vendredi 12 avril 2019

LE CENACLE DES SOLITUDES...Extrait

  Je ne sais pas mon âge, aujourd'hui moins que jamais, regarde mon visage, illisible, à présent, mes traits, égarés sous les travers du temps qui ne trouve même plus place dans ma chair évidée, tourne, ne sait plus où se frayer chemin, balbutie maintenant les promesses fourchues d'un destin qui halète dans mon souffle dans mon sein, agonise sur mon corps, cherche à tromper sa fin espère séduire la mort en creusant d'autres lits mais je sens que je flanche, que je vais lui céder tant je suis vieille, vois, tant la course des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

mercredi 19 décembre 2018

ANNA MARIA CARULINA CELLI...Extrait

  Tu observes la vie depuis les fissures de ta maisonDepuis les toits éboulésMorsures d'étoiles de pleine nuitVagues troupeaux de moutons embroussaillés Tu étires le couMisérable cygne mutilé de ses étangs sauvages Tu lèves une main qui ne saisit que l'ombre d'un nuage Il passe Tu demeures dans sa trace Aux lucarnes des chambres Tu voles les baisers Des amoureux volant au-dessus du boulevard De Belleville Les souliers dans les flaquesMarchent sur les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 13 janvier 2018

BERNARD PERROY...Extrait

... Et si nos peines ont du mal à se taire, il me reste tout de même ce sang qui court dans tous les canaux de ma vie, cette pauvre démarche en moi qui ne suis qu'un homme de peu, si fragile,   mais qui sait combien toutes ses boiteries sont sa seule façon de danser vers la lumière,   vers cet immense cadeau qui se pelotonne dans le fond de son cœur,   ce halo, cette pointe, ce regard dont la tendresse n'a pas de fin…     .   BERNARD PERROY   .   Oeuvre Deedra... [Lire la suite]
Posté par emmila à 02:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 1 novembre 2017

JEAN-PIERRE DUPREY...Extrait

 Quatre murs sont aussi sourds qu'un critèreEt le cri est pouvoir à ceux qui se terrent.Il est des toits comme une soiePour cacher un visage et des os ;Dessus, le ciel mange ses oiseauxEt chiffrera quand même zéro.Une mémoire dans une tombe,Un soir trouvera le poidsQu'il fallait pour que le pont tombeEt que la voix basse revienneAu courant de la rivièreQui boit les souffles et les mystèresRêvés chaque nuit par le pêcheur de peines.     .   JEAN-PIERRE DUPREY .    
Posté par emmila à 18:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mardi 5 septembre 2017

LES MOTS EN TROP

 Par perfidie, j'ai décidé en ce jour, mardi 24 juin, d'assassiner quelques mots. L'Amitié est condamnée au bûcher, pour hérésie; la potence convient à l'Amour, pour illisibilité; et la vile garrotte ne serait pas mal pour l'apostasie de la Solidarité; la guillotine, comme l'éclair, doit frapper la Fraternité; la Liberté mourra lentement et avec douleur, la torture est son destin; L'Egalité mérite la pendaison pour s'être prostituée dans les pires bordels: l'Espoir est déjà mort: la Foi subira la chambre à gaz; le... [Lire la suite]
mercredi 23 novembre 2016

DEDIE A LEONARD COHEN

On a des frères, on a des sœurs, et des amis que l'on croit éternelsOn a des chansons, des bruits, des rires de cours d’écoleDes odeurs de quatre heures au chocolatL'émerveillement d'un premier NoëlDes goûts de fêteEt des années mêlées à nos années On a ces peurs au ventre des jours d’examenTous ces vieux rhumes et ces matins chagrins où l'on appelait mamanCe vieux grand-père qui ronronnait dans son fauteuilUn journal sur ses genoux mais les yeux fixés sur sa grande guerreOn a leurs voix et leurs rengaines, les ritournelles d'un... [Lire la suite]