dimanche 2 février 2014

VERS DORES

 Merci Adelita...   Homme ! libre penseur - te crois-tu seul pensant Dans ce monde où la vie éclate en toute chose : Des forces que tu tiens ta liberté dispose, Mais de tous tes conseils l'univers est absent. Respecte dans la bête un esprit agissant : ... Chaque fleur est une âme à la Nature éclose ; Un mystère d'amour dans le métal repose : "Tout est sensible ! " - Et tout sur ton être est puissant ! Crains dans le mur aveugle un regard qui t'épie A la matière même un verbe est attaché ... Ne la fais pas servir à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 23 janvier 2014

LA MAISON PRES DE LA MER II...Extrait

Merci Agnès... Rigueur des vents dans la rouille du tempsodeur de feu que respirent les herbesle même couteau dans le noir du coeurl’ouvre à ce qui passe et sans nom demeure —j’écoute le ventles grands coups d’aile du corps invisiblemêlés à la mer, aux arbres et aux toitsà tout ce qui dans mon corps bat, ressent, respirelevant les eaux, fouillant les fonds —brassant les feuilles de la penséetoute cette eau amassée, pliée, rompue, précipitéeclaquements de portes, la plainte étirée d’un pind’un très vieux pin courbé près duquel... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 27 novembre 2013

EMILY DICKINSON

Le son le plus triste, le son le plus doux,Le son le plus fou qui enfle,- C'est celui que font les oiseaux, au printemps,Quand la nuit délicieusement tombe,Sur le fil, entre mars et avril -Frontière magiqueAu-delà de laquelle l'été hésite,Presque divinement trop proche. Il nous fait penser à tous ces mortsQui ont traversé la vie en flânant avec nous,Et que la sorcellerie de la séparationNous rend cruellement plus chers encore. Il nous fait penser à ce que nous eûmes,Et dont nous déplorons la perte.Nous en souhaiterions... [Lire la suite]
dimanche 14 avril 2013

D'INFINIS PAYSAGES...Extrait

Nous avons beau nous éloignerle paysage ne nous quitte pasQu’il s’ouvre comme un livre d’heuresà chaque levée matinale des arbressur les talusnous le savons en nous lovési intérieurqu’il instille sa sève goutte à gouttedans notre sangjusqu’à se ramifierEt si marcher n’étaitqu’aller à sa rencontrepour mieux s’empayser des autres ?Et si écrire ou liren’était que traverser sa viecomme on traverse un paysage,laisser à la neige des pagesle soin de constellerle silence des marges,à ces mots simples le pouvoirde ralentir le cœur,le pouls de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 9 février 2013

L'ENCHANTEMENT SIMPLE...Extrait

Longtemps, je regarde... Longtemps, je laisse s'accomplir en moi ce lent mouvement vers l'inconnu, cette plus haute forme de la connaissance : le rêve, l'adoration du silence. Ce n'est jamais en vain qu'on cède à cette beauté élémentaire qui saisit l'âme dans la spirale d'une étoile, d'un insecte ou de n'importe quelle chose au monde... . Le silence est la plus haute forme de la pensée et c'est en développant en nous cette attention muette au jour que nous trouverons notre place dans l'absolu qui nous entoure. . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 19 janvier 2013

L'EAU DES SONGES

Sempiternelle, l'onde, brisée puis recouvrée, éternel gazouillis, giclée jaillie d'une brisure dans la roche, faille entaillée laisse couler bouillonnements d'aurore. Une déchirure irruption de l'arbitraire un phare braqué dans l'œil. Hébétude balbutiante, des lambeaux de chair palpitante encore dans ton giron béant ; sucée rapide tout est en place. Nappe à carreaux rouges et blancs, feinte amidonnée de l'habitude, gommées les nacres et les coraux, désossés les songes, alambiqués les rêves d'horizons diaphanes, boursouflées les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

mardi 25 décembre 2012

AGNES SCHNELL

Ne crois pas que l’obscur soit inhabité ne crois pas que les ombres soient sans forces. Ta pensée parfois tu la sens qui se froisse et t’échappe. .   AGNES SCHNELL    
Posté par emmila à 11:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 14 décembre 2012

REMINISCENCES...Extrait

Souvent je pense à vous quand le soir se repose Défroissant au préau son voile d'organdi J'entrouve la fenêtre et au jardin la rose Semble s'agenouiller au prie-dieu de la nuit A votre pupitre la chandelle s'éveille Brodant pieusement son canevas de buis Tandis que l'infini opacifiant la treille Sanctifie tendrement l'étole de la pluie L'heure courbe le front au cadran de l'église Le jasmin languissant convoite le laurier Le vent fébrilement soulève la chemise Du temps qui se dégrise au rouet du clocher A votre pupitre la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 24 novembre 2012

FRAGMENTS DE CHOEUR...Extrait

Soleil brûlant                        vide de la pensée                            et d’un abandon désertique                        vibrations criardes                               ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 24 novembre 2012

CE QUE J'ETANCHE

Je m’habitue aux mouvances Du voyage et N’entends plus rien que le souffle de la monture   Et puis ce que je vois    Je vois un peuple cendré D’irrévérence Dans la plaie   uni Trente mille morts ici Et la marche pèlerine Se lève et le torrent, ailleurs   Je vois l’onde   morne et symétrique Les déchirements d’Abraham puis Les terrassiers Fouettant les bandes L’enchaînement des faits Se lève et le torrent, ailleurs    L’étincelle du peuple S’enfle et dore à la noce ... [Lire la suite]