dimanche 6 mai 2012

ENTERRAR Y CALLAR

 Frères cette aurore est vôtre Cette aurore à fleur de terre Est votre dernière aurore Vous vous y êtes couchés Frère cette aurore est nôtre Sur ce gouffre de douleur.   Et par coeur et par courooux Frère nous tenons à vous Nous voulons éterniser Cette aurore qui partage Votre tombe blanche et noire L'espoir et le désespoir.   La haine sortant de terre Et combattant pour l'amour La haine dans la poussière Ayant satisfait l'amour L'amour brillant en plein jour ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 4 mai 2012

BELLE ET RESSEMBLANTE

Un visage à la fin du jour Un berceau dans les feuilles mortes du jour Un bouquet de pluie nue Tout soleil caché Toute source des sources au fond de l’eau Tout miroir des miroirs brisé Un visage dans les balances du silence Un caillou parmi d’autres cailloux Pour les frondes des dernières lueurs du jour Un visage semblable à tous les visages oubliés. . PAUL ELUARD . Photographie Philippe Pache http://www.philippepache.com
Posté par emmila à 22:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 30 avril 2012

VOYAGE DU SILENCE

Voyage du silence De mes mains à tes yeux Et dans tes cheveux Où des filles d’osier S’adossent au soleil Remuent les lèvres Et laissent l’ombre à quatre feuilles Gagner leur cœur chaud de sommeil. . . . PAUL ELUARD . . . . Oeuvre Eugène de Blaas
Posté par emmila à 20:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 12 mars 2012

LA VIE IMMEDIATE ...Extrait

 Au terme d’un long voyage, peut-être n’irai-je plus vers cette porte que nous con­nais­sons tous deux si bien, je n’entre­rai plus dans cette cham­bre où le déses­poir et le désir d’en finir avec le déses­poir m’ont tant de fois attiré. A force d’être un homme inca­pa­ble de sur­mon­ter son igno­rance de lui-même et du des­tin, je pren­drai peut-être parti pour des êtres dif­fé­rents de celui que j’avais inventé. A quoi leur ser­vi­rai-je ? . PAUL ELUARD .
Posté par emmila à 13:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 27 octobre 2011

PAUL ELUARD

L’indifférence violemment exclue Tout se jouait Autour du ventre sans raison et des paroles sans suite D’une femme faite pour elle-même Et plus nue que réelle Elle avait un charme de plus Que celle dont elle était née Qui promettait Recueillait tant de merveilles Tous les mystères Dans la lumière écarquillée Sous son énorme chevelure Sous ses paupières basses À voix sourde mêlée de rires Elle et ses lèvres racontaient La vie D’autres lèvres semblables aux siennes Cherchant leur bien entre elles Comme des graines dans le vent La vie... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 20 septembre 2011

LE PHENIX...Extrait

Toutes les choses au hasard Tous les mots dits sans y penser Et qui sont pris comme ils sont dits Et nul n’y perd et nul n’y gagne Les sentiments à la dérive Et l’effort le plus quotidien Le vague souvenir des songes L’avenir en butte à demain Les mots coincés dans un enfer De roues usées de lignes mortes Les choses grises et semblables Les hommes tournant dans le vent Muscles voyants squelette intime Et la vapeur des sentiments Le coeur réglé comme un cercueil Les espoirs réduits à néant Tu es venue l’après-midi... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 16 août 2011

PREMIERE DU MONDE

A Pablo Picasso   Captive de la plaine, agonisante folle,La lumière sur toi se cache, vois le ciel :Il a fermé les yeux pour s'en prendre à ton rêve,Il a fermé ta robe pour briser tes chaînesDevant les roues toutes nouéesUn éventail rit aux éclats.Dans les traîtres filets de l'herbeLes routes perdent leur reflet.Ne peux-tu donc prendre les vaguesDont les barques sont les amandesDans ta paume chaude et câlineOu dans les boucles de ta tête?Ne peux-tu prendre les étoiles?Écartelée tu leur ressembles,Dans leur nid de feu tu... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 16 mai 2011

VOYAGE DU SILENCE

Voyage du silenceDe mes mains à tes yeux Et dans tes cheveuxOù des filles d’osierS’adossent au soleilRemuent les lèvresEt laissent l’ombre à quatre feuillesGagner leur cœur chaud de sommeil. . PAUL ELUARD . Oeuvre Giuseppe Dangelico Pino    
Posté par emmila à 15:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 16 mai 2011

LA MORT, L'AMOUR, LA VIE

J’ai cru pouvoir briser la profondeur de l’immensitéPar mon chagrin tout nu sans contact sans échoJe me suis étendu dans ma prison aux portes viergesComme un mort raisonnable qui a su mourirUn mort non couronné sinon de son néantJe me suis étendu sur les vagues absurdesDu poison absorbé par amour de la cendreLa solitude m’a semblé plus vive que le sangJe voulais désunir la vieJe voulais partager la mort avec la mortRendre mon cœur au vide et le vide à la vieTout effacer qu’il n’y ait rien ni vire ni buéeNi rien devant ni rien derrière... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 15 novembre 2010

DONNER A VOIR

Au fond du cœur, au fond de notre cœur, un beau jour, le beau jour de tes yeux continue. Les champs, l’été, les bois, le fleuve. Fleuve seul animant l’apparence des cimes. Notre amour c’est l’amour de la vie, le mépris de la mort. A même la lumière contredite, souffrante, une flamme perpétuelle. Dans tes yeux, un seul jour, sans croissance ni fin, un jour sur terre, plus clair en pleine terre que les roses mortelles dans les sources de midi..Au fond de notre cœur, tes yeux dépassent tous les ciels, leur cœur de nuit. Flèches de joie,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,