ils ont répondu : Patiente. Et ils ont alignés les coupes, puis se sont mis à glorifier le peuple. J’ai demandé : Quand commencerez-vous mon assassinat ? Ils ont dit : Nous avons... [Lire la suite]

vendredi 1 juin 2012

ERNEST PEPIN

On dit que les poèmes ne servent à rienQue les fusils sont plus forts que les motsMais c'est la guerre qu'il faut tuerLes mots de la paix sont innocents et faiblesIls ne portent pas des blessés dans les brasIls n'enterrent pas des cadavresIls ne vocifèrent pas aux frontièresIls vontGraines lentes aimées de l'étincelleTortues lourdes de la carapace du cielOiseaux indispensables à l'amourChaque jour cheminantChaque nuit travaillantPour que meure la guerre des hommes contre les hommesLa terre n'est qu'un prétexte où s'enflamment leurs... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 27 mai 2012

UNE MEMOIRE POUR L'OUBLI...Extrait

Dis-moi Mahmoud, frère, qu’entends-tu par «mer» ? Que veut dire la mer, la mer ton ultime coup de feu ? - D’où viens-tu frère ?- De Haïfa.- De Haïfa et tu ne connais pas la mer ?- Je n’y suis pas né ; je suis né dans un camp.- Tu es né dans ce camp et tu ne connais pas la mer ?- Si, je connais la mer. Je voulais dire quel est le sens de la mer dans un poème ? - Le sens de la mer dans un poème est le même qu’au bord de la terre.- En poésie, la mer est-elle la même que la mer maritime ?- Oui, la mer est la mer en poésie, en prose et au... [Lire la suite]
mercredi 16 mai 2012

NOUS CHOISIRONS SOPHOCLE...Extrait

Voici nos jours qui apparaissent pour nous assoiffer encore... Dans la cohue des plaies anciennes, nous n'avons pas reconnu notre blessure. Mais ce lieu-saignement est désigné par nos noms. Nous n'étions pas coupables d'être nés là ni coupables... si tant d'envahisseurs se sont, là, levés contre nous, qui aimaient nos louanges du vin, nos légendes et l'argenté de nos oliviers. Nous n'étions pas coupables si les vierges de Canaan ont suspendu leurs sarouals aux têtes des bouquetins pour que mûrissent les prunes des plaines ni... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 3 novembre 2011

LA TERRE NOUS EST ETROITE...Extrait

La terre nous est étroite. Elle nous accule dans le dernier défilé et nous nous dévêtons de nos membres pour passer.    Et la terre nous pressure. Que ne sommes-nous son blé, pour mourir et ressusciter.  Que n’est-elle notre mère pour compatir avec nous. Que ne sommes-nous les images des rochers que notre rêve portera,  Miroirs. Nous avons vu les visages de ceux que le dernier parmi nous tuera dans la dernière défense de l’âme.  Nous avons pleuré la fête de leurs enfants et nous avons... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,