vendredi 19 juillet 2013

UNE ERREUR REMEDIABLE / UN RIMEDIABILE ERRORE

Si nous avions - imaginais-je –l’espoir secret des enfants :se réveiller un matinavec la seule obligation de vivreavec le courage des pastelsavec l’avenir d’une feuille blancheet des oiseaux aériensrevenir en arrière en interrompantle jeu ou réparerdes blessures même profondes des méchancetésavec de petites blandices.Si nous avions le droit au retourjuste avant la limite de l’innocenceau bord d’une journée imprévoyantele simple geste qui effacela douleurfait renaître l’amour scelledans ce toujours un toujoursqui est nôtre. Si nous... [Lire la suite]

lundi 27 mai 2013

SOLEIL CIGALES

 Le lézard du souvenir bondit et c'est furtif entre tes ombres le passé perdu des provences pauvres   tu écrivais sous le figuier sur la table usée de rotin bancal dans la campagne abandonnée et l'importance de parler dans le bleu hébété tentait de t'emporter à brides lâchées     à encrier ouvert   où une mouche finissait toujours par tomber et noire sur noir vibrionnait comme confus tes jeunes mots dans l'ouverture d'un monde plein   mais maintenant que la table et le jardin... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 3 mai 2013

A L'OMBRE DES MOTS...Extrait

(...)   Dire je pars et je vienschante ne sais d'où au justede vous anéantisde vous ressuscitésd'antan étouffés là réveillésécho des voix perdues défaites voixremailléesplaintes retenues les plainesforêts conquisesbois des berceaux voix des revanches   .   MADELEINE GAGNON   .            
Posté par emmila à 14:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 28 avril 2013

OU COURS-TU ? NE SAIS-TU PAS QUE LE CIEL EST EN TOI ?

  (...) Commence alors le long calvaire de l’ignorance : une vie d’homme. Tout ce qui te rencontre dès lors, tu le prendras pour réalité absolue. Tous les grimages, tous les masques, toutes les mascarades de la société et ses valeurs, les règles de jeu, les brouillages, les compromissions, tout est dès lors monnaie comptante. Le premier homme et la première femme rencontrés – père, mère – sont tes dieux et marquent ta cire encore molle d’empreintes indélébiles. Leurs blessures deviennent les tiennes. Cent fois la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 26 mars 2013

POUR UNE HEURE INCERTAINE

« Le silence étouffe tes mots. Quelle langue habites tu ? Ta voix creusée dans le lourd manteau de ['oubli, ta voix revendique migre soudain, s'arrête aux frontières d'un jour moribond. Et s'animent les mots qui dormaient dans la nuit profonde du passé. Mais où es-tu ? Qu'écrira-t-elle malgré toi cette main qui t’échappe sur le revers trouble du jour ? Ta vie bat dans le mot. Mais d'où vient-il ce mot, fragile appel surgi dans la complicité du soir ? Va savoir, va savoir. »   .   CLAUDE CAILLEAU   .   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 19 mars 2013

DE MON FRONT A SON INFINI

Je recrée, lignes de désir, mon pays, non pas pour ses avatars séculaires, mais dans le retour lumineux de la mémoire de ses soifs sur les rameaux légendaires de ses étendues. Je le pratique sans cesse, dans un corps à corps épuisant, comme un nageur la nappe opaque, ou le semeur les sillons piétinés de transes de pluie. J'ouvre, amoureux, les yeux de ses rêves. J'habite avec délice la pulpe de ses fruits. L'histoire passée n'est pas terminée, pour moi. A chaque époque, ses astres et ses traces, ses désastres et ses crasses. La fuite... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 24 janvier 2013

POESIE NOMADE ...Extrait

N'aie pas peur de la nostalgiene lui ferme jamais ta portelaisse-la venir en amielaisse en sa présence couleur tes larmesOn t'a dit et redit encore"le bonheur a changé de caple passé est mort sans retour"laisse-les dire et maudire à leur guiseAu plus profond tu sais que ton passéen ses brefs moments d'extasefut doux et bon et substantielNe te rejette pas au loingarde-le comme un sacrementde la beauté répandue sur la terre   .   PIERRE ETIENNE   .      
Posté par emmila à 21:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 15 décembre 2012

AUBADE

Infiniment vertes, les feuilles vertes de lierre croisent sur la joue du silence, dans les cheveux déliés, essayant de retenir l’éclair blanc d’une aile de colombe mon passé n’est plus qu’une lueur dans l’air. Du mât s’envolent à présent les drapeaux du danger, l’ancre se soulève de son lit d’herbes mauvaises, le vert repousse là où nous avons dormi. Tu sais ce que je donnerais pour l’aile de la colombe qui flotte, invisible, au-dessus du silence; pourquoi pleures-tu quand je hisse une voile à l’aube ? . . .  . PAUL... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 22 novembre 2012

LE DEVOILEMENT ...Extraits

Ne plus voir que cette lumière, Mais toucher l'ombre douce qu'elle fait Sur la terre pour vivre. Ne plus entendre que le son Qui vibre entre les mains levées, Mais que les lèvres se posent sur l'instant Le plus fragile, le plus proche De la déchirure du son. Infime est ce jardin Donneur de roses, Ô plénitude Sur fond d'abîme. Douce à la solitude Est la maison étroite. Le rêve de l'été qui ne finissait pas S'abrite dans le silence de la pluie d'automne. Le lierre désiré a envahi le mur, Les raisins oubliés s'offrent À la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 16 novembre 2012

DE PASSAGES ET D'ENVOLS

Les oiseaux habitent en nous avec nos morts À tire d’aile ils défrichent le silence Voix coutumières d’obscurs chemins de plantes creusés loin entre passé et présent Les oiseaux tendent au ciel les draps qu’ils ont lavés dans la rumeur des torrents Ils les laissent sécher au soleil avant de les rendre à la nuit et aux arbres Ils font nos lits de lin frais comme la neige Dès l’aube ils s’interpellent d’un chevet à un autre Plongent de fenêtre en fenêtre trépignent, trillent et tambourinent aux vitres Le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,