samedi 20 février 2016

LE SECRET PERDU

Qui me consolera ? - "Moi seule, a dit l'étude ; "J'ai des secrets nombreux pour ranimer tes jours." - Les livres ont dès lors peuplé ma solitude, Et j'appris que tout pleure, et je pleurais toujours. Qui me consolera ? - "Moi, m'a dit la parure ; "Voici des noeuds, du fard, des perles et de l'or." - Et j'essayai sur moi l'innocente imposture, Mais je parais mon deuil, et je pleurais encor. Qui me consolera ? - "Nous, m'ont dit les voyages ; "Laisse-nous t'emporter vers de lointaines fleurs." - Mais, toute éprise encor de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 19 septembre 2015

FEMMES

  Au pied de montagnes austères fécondes en fleuves jaunes et pourpres,   A l'orée des déserts immortels aux lumières magiques,   Il est des lieux où nous ne pouvons être.   Et nous y sommes par milliers ! Mais invisibles et séquestrées,   Scellées sous la garde de portes en bois ornementés,   Remisées sous des treilles enluminées d'inviolables verrous.   Et dans les rues et sur les routes nous y sommes aussi,   Suant la peine et le silence sous le... [Lire la suite]
samedi 19 septembre 2015

JOEL GRENIER...Extrait

Prendre l'eau pour le ciel et s'y noyer quand même, la tête dans les nuages. Se tromper d'adresse au bout des mots. Revenir à la ligne pour remettre le monde à l'endroit. Les étoiles de mer filent entre les doigts, le temps d'un sourire, comme une comète qui traverse le vide. Elles survivent, l'instant d'une déferlante, d'une larme discrète qui rêvait de s'envoler. Et celles de la nuit sont beaucoup trop hautes. C'est pour ça qu'elles brillent au milieu du noir, pour donner des chemins qu'il ne faut pas prendre, sous peine de se... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 7 septembre 2015

ANACHRONIQUE...Extrait

Oh tant de bleu sur la conscience tant de matins légers et de brumes pudiques votre précise fébrilité mains féminines ouvrant la porte aux peupliers rassurant les choses inquiètes vérifiant la fraîcheur des fronts   Pas un avril féroce Pas un baiser amer Et pourtant parfois une peine comme une écharde quand une seule feuille oubliait l'allégresse du vert quand un oiseau doutait du ciel quand résistant à tes douces tisanes l'insomnie regardait dans les yeux la grande nuit muette   Puis-je te... [Lire la suite]
jeudi 18 avril 2013

RETOUR SUR IMAGES...Extrait

Et l'oiseau-nuit suspend la peine des vallons et des maquis troupeau du coeur qui se prolonge de toit en toit sur la folie et les écumes littorales marient demain à aujourd'hui s'incruste dans la peine l'heure L'île somnole c'est le soir Je me souviens tu te regardes Nous en serons toujours là du miroir    .   GHJACUMU FUSINA   .   Oeuvre Philippe Charpentier    
Posté par emmila à 23:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 20 janvier 2013

SOMBRES ORAGES

Sombres orages assourdis par le tumulte en peine.L'âme, la gloire, bal de tziganes en fleur.  Une apoplectique égérie, le visage pétri d'indignité,  Amorphe paysage érodé par l'orage.L'eau bleue des cils irriguant la page,  Suspendue, cherchant du regard les purs. A travers des songes faméliques Gravis de lune à lune les échelons de bois.    .   CLAUDIA CARLISKY http://claudiacarlisky.blogspot.fr/   .    
Posté par emmila à 18:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 10 octobre 2012

FEMMES DE MES JOURS

Nous sommes en deçà du miroir dans un monde aux légendes éteintes A chaque seconde,  il faut inventer l'amour à nouveau sa morsure le désir   Nous sommes nées dans les villes dures La misère nous mène en guerre loin de l'arrondi du cœur et nous versons le sang des peines sur les cohortes des rêves   Femmes de mes jours des heures amères Dans notre héritage, tant de larmes et de bûchers ! Des cendres tombent sur nos traces et quand il pleut l'odeur rouillée du sang monte du terril des souffrances  ... [Lire la suite]
vendredi 20 juillet 2012

LE RÊVE DE GRAMSCI...Extrait

Attester plus longtemps le temps de peupliers pliés par violence de vents ne pas rendre aux abeilles leur dérive à travers vergers vers le territoire total de notre tilleul ? Accepter encore le recours végétal du lierre pour lier les pierres déjointes du départ des hommes ces murs déjà gagnés par incohérence de ronces et séneçons ? Oh l'infection méthodique du temps se défaire des gestes répétés et remettre le soir ses plaies au lendemain pour épeler encore nos peines capitales en cœur et poser notre livre au paisible du temps après... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 3 août 2011

A LA TRAME DENTELLIERE

Où sommes-nous dans l’impatience ? Les visages emportent les peines de plaines et le geste dans les mouvements. Moucheté, la lumière rassurante, le soleil est l’autre tunnelAvant le sommeil qui ouvre pour découvrir.Les vertiges approchent l’imagination,Les mots les ailes d’oiseaux sur les lavandières comme des racines flottantes. La vie est une ressemblance qui bascule les miroirs.Le sang vide l’alcool pendant que les nuits prennent froids.Les délivrances voudraient se perdre au hasard,Se pendreLes coïncidences creuser... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 7 mai 2011

SANS ESCLAVAGE

Un jour et des montagnesLorsque le jour ne tient à rienLa bise seule est saisissableUn homme marche- J’ai tué la clémence dit-ilSourire d’enfant il est câlinFier et navré près du ciel qui s’estompeSerait-ce à toi de l’incliner à la bonté?Je ne suis pas responsable du destin de mon frère Crie Caïn tu cries je crieSi j’étais responsable de l’hommeDe qui l’homme serait-il responsable?La montagne se tait Equilibre sur ses étagesLa discrétion rayonneL’homme continue de marcherEntre son charme et sa méchancetéChacun dans une mainEt ses... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,