vendredi 19 janvier 2018

SOLEILS DES GREVES...Extrait

Aucun motne dira jamaisla joie apaisée du passage Il y eut tant de douleurssur ces rives du monde Tant de bonheursmuets Pour un printempsqui ressusciteje donnerais l'étéet l'automneet l'hiveret toutes les saisons dénudéesde mon cœur Je couvrirais de renonculesles terres obscuresde nos nuits   .     JEAN LAVOUE Soleil des grèves, Calligrammes 1996 www.enfancedesarbres.com   .  
Posté par emmila à 11:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

mercredi 31 mai 2017

A THIERRY METZ

J’habite un rêve sans finune maison ouverte aux vents de passageun espace sans cesse menacéj’habite un temps ennuagéune saison hasardeuseun temps voilé de silenceles routes ne conduisent plusn’innervent plus la vie en bouleta voix me saisit…   .   AGNES SCHNELL   . Thierry Metz
Posté par emmila à 15:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mercredi 5 octobre 2016

HEATHER DOHOLLAU...Extrait

A ma Vince... Je te cherche Es-tu ma mère, ma fille ? Laquelle est la porte de l’autre La terre est là Au niveau de nos songes Faut-il descendre et monter Pour y être A portée de tes bras ?   .   HEATHER DOHOLLAU   .   Oeuvre Christian Arjonilla
Posté par emmila à 20:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 10 juillet 2016

FIGURES...Extrait

Oui, l'ombre de l'ami, le plomb des vagues, et l'alcyon de brume, et par trois fois tendant les bras, voyelles, «il transformait les larmes en pensée», je vous le dis à vous, pour, le disant, dans la soie de l'écoute, être entre. Je vous redis ces chants, les chants des autres, les fils tissés, l'écho réagrégé de cette indéchirable soie du son, la terre existe quand on commence à la sentir, qu'on sait, en se taisant, lui laisser prendre son temps à elle, être un passage, pour l'hospitalité et le présent. .   . . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
lundi 10 novembre 2014

RENE CHAR

« La sagesse est de ne pas s’agglomérer, mais dans la création et dans la nature communes, de trouver notre nombre, notre réciprocité, nos différences, notre passage, notre vérité, et ce peu de désespoir qui en est l’aiguillon et le mouvant brouillard ».   .   RENE CHAR   . Oeuvre Salvador Dali        
Posté par emmila à 17:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mardi 28 octobre 2014

LE PLUS DOUX POIGNARD...Extrait

Tant de fleurs dont le nom a plus d'odeur que la réalité qui décevrait aussi nos yeux. Je rêve. Le monde nous est , paraît-il, offert mais si peu qu'il vaut mieux lui préférer son image plus drôle à l'approche, au toucher, à la possession. Monde fermé où j'avance en m'enrageant de plus en plus. De plus en plus triste, d'une tristesse de révolte plutôt que de résignation. Passer, ne rien tenir, ou si peu, et encore dérisoirement se sentir plein de privilèges."   .   ALAIN BORNE   .      
Posté par emmila à 21:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

samedi 3 mai 2014

MON TERROIR C'EST LES GALAXIES....Extrait

... comment vous parlerais-je des fruits et de la neige quand on m'a volé mon jardin il y a dans l'enclos colchiques et perce-neige et toi qui attends si loin je ne sais de la nuit qu'un troupeau d'étoiles le pasteur a laissé éclairée sa lanterne oui ses moutons barbus ont l'air d'être des chèvres mais la mine ici n'a plus rien d'imposant on passe la limite des choses apparentes on gratte un petit peu pour voir un peu dedans passez votre chemin manieur des apparences le cheval de la nuit n'est pas ferré de gants il manque à ce sabot... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 21 juin 2012

UNE CATHEDRALE DE SONGES...Extrait

Tout a été dit et il reste des mots encore. Tout a été dit et le clair-obscur se recompose. Le feu est à la terre ce que la nuit est au ciel, cet instant ayant été. Pour toujours. Perche appressando se al suo disire Nostro intelleto si profonda tanto Che dietro la memoria non puo ire. La vie n’est qu’une incarnation passagère, un instant de lumière. L’écriture frôle les ailes du désir. . RAYMOND ALCOVERE .
Posté par emmila à 19:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 13 janvier 2012

ON THE ROAD AGAIN

  Nous étions jeunes et larges d'épaules Bandits joyeux, insolents et drôles On attendait que la mort nous frôle On the road again, again On the road again, again Au petit jour on quittait l'Irlande Et derrière nous s'éclairait la lande Il fallait bien un jour qu'on nous pende On the road again, again On the road again, again La mer revient toujours au rivage Dans les blés mûrs y a des fleurs sauvages N'y pense plus, tu es de passage On the road again, again On the road again, again Nous étions jeunes et larges d'épaules... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 18 juin 2011

TRANSHUMANTS DU TRANSVISIBLE

Je suis le vent de nuit de l'été qui franchit le seuil de l'aujourd'hui et qui vient rafraîchir toutes les pièces ouvertes jusqu'à l'aurore. Je suis fils de la Terre, un errant transhumant. Je vais au-delà dans le ciel de toujours, la mort n'est plus mon ennemie. Je suis aussi le fils du ciel, passeur des mondes, des vivants et des morts, j'avance dans le temps, — je suis une force qui va de l'avant, trébuchant parfois, bégayant souvent. Je suis à l'image de ma pierre de parole, je suis un pont entre les hommes, — je suis un fragile... [Lire la suite]