samedi 20 novembre 2010

TERMES DE PAIX

  C’est le temps de négoces, entre des feuilles de sang Et l’arbre est un tronc mort Quelles lumières et quelles ombres encore se disposent sur les versants de l’histoire    Et où sont les visages-peuples ? Pris dans les masques de quels mensonges ? A l’ombre de l’écriture, terre et peuples, entre souffrance et désespoir, Et la présence de qui dirait la rumeur d’autres passages ?    Et la présence de qui dirait la rumeur d’autres gestes ? Et la rumeur de qui dirait la rumeur ordinaire d’invisible réel ? ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

mercredi 1 septembre 2010

MURALE...Extrait

Un jour je serai oiseau et, de mon néant,Je puiserai mon existence. Chaque fois que mes ailes se consument,Je me rapproche de la vérité et je renais des cendres.Je suis le dialogue des rêveurs.J’ai renoncé à mon corps et à mon âmePour accomplir mon premier voyage au sens,Mais il me consuma et disparut.Je suis l’absence. Je suis le célestePourchassé.Un jour je serai ce que je veux.Un jour je serais poèteEt l’eau se soumettra à ma clairvoyance.Métaphore de la métaphore que ma langueCar je ne dis ni n’indiqueUn lieu. Et le lieu est mon... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 3 juillet 2010

PALESTINE SALAM...Extrait

".../...     Si Jénine en arabe est fœtus et embryon    Que tu enterres vivant oublieux de l’Histoire    Si la poudre est ton encensoir    Si tes fusées blessent ma nuit sombre    Tes dalles se consolent-elles d’être mes décombres ?    .../...". TAHAR  BEKRI .
Posté par emmila à 21:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 24 juin 2010

LE JOUEUR DE DES

  Traduction de Jalel El Gharbi.Qui suis-je pour vous dire Ce que je suis en train de vous dire ?Moi qui ne suis pas un galet poli par les eauxA en être devenu une figureNi un roseau percé par les ventsA en  être devenu une flûte…Je suis le joueur de désTantôt je gagne, tantôt je perdsJe suis comme vous Ou un peu moinsJe suis né à côté du puits Et des trois arbres solitaires comme des nonnesJe suis né sans cérémonial ni sage-femmeEt l’on a choisi mon nom par hasardJ’ai appartenu à une famillePar hasardJ’en ai hérité les... [Lire la suite]
mercredi 23 juin 2010

IL Y A SUR CETTE TERRE...

Il y a sur cette terreIl y a sur cette terre ce qui mérite de vivre : les hésitations d’avril, l’odeur du pain à l’aube, les opinions d’une femme sur les hommes, les écrits d’Eschyle, les débuts d’un amour, de l’herbe sur des pierres, des mères se tenant debout sur la ligne d’une flûte et la peur qu’éprouvent les conquérants du souvenir.Il y a sur cette terre ce qui mérite de vivre, la fin de septembre, une dame qui franchit la quarantaine avec tous ses fruits, l’heure de la promenade au soleil en prison, un nuage mimant une... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 9 juin 2010

LE NUAGE DE LA MORT

Le cadavre de la petite est encore chaud sous les décombres, Son âme s'est envolée tel un rossignol  se cachant de la pluie de décembre Mais la pluie n'est que feu sur  Gaza aujourd'hui. La main droite de la petite enfant est ensanglantée sous les ruines de la maison - d'où ses yeux ouverts observent à travers un trou dans le béton effondré - un ciel cuivré, Elle a vu des soldats pilotant des aigles de fer                       ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 4 juin 2010

UN METRE CARRE DE PRISON

C’est la porte, et derrière, l’éden du cœur. Nos choses, tout ce qui nous appartient, s’estompent. Porte est la porte, porte de la métaphore, porte du conte. Porte qui épure septembre. Porte qui ramène les champs à la genèse des blés. Nulle porte à la porte, mais je peux accéder à mon dehors, amoureux de ce que je vois et ne vois pas. Tant de grâce et de beauté sur terre, et la porte serait sans porte ? Ma cellule n’éclaire que mon dedans. Que la paix soit sur moi, et paix sur le mur de la voix. En louange à ma liberté, j’ai composé... [Lire la suite]
mardi 27 octobre 2009

DES MOTS POUR L'AN 01

  J'aurai l'amour d'aimer et je prendrai le temps!le temps d'un sein nu sous une chemise; le temps d'aimer les roses sauvages, l'abeille et le rossignol;     le temps d'aimer les immortelles au vent du large; et surtout, et surtout,     le temps d'aimer les Mots, parce que la Poésie commence et commencera toujours là où le dernier mot n'appartient pas à la Mort!..... et je trouverai des mots de fiançailles et de coquelicots,    des mots pour dire l'abeille et le rossignol,des mots pour... [Lire la suite]
jeudi 16 juillet 2009

NOUS SORTIRONS

Nous sortirons. Nous l’avons dit : Nous sortirons.Nous vous l’avons dit :Nous sortirons un peu de nous-mêmes.Nous sortirons de nous-mêmesVers une marge blanche, méditer le sens de l’entrée et de la sortie.Nous sortirons d’ici peu.Notre père qui était en nous est rentré chez sa mère, le Verbe.Nous avons dit :Nous sortirons.Étrennez une foulée en d’un sang qui a débordé de nous Et inondé vos canons.Arrêtez, cinq minutes, ces avions en piqué.Interrompez, trois minutes encore, le bombardement par terre et par mer,Que sortent... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 3 juillet 2009

LE POEME PALESTINIEN...Extrait

Il ne reste que le sableNi les arbres n’étendent leur ombre sur les dormeurs,Ni le vent ne s’assouplit lorsqu’une femme le touche,Ni nos âmes ne nous suffisent…Nous sommes sortis de l’enfance comme des papillonsNous avons brûlé autour du feu de la première femmeEt avec sa sagesse la cendre nous a rendus malheureuxNous étions pressésAlors nous n’avons pas tété le lait des mèresNous n’avons pas reniflé l’odeur des pères Et le ciel ne nous a pas parlé, comme nos parents le souhaitaient Nous étions pressésNous sommes nésNous avons... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,