dimanche 6 octobre 2019

LE VOYAGE EGOÏSTE...Extrait

''D’abord, tu comprends que c’est dimanche à cause du parfum de chocolat qui dilate les narines, qui sucre la gorge délicieusement... Quand on s’éveille, voyons, et qu’on respire la chaude odeur du chocolat bouillant, on sait que c’est dimanche. On sait qu’il y a, à dix heures, des tasses roses, fêlées, sur la table, et des galettes feuilletées – ici, tiens, dans la salle à manger – et qu’on a la permission de supprimer le grand déjeuner de midi... Pourquoi ? Je ne saurais te dire... C’est une mode de mon enfance.''   .  ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

lundi 26 août 2019

POEMES...Extrait

En ce flamboiement vert Nuage de fougèresAux sèves éblouies Par les nerfs irradiés de la tige qui plieAveuglent mes paupières Des squelettes dorés de pins levants Berçant en pendeloques leurs spirales d'écailles Le miel ruisselle dans la rivière Pour y tisser sa maille Sa résille de lumière Et frissons dans le vent Des filets transparents Où l'oeil de l'araignée pensiveCristallise la rosée vive Qu'elle enfanteQu'elle enchante Le commencement du bleu Une miette de... [Lire la suite]
samedi 24 novembre 2018

L'ANDATU

Le Chemin de traverse... Faudra que tu me dises:Oui...Nous partirons vers de vertes prairies où les pâquerettes viendront égayer tes cheveux quand tu te relèveras de nos longues ballades, de nos chaudes roulades...cabrioles et poursuites à faire rougir les blés. Faudra que tu me dises :Oui...Per a machja andaremu à mezu à scopa è fiori induve u rusignolu vinarà à cantà nantu a to spalla nuda à pelle amuriscata da dolce labbre è sole. Faudra que tu me dises...Oui...Nous irons, sous la cascade fraîche, nous faire masser le dos et,... [Lire la suite]
dimanche 5 août 2018

PETITE ANTHOLOGIE PRIVEE D'AUTOCYLUS

Je vote pour la démocratie subtile des fleurs ayant ton violetOu pourpre et, parmi les familles éligibles, deux ont ma préférence. Qui sont la pivoine, le lupin, que leur humilité nordique protège.A la première j’attache l'apprêt d'un seau en fer blanc mal émaillé, Quelque part sur un marché de plein vent, la rive d'une rivière Se ramifiant au pied d'une cathédrale gothique comme l'artichaut. Dans la poussière de brume d’un contre-jour vaporisant en bleu Sa bouillie bordelaise sur le légume essentiel, la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
mardi 5 juin 2018

SÉRÉNITÉ...Extrait

 Parvenue au milieu de mes jours, je glane    cette vérité fraîche comme une fleur :    la vie a la douceur dorée du blé,    la haine est brève, immense l'amour.      Changeons le chant amer, à reflets de sang,    contre le chant souriant.    Les divines violettes s'épanouissent,    le vent se charge dans la vallée d'un parfum de miel.     .     GABRIELA MISTRAL       .
mardi 29 mai 2018

CARNETS DE MARCHE...Extraits

  Je suis arbre. Arbre-sensation. Mon corps s’enracine. Mes pieds cherchent appui dans la terre humide et s’enfoncent par-delà les premières couchesencore visibles au-dessus du sol. Mes doigts se mêlent aux doigts du chêne,filaments et souches, tressages de végétaux, lianes et branchages invisibles à l’oeil égaré dans le vide. Je m’enroule à la sombre intimité végétale. Je m’infiltre. Chemin faisant, je creuse canaux et rigoles nécessaires à ma vie souterraine. Je bois à grands traits l’eau qui gonfle le... [Lire la suite]

dimanche 27 mai 2018

JOEL GRENIER ...Extrait

Il y avait des bouquets sur la table pour les jours sans fête et des pommes rouges plein les coupes pour colorer l'amour.Il y avait, pour conter notre histoire, une table vieille en planches grignotées à force d'inviter les nuits magiques dans les fentes noires.Il y avait encore, et comment l'oublier, le tissu de ta robe qui ne se froisse guère à réchauffer des rêves qui n'auront jamais froid,Il y avait aussi, et pourquoi le taire, le parfum du bonheur de ta présence au revers des feuilles oubliées   .   JOËL GRENIER... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mercredi 14 février 2018

ANNE DE SZCZYPIORSKI...Extrait

Un pays d'aurore, et les fleuves gonflés sont bleus et silencieux. Ce ne sont que de tièdes et longues bêtes vivantes, sans gratitude, qui ne savent ni donner l'amour, ni recevoir. Des miroirs bombés et ovales, cerclés de pâleur, coupés de hampes lumineuses tremblent, alertes et funèbres, torrides doigts durs et effarés. Ce sont aussi de longues fleurs orangées, enchantées de fontaines qui recueillent l'eau des fleurs qui se fanent et se réaniment changées, toutes changées et toutes pareilles, des fleurs lisses qui dansent, des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
dimanche 27 août 2017

LE BLE EN HERBE ... Extrait

« L’odeur de l’automne, depuis quelques jours, se glissait, le matin, jusqu’à la mer. De l’aube à l’heure où la terre, échauffée, permet que le souffle frais de la mer repousse l’arôme, moins dense, des sillons ouverts, du blé battu, des engrais fumants, ces matins d’août sentaient l’automne. Mais le milieu des journées échappait aux rets de la brume d’automne, et la saison semblait rebrousser chemin vers juillet. Au haut du ciel, le soleil buvait la rosée, putréfiait le champignon nouveau-né, criblait de guêpes la vigne trop vieille... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 6 mai 2017

ON TROUVERA DES LETTRES

On retrouvera des lettres entre les draps, dans une armoire normande au bois vermoulu. Dans la chambre où la poussière a figé le temps, on traversera en quelques pas des années de silence. Contre le mur, calé par des livres de papier jaune, le grand bahut nous craquera sa vérité enfouie. Il faudra de la patience pour ouvrir l’armoire à la serrure grippée. On insistera. La clef en laiton fera des tours perdus à l’angoisse de la découverte. Les battants finiront par céder dans un frémissement. Sur les étagères, des piles de linge... [Lire la suite]