samedi 17 février 2018

L'EXODE....Extrait

" Poème ! Quelle dérision ! Et cependant il y a plus dans l'humble expérience de la poésie liée au quotidien (et le mot implique ici regard, action, Évangile) que dans cent mille ordinateurs. Allons, vous aussi, « maîtres » de la foi, comme David buvez au torrent et redressez la tête, au lieu de vous laisser entraîner dans la dérive de ce temps, acharnés à vos disputes. En ce sens la poésie est conversion. Enfin voir de son propre regard, entendre, parler sa parole pleine. Conversion à l'amour sans domination. A l'humanité des... [Lire la suite]

vendredi 26 janvier 2018

QUE LA VERITE SOIT NUE

Ne pas attendre.Ne pas s'étendre.Ne pas se méprendreMais prendre d'assautLes remparts de l'impossibleet du doute quotidienNe plus croire tout court.Mais croire en long en largeet en l'homme de demainNe plus murmurer.Ne plus penser tout bas.Mais mettre bas. Mais hurler.Mais prouver.Mais faire en sorte que vérité soit nue   .     SALAH GUEMRICHE     .   Photographie Hengki Koentjoro
Posté par emmila à 10:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 6 décembre 2017

SOLEIL DES GREVES...Extrait

Faut-il que flamboie la blessureafin que germe la parole Ta vie à jamais lestéedu poids d’un silenceRestent pour le regardquelques traces d’oiseaux sur le sable Et pour le chantla musique du nom gravé Soleil des grèves   .   JEAN  LAVOUE Ed. Calligrammes, 1996 www.enfancedesarbres.com   .  
Posté par emmila à 18:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mardi 28 novembre 2017

A LA RENCONTRE D'UN PIN

La parole chargée de guérir a dressé cette ruinede quelques chardons bleus, de poussière et de vent ;ce chemin où la mort, empoignée par tant de mots,comme un figuier portant ses fruits dans un vieux muret l’embellie de lierre sur la porte fanée,se referme sur le devenir joyeux,le lointain, très lointain murmured’un pin amoureux. .   PIERRE-ALBERT JOURDAN   .    
lundi 27 novembre 2017

LE BONJOUR ET L'ADIEU...Extrait

.... Il y a une parole confiée au silence, que l'ombre nous transmet. Une parole d'effacement qui est parole de tendresse. Peut-être pourrions-nous aussi parler de bonté. Lavis d'ombre sans que soit raturée cette lumineuse coulée qui la contient. Mais plus proche de notre dénuement. Je crois à cette parole d'ombre. Elle n'est pas jeu de lumière ou de solitude mais ce que nous pouvons comprendre d'un dialogue qui se fait, qui se défait en nous. A chaque instant. Car nous ne pouvons comprendre que l'ombre. La brisure de l'éclat. ... [Lire la suite]
mardi 14 novembre 2017

NOTA BENE

Je peinsUn tableau noir, très noir,Profond,Rien que noir, suies, brumes, encres, crasses,Pour qu’on y voie mieuxLe contrasteEt je laisse pendue au bout d’une ficelleUne craie blanche pour écrireBonjour ! Ou bien Va t’en !Ce qui vous sert de cri, de façon d’exister,Que vous êtes naïfs à me croire mélancoliqueUne pensive statue plongée dans le regretRésignée qui s’afflige,Si je penche la tête et si je serre mes bras c’estPour serrer plus étroit ce feu que je préserveEt même s’il me dévoreJ’attends, dans ce désordre, une seule parole... [Lire la suite]

lundi 23 octobre 2017

IL Y A DES JOURS COMME CA

... On attend le frissonà nos pulsations agrippéou terré plus loinquand la paroleéchappe.On attend le soufflele balbutiementla note perduela voix vagabondant Il y a des jourscomme çaoù rien ne vient.On attend le poèmele chant puren équilibreentre deux mondes.On attend le silencel’écriture du silenceou son illusion.On aimerait être prochede l'immense.La rage au cœuron attend l’espace étroit.Un rythme alterneforce à s’immobiliserà dériverancrage ratéentre les racines et la terregriffures au-dedansharpon de colèrerouge tapageur... [Lire la suite]
jeudi 19 octobre 2017

DESERT

" On ne sort jamais indemne d'un séjour au désert. On a vécu dans l'invivable et côtoyé la négation de soi. On a connu le plus extrême, le miroir de sable qui brûle les reflets, les éclairs, les ombres, le rien du dehors, les mirages du dedans. On a levé le voile qui retenait le cœur, qui déguisait le néant. La moindre parole parle d'impossible rosée. La poussière se pare d'un halo d'épopée. Il y a des rapts, des cavaliers, des blessures, des baisers qui dansent dans la lumière et sombrent au ras du sol. Un seul pas suffit à brouiller... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
samedi 30 septembre 2017

HACIA UN SABER SOBRE EL ALMA...Extrait

 Ecrire, c’est défendre la solitude dans laquelle on se trouve ; c’est une action qui ne surgit que d’un isolement effectif, mais d’un isolement communicable, dans la mesure où, précisément, à cause de l’éloignement de toutes les choses concrètes le dévoilement de leurs relations est rendu possible.             Mais c’est une solitude qui nécessite d’être défendue, ce qui veut dire qu’elle nécessite une justification. L’écrivain défend sa solitude en montrant ce qu’il... [Lire la suite]
mercredi 30 août 2017

BRUNO ODILE...Extrait

Souverain, l’échange naît dans la déchirure de soi, là où dans un renfoncement de l’esprit, le neuf et l’ancien font orage.   Les phrases transportent des fagots aux allures martiales. Un escadron de mots traverse le brouillard des plaines matinales avant de glisser sur des plaies mal refermées. Je sens la matière proche et pénétrable. Des centaines de serments demeurent attachés les uns aux autres dans l’attente d’une libération providentielle.   Il m’aura fallu sarcler, puis labourer encore et encore pour extraire de... [Lire la suite]