mercredi 10 novembre 2010

DEMEURES DU SOUFFLE...Extrait

Rejoindre ce point d'or qui perdure avant le passé  après l'avenir ce lieu où le temps n'a plus prise son noyau de vide émerveillé comme le franchissement d'un porche mystérieux qu'ouvrent les caresses donnant sur l'infini..FRANCESCA YVONNE CAROUTCH.Oeuvre Didier Delamonica
Posté par emmila à 22:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 23 octobre 2010

COEUR A COEUR...Extrait

  En chemin                 Étincelles du vent parmi les feuilles   Le passé déjà                 Se laisse convaincre par les caresses du lendemain       .                    BERNARD  PERROY . .
Posté par emmila à 19:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 1 mars 2010

ELEGIE

Je t’ai cherchée Dans tous les regards Et dans l’absence de regards, Dans toutes les robes dans le vent, Dans toutes les eaux qui se sont gardées, Dans le frôlement des mains, Dans les couleurs des couchants, Dans les mêmes violettes, Dans les ombres sous tous les hêtres, Dans mes moments qui ne servaient à rien, Dans le temps possédé, Dans l’horreur d’être là, Dans l’espoir toujours Que rien n’est sans toi, Dans la terre qui monte Pour le baiser définitif, Dans un tremblement Où ce n’est pas vrai Que tu n’y es pas. Je t’ai... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 10 décembre 2008

LA MARCHE A L'AMOUR...Extrait

Tu fus quelques nuits d'amour en mes braset beaucoup de vertige, beaucoup d'insurrectionmême après tant d'années de mer entre nousà chaque aube il est dur de ne plus t'aimer parfois dans la foule surgit l'éclair d'un visageblanc comme fut naguère le tien dans ma tourmenteautour de moi l'air est plein de trous bourdonnantpeut-être qu'ailleurs passent sur ta chair désoléepareillement des éboulis de bruits videset fleurissent les mêmes brûlures éblouissantes si j'ai ma part d'incohérence, il n'empêcheque par moments ton absence fait... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 9 décembre 2008

LA ROBE ETOILEE

Quand on me revêtira   de cette robe à la taille de la nuit   à la mesure de mes silences       mes enfants, ma femme     Quand j’aurai eu mon comptant   d’oxygène et d’heures       mes amours, mon amour     Quand après avoir été présent   il me faudra crier absent       ma femme, mes amours, mes enfants      ne gardez que nos bonheurs       vous n’êtes pas de mes regrets ... [Lire la suite]
samedi 1 novembre 2008

LA DEMEURE

"Le feu comme une parolela mer comme un souvenirVague sur vague à reboursA l'écume enchevêtréeQuelques mots incandescentsUn labour d'algue et de selOù germent les coquillagesUne muraille de ventSable espace chair et sangBâtis de ciel et de briquesUn corps comme un paysageJe n'ai pas d'autre demeure". JEANNE  BESSIERE .
Posté par emmila à 21:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 13 septembre 2008

LA TRISTESSE QUI ARRIVE

La tristesse m'est venueet le corps qui m'enfermen'est pourtant pas mort ni vacant parmi les rues                                              de la cité vivante.   Mon âme bat de l'aile et l'encre écritles mots.La solitude entière ne m'a pas encore submergée.   Je possède le souffle qui ne m'a pas quittée       ... [Lire la suite]
vendredi 12 septembre 2008

QUELQUE CHOSE

  Quelque chose de toi, bien que changé, demeure en moi.Cela vient avec la mer, dans la langue surprenantede personnages que je ne reconnais paset qui cependant chaque jour rôdent autour de moi,à travers le sempiternel combat de la vieet du désir de vivre.   Quelquefois aussi quelque chose de moi reste avec toi.Si c'est ainsi, comme un chien qui renifle dans les ruelles,je pourrai te suivre à la trace et finir par te retrouverun de ces jours, pour recevoir la lumière et l'éclatde tout le... [Lire la suite]
lundi 8 septembre 2008

NAITRE

Plus je regarde à mon passéEt plus je m'apparais béantTerreur d'être sans fondementO ma mère terre où es-tuTant aimé j'ai aimé si peuQu'encore aujourd'hui je ne saisQuel sens donner au mot donnerO ma mère terre où es-tuPardonnez-moi j'ai trop reçuSans en être jamais conscientCoupable de ce manquementO ma mère terre où es-tuToi qui seule m'auras manquéJamais je ne fus ton enfantVieux je t'appelle maintenantO ma mère terre où es-tuLa lie du non-amour sans fondMe vient aux lèvres comme aux yeuxC'est son dégoût qu'en tout je veuxO ma mère... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 7 septembre 2008

CITADELLE...Extrait

Certes, j’ai moi aussi éprouvé, au cours de ma vie, la colère, l’amertume, la haine et la soif de vengeance. Au crépuscule des batailles perdues, comme des rebellions, chaque fois que je me suis découvert impuissant, et comme enfermé en moi-même, faute de pouvoir agir, selon ma volonté, sur mes troupes en vrac que ma parole n’atteignait plus, sur mes généraux séditieux qui s’inventaient des empereurs, sur les prophètes déments qui nouaient des grappes de fidèles en poings aveugles, j’ai connu alors la tentation de l’homme de colère.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,