samedi 25 juin 2016

PERDONU / PARDON

Perdonuper l’offese à u ventuà l’erba frescaà l’arburi maestri à i monti d’argentuPerdonupè e voce celestechì ùn  intesiuna voltaà u fà di a parollaPerdonupè e preghere mai dettechì à tè m’incatenanuquandu ballanu in l’ariai culori di a pace.   .     Pardonpour l’offense au ventà la fraîcheur de l’herbeaux fûts majestueux aux montagnes d’argentEt pardonpour ces voixque je n’entendis pasun jour aux cieuxquand naissait la parolePardonpour les prières imprononcéesqui m’enchaînent à toiquand dans les airs... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

jeudi 23 juin 2016

L'ARBRE DE VIE DU VIDE...Extrait

Quand le silence devient-il effectif,charnellement présent?Dans l’érotisme, l’oeuvre d’art et la mort :confondus d’un seul tenantdans leur propre silence.Seul le silence de l’amour peut comblerde lumièreles bouches d’ombres de nos pensées.Le silence fermé sur soi du monde minéralne s’ouvre qu’aux racinesde l’arbre de vie du vide.Ressourcer la parole dans le silence, certes,mais par moments l’oublier,s’oublier dans le silence.Car si la quintessence de l’hommeest aussi illimitée que le silence,la parole a les mêmes limites que... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
jeudi 26 mai 2016

LES AUTOMATES DU SILENCE

  Ils sont les automates de la cause facile. Ils défendent ce qu'il est de bon ton de défendre. Il y a des causes qui sont médiatiques et d'autres qui ne le sont pas. En ce qui concerne le plus important, quand le choix de la parole a un prix, ils se taisent ou ils sont les fervents de la neutralité, de la pseudo-objectivité. Ils ont recours au contexte, a l'histoire, à un langage boursouflé et maladif, à des interprétations compliquées et contradictoires, ils ont recours à tout sauf à l'essentiel. Il ne faut surtout... [Lire la suite]
mardi 24 mai 2016

AMINA SAÏD...Extrait

Ils ont tant marché hommes femmes enfants à l'étroit dans le temps   personne ne peut dire quelle route s'ouvre   infinie aux voyageurs ... voyageurs sans retour  il nous faut une trêve   (dans le doute  la vérité se fait jour)   voyageurs sans retour  sur les routes profondes  de la parole   il nous suffit d'une seconde d'inattention  pour les funambules que nous sommes   nos ailes disent l'élan  l'envol est une espérance de... [Lire la suite]
samedi 14 mai 2016

LE BONJOUR ET L'ADIEU...Extrait

Merci à Sylvie ...  Toujours les choses se dérobent et laissent le regard errer sur cette nappe de clarté  dont la douceur n’est que l’approche de la pierre pour de violentes noces imparfaites.  Et l’entaille demain à la mesure du corps entier,  de quel cri s’éveillera le chemin ? Sous les paupières d’amande glisse le fruit des larmes évaporées, dur sommeil, long soleil de la besace des pauvres. ...    La parole chargée de guérir a dressé cette ruine  de quelques chardons... [Lire la suite]
samedi 7 mai 2016

FRANCIS ROYO...Extrait

... nous n’attendions que l’aubequ’un blé entre nos bras devienneune paroletu disaistu seras la meret nous entendions des îlesl’invisible murmurel’oeil noir dans la nuitqui s’attardel’absinthe de nos jours .   FRANCIS ROYO   .    
Posté par emmila à 20:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mardi 12 avril 2016

LOIN DE TOUS RIVAGES...Extrait

"Fabuleuse parole qui rend aux champs la profondeur chaude des labours, au ruisseau sa source fertile et la mer aux salines qui engendrent l'aube.C'est dans cet espace non fréquenté du Temps qu'il est encore seulement possible de s'instruire " car tout est encore à dire et rien n'est entendu ". .   JEAN-CLAUDE IZZO   .   Oeuvre Serge Fiorio sergefiorio.canalblog.com        
Posté par emmila à 22:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 23 janvier 2016

MAINS

Quel contact étonnant, vieil homme, établissent tes mains avec les nôtres !Que les siècles de mort sont vains devant tes mains...L’artiste sans nom comme toi les a surprises dans un mouvement de prisedont on ne sait s’il vibre encore ou s’il vient de s’éteindre,Les veines battent, ce sont des vieilles veines durcies par le chant du sang,ah, que prennent-elles, tes mains de vigueur finissante,s’agrippent-elles à la terre, s’agrippent-elles à la chair,la dernière ou l’avant-dernière fois,ramassent-elles le cristal qui contient la... [Lire la suite]
dimanche 17 janvier 2016

COMME SI

Poids de terre ou de mousse à soulever à refuser Pourvu que l’on garde entrouverte la porte et cette vibration partagée que l’on n’ose nommer. Pourvu que l’on frappe à poings serrés à poings noués pourvu que l’on soit. Miel amer. Abords du fleuve        éboulés duvets de pollen posés sur le temps et cette nuit qui pèse  silences ou rumeurs peu importe, il faut faire comme si… Pourvu que la porte soit entrouverte et que les vents se pressent pour balayer      ... [Lire la suite]
dimanche 20 décembre 2015

SINON CHANTER...Extrait

Tout commence par un refusdes voix impératrices,de la réalité poisseuseFureurInsoumissionNon, je ne dirai pasles cailloux pointus du cheminavec nos traces d'escargotsverre brisé, papiers salisJe sais pourtant le goûtdes pointillés du quotidien,dérisoires et lumineux:claires nuances de l'herbe,imperceptibles frissons des pétales,rayons où dansent les poussièresfascinant le regard.Mais je cherche plus haut,l'extase, peut-être,la rumeur immense de l'airJ'appelle le chant pur,le lyrisme royal et bâtisseurJe ne veux pasdu fragmenté, du... [Lire la suite]