jeudi 8 août 2013

LA PAROLE RETROUVEE

Les mots sont feuilles mortes Usés trop usés d’avoir trop mal servi Ils jonchent vos vies devant votre porte A force de ne les avoir pensés ni ressentis Vous ne savez que parler Alors que c’est DIRE qu’il faudrait Comment retrouver l’arbre vivant Sous l’écorce de bois mort Et qui croire désormais En sachant que c’est vrai Comment palper du bout des doigts Les gouttes de résine du sens Derrière les apparences Et retrouver la flamme Dans les fossiles et la cendre Comment dire à une femme En étant sûr qu’elle va vous rendre Comment être... [Lire la suite]

lundi 15 avril 2013

CHANTS D'EN BAS...Extrait

Parler donc est difficile, si c’est chercher… chercher quoi ? Une fidélité aux seuls moments, aux seules choses qui descendent en nous assez bas, qui se dérobent, si c’est tresser un vague abri pour une proie insaisissable….   Si c’est porter un masque plus vrai que son visage pour pouvoir célébrer une fête longtemps perdue avec les autres, qui sont morts, lointains ou endormis encore, et qu’à peine soulèvent de leur couche cette rumeur, ces premiers pas trébuchants, ces feux timides – nos paroles : bruissement du... [Lire la suite]
jeudi 21 mars 2013

THEOPHANIES....Extrait

D'un vers à l'autre il y a un vide, un puits à sec, un coeur sans battements, un astre sans orbite et sans lumière que les mots n'atteignent jamais. Il y a un silence où la voix ne mord pas, le retour, le tournant, encore et à nouveau, le parcours sinueux. Ce n'est pas un silence : c'est une échelle dont tu ne sais pas si elle monte ou bien descend  – comment parcourir ses degrés sans que l'âme ne s'affaiblisse ? –, ni si tu l'as déjà gravie bien qu'elle ne soit pas un chemin. Non, ce n'est pas ainsi. Tu dirais que... [Lire la suite]
mercredi 12 décembre 2012

QUELQUES DIFFICULTES DU COTE DE LA PAROLE

Le sublime ayant été décrété inhabitable à l’issue           d’un long acharnement thérapeutique le poète coffré, bête en cage, dans l’idée de la mort dut se résigner, tête sur le billot, à offrir sa voix           en holocauste aux dieux par contumace des ordinateurs. Il parlait en dessous avec l’accent des sources crissant d’appels au secours taraudés d’insomnie, de           blasphèmes rentrés et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 10 novembre 2012

ALLEGRO FURIOSO

 à Cath. . Que sommes-nous dans nos radicalités trouées de claquements de foudre ? L’archet de parole vient en stridence, crin sur la corde, raide sur le cran. Entamer l’allegria du mouvement, coûte que coûte, déjouer l’instant facile où le pied chute vers la boue. Nos cadences, tempos alternés, amples de leurs joies anciennes. Il nous faut être de ces partances espérées, libres de ce qui, resté à quai, périt lentement dans l’automne. Regarder droit les jours sombres que l’heure humaine ensanglante, n’omettre jamais que... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 10 septembre 2012

SILENCE

Toutes paroles me deviennent intérieuresEt ma bouche se ferme comme un coffrequi contient des trésorsEt ne prononce plus ces paroles dans le temps,des paroles en passage,Mais se ferme et garde comme un trésorses parolesHors l'atteinte du temps salissant, du temps passager.Ses paroles qui ne sont pas du tempsMais qui représentent le temps dans l'éternelDes manières de représentantsAilleurs de ce qui passe ici,Des manières de symbolesDes manières d'évidences de l'éternité qui passe ici, Des choses uniques, incommensurables,Qui passent... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 29 mars 2012

LE TOURMENT DE LA LICORNE...Extrait

Il bâtit de paroles un grand mur pour se séparer du monde obscur.Des paroles sans éclat ni reflets, des paroles de chaque jour avec leur poids de choses. Et parce qu'elles n'avaient que le reflet des choses, non le sien, voici que se fit le miracle. Et la source intérieure se remit à couler, et son léger murmure devint un chant. Le chant du grillon qui va jusqu'aux étoiles. . MAX ROUQUETTE .
Posté par emmila à 19:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 12 février 2012

LE TOURMENT DE LA LICORNE...Extrait

Il bâtit de paroles une grand mur pour se séparer du monde obscur.Des paroles sans éclat ni reflets, des paroles de chaque jour avec leur poids de choses. Et parce qu'elles n'avaient que le reflet des choses, non le sien, voici que se fit le miracle. Et la source intérieure se remit à couler, et son léger murmure devint un chant. Le chant du grillon qui va jusqu'aux étoiles. . MAX ROUQUETTE .
Posté par emmila à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 5 janvier 2012

OCEAN...Extrait

L'ancêtre parle,  c'est l'océan,  c'est une race qui lavait  les continents avec son voile de souffrance; il dit cette race qui est chant, rosée du chant et le parfum sourd et bleu du chant, et sa bouche est le chant de toutes les bouches d'écume; océan! tu permets, tu es complice, faiseur d'astres; comment n'ouvres-tu pas tes ailes en poumon vorace? Et voyez! il ne reste que la somme du chant et l'éternité de la voix et l'enfance déjà de ceux qui en feront héritage. Car pour la souffrance elle appartient à tous :... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 29 décembre 2011

LE BERGER DES PAROLES

Un jour par un petit trou de l'aube un raisin noir tomba qui s'en alla roulant jusqu'au pied des murailles de l'éternité et quand le raisin s'écrasa contre l'éternité dure de son sang sucré je naquis moi le berger de paroles   Mon pays c'est le pays des pélerins mon pays c'est un ruisseau qui va trébuchant cherchant son chemin d'ivrogne de mont en val de val en mer mon pays c'est peut-être une étoile une figue qui tombe dans la bouche de dieu qui tombe rouge comme un coeur mon pays mon pays c'est l'âme du... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,