dimanche 18 octobre 2015

L'ART D'ECRIRE

Tu exprimes le manque, l’incertitude, l’abandon peut-être Le gouffre où tu te débats Tu affectionnes un style et cherches le ton qui te ferait exister tu es là dans l’immensité, le bleu et la voix la voix se heurte au bleu et l’horizon renvoie un écho ne cherche pas l’écho l’écho est l’exil du même rapproche-toi de la sérénité, les puissants battants du songe ailes ouvertes répétant à l’infini le geste heureux d’aller vers l’autre et tu découvres la précarité de l’être, ou le refus ou le silence ou la mort Tu crées en... [Lire la suite]

mercredi 1 juillet 2015

LA SOURCE

La vraie philosophie est un puits ouvert sur le plus haut du ciel et le plus profond de la terreLe poème parle du silence de la philosophieLe silence est ce cercle qui ne finit jamais de s’arrondirDans les airs la pluie crache l’orageDans la terre le métal crée l’eau vivePourquoi parler quand il n’y a plus rien à dire et tout à contemplerDès que j’aurai atteint la source ma parole s’éteindra en étoiles filantesJe le sais parce que je suis rivière et déjà océanArbre mais encore forêt viergeVol immobile de libellule et envolée en... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 21 mai 2015

ETAT D'URGENCE...Extrait

Asseyez-vous, peuples de loups, sur les frontièreset négociez la paix des roses, des ruisseaux,l'aurore partagée.Que les larmes, les armes s'égarent dans la rouille et la poussière. Que la haine crachée soit bue par le soleil.La terre ouvre sa robe de ténèbres, sa nudité enchante les oiseaux, le jour se fend comme fille amoureuse. Sous un ciel ébloui viennent alors après tant de saccage les épousailles de la terre et du feu,le temps des sources,des naissances. Après le sang, la traîtrise et le cri,ah, tant rêvé le règne des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mardi 25 novembre 2014

LE FOU D'ELSA...Extrait

Il y a des choses que je ne dis à Personne AlorsElles ne font de mal à personne MaisLe malheur c'estQue moiLe malheur le malheur c'estQue moi ces choses je les saisIl y a des choses qui me rongent La nuitPar exemple des choses commeComment dire comment des choses comme des songesEt le malheur c'est que ce ne sont pas du tout des songesIl y a des choses qui me sont tout à faitMais tout à fait insupportables même siJe n'en dis rien même si je n'enDis rien comprenez comprenez moi bienAlors ça vous parfois ça vous étouffeRegardez regardez... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 10 novembre 2014

LA FAUSSE PAROLE...Extrait

Sans parole, je suis toute parole; sans langue, je suis chaque langue. D'incessants déferlements de rumeurs tantôt m'humectent et me font onde, tantôt m'affleurent comme d'un destin de calme promenade et me font sable, tantôt me choquent et me font roc. Je m'allonge en très immense et très docile plage où de vastes êtres collectifs, nerveux et tumultueux, abordent en gémissant élémentairement. De tous les langages mêlés, j'entends se composer une sorte de non-langage indicidiblement rumoreux; et ce non-langage, je l'écoute en ces... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 9 octobre 2014

SANS AILES...

Comment il entre en nous par le seuil du silence, le mot.Pour qu'entre nous soit dit, comment elle nous tient, la parole,Des entrailles aux lèvres,En ce fin tremblement de ce qui pourrait-être,Si jamais.Comment elle nous dresse en désignant le monde,Visant en nous ce qu'il en fait de nous, le signe.La parole aux brisants.En cette île du soir où viennent les oiseauxLa voix qui vient de rien.Comment elle nous dresse au pavillon d'effroi,enfants de l'horizon, humbles fils du miroir, humains.Comment elle nous tresse de ce qui n'est... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

samedi 4 octobre 2014

L'INCURIE INCREMENTEE A LA SEVE DU JOUR

Crier à bout de souffle revient à déchirer les derniers copeaux d’ombre qui éclaboussent mes landes dévastées. Hurler sa rage clôture l’étouffement des griefs portés en bandoulière comme la nonchalance de son amour-propre. L’espérance prodiguée par la perte, n’est-elle pas sans conditions ? Je veux dire, l’espoir n’est-il pas fondé à partir du moment où il rivalise avec la réalité qui nous opprime ?   Consentir à quoi, à qui ? Je ne souscris pas forcément à mon ressenti. Comment se percevoir soi-même et de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mardi 20 mai 2014

BRISURE II

Quel mot pur, essentiel, total Dense, inoubliable te dire ?   Un bruit confus s’élève dans mon cœur, Comme une sourde angoisse, Et se remue, enfant redoutable d’un sentiment amer   Il se crée une inexplicable musique, Combien dure, étrange et lente, Inconnue : Coups sourds frappés du lourd marteau de la mémoire, Appels funèbres d’un avenir semé d’orages solitaires, Au seuil du temps.   Solitude, Complainte grise et froide, Maîtresse déjà tes cheveux impalpable comme la vie Couvriront mon... [Lire la suite]
jeudi 13 février 2014

MICHEL DEPRETTE

Pauvre Monde de fousQui charrie ses caillots de sang mortPar pleins tombereaux d'Aurore....Entre l'ombre du réel et son imageTous les signes grandioses apparaissentEt le ciel se colore de mauveEt le ciel se colore de mauveIl y a dans l'horizon fluideComme une goutte de sangQu'on verrait flamboyerTous les objets de la TerreToutes les chosesNe sont que zones arrêtées de l'espaceEt ton futur vient s'y briserPrisonnierVient l'heure d'en recueillir le silence et d'en dire la véritéIl y a comme un destin étrangePris dans ces pierresLa... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 27 décembre 2013

LES NOBLES VOYAGEURS

En hommage à OV. L de Milosz Chevaliers errants qui rêvent leurs vies et vivent leurs rêvesVagabonds solitaires de l’âme chemineaux anonymes de l’espritIls traversent le temps et l’espace sans repos ni trêvePour venir allumer des soleils noirs au cœur de la nuitAyant l’âge du sable de la mer et du vent du désertEmpruntant les vêtements du siècle où nous sommesLe pain des forts le feu et le sel leur sont offertsDans des haltes secrètes où s’aiment les hommesAlchimistes du Verbe et forgerons de l’âmeCe  sont des maîtres sans... [Lire la suite]