jeudi 11 octobre 2012

POESIE VERTICALE...Extrait

Peut-être resterons-nous fixés sur une pensée, la pensant pour toujours.   Il se pourrait que l'éternité consiste à se concentrer sans rien alentour sur la pensée la plus dense et à rester là comme une plante en éveil qui colonise pour toujours son minuscule espace.   Mourir ne serait alors rien d'autre que l'ultime effort de l'attention, l'abandon des autres pensées. . ROBERTO JUARROZ .    
Posté par emmila à 18:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 10 octobre 2012

DERRIERE LE DOS DE DIEU...Extrait

« Nous n’avons que cette musique – multitude blessante et joyeuse pour toucher le feu qui nous habite. » « Essaye essaye encore d’aimer vraiment d’aimer assez et qu’est-ce que comprendre même un peu sinon accueillir dans son corps et dans sa pensée un commencement d’amour qui ne t’a jamais manqué   seuls la main et le regard seule la pensée qui voit et qui sent peuvent commencer un jour à sentir, à voir, à penser ce qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 24 septembre 2012

ET LIBRE LE VENT...

Viens avec moi t'asseoir prés de la mer, ouvre ton coeur, sois libre. Je te parlerai d'une paix intime Comme celle des profondeurs calmes, D'une liberté intime Comme celle de l'espace D'un bonheur Comme celui des vagues qui dansent. Vois, la lune trace un chemin de silence sur la mer sombre. Ainsi, devant moi, l'intelligence ouvre un sentier lumineux. La douleur gémissante se cache sous la moquerie d'un sourire, Le poids d'un amour périssable alourdit le coeur, La raison est déçue et la pensée s'altère. Ah, viens t'asseoir... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 21 septembre 2012

ON THE ROAD AGAIN II

Je crois bien sur la route, sur la mer sur mes pieds je scrute mes pas qui avancent et reculent par l’eau salée par les rivières dénudées par le gravier du coin par les sentiers de mon cœur mais surtout c’est mon âme qui sourit depuis ce matin.   Je crois bien que le poème est la survie de nos âmes nomades. Ce soir j’irai me baigner dans la sueur des gens, et je nettoierai mes plaies à même la chaleur des pierres. Je chanterai en silence par la seule force de ma pensée.   Je crois que la prière est... [Lire la suite]
Posté par emmila à 01:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 28 août 2012

POUR L.

Une pensée sans mot  pensée sur la pointe des pieds entre sourire d’amitié    caresse inachevée    silence heureux A peine l’éclair vif d’une truite au torrent La trace s’effaçant d’une étoile filanteou l’esquisse du chant d’un oiseau très petit Une pensée de toi m’a effleuré en chuchotant       Je ne fais que passer C’était ta voix ta voix de vent léger sur les dunes de pin la mer qui souffle bas sous une lune pâle voix de pieds nus    de feu de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 20 juillet 2012

LE SEUIL, LE SABLE Poésies complètes 1943-1988...Extrait

Qui dirait encore, de cette île, qu'elle est une île et de ce " il " qu'il est une pensée ? Qui dirait, ne ressassant que cela, qu' " il " et " île " sont une seule pensée au sein du vide où elle persiste; tantôt figée dans son désir - mais c'est l'espace qui, autour d'elle, s'anime -; tantôt ivre d'errance - mais dans un univers immobile. Ce qui demeure fuit. Et à aucun moment ne refuse: ni l'attente, ni l'aventure; ni d'être double, ni d'être solitude du double et multitude de solitudes. (...) Disant davantage - ne se livrant... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

vendredi 6 juillet 2012

LE BOIS DE VIVRE...extrait

Le poème fait jouir les mots jusqu'à cet avant d'ombre sur les choses et sa pensée rend à l'errance, son sens prophétique. L'initial vient voir jusqu'en la déchirure des instants. Là, si l'homme incarne des territoires, c'est pour qu'ils incarnent aussi son pas, le placent dans l'urgence assaillante de voir selon l'au-delà des coupures, de voir par l'éclair, Dans cette présence où l'écart de lui aux choses, se met à parler.   .     GENEVIEVE CLANCY, PHILIPPE TANCELIN  (Edition L'Harmattan, 1995)   ... [Lire la suite]
dimanche 24 juin 2012

LE MENEUR DE LUNE...Extrait

 Pour se faire francs en propos, les hommes ont ajouté à leurs discours ceux qu’ils s’adressaient à voix basses. Ils nous ont avoué tout ce qu’ils savaient d’eux. La vérité n’y a pas beaucoup gagné, l’existence de l’homme était continuellement fortifiée par la faculté qu’il a de se tromper lui-même. La pensée de l’homme n’est pas le produit mais le complément de son être, dans le présent comme dans le passé, elle draine des apparences, et, grâce au langage, anticipe sur celui que nous serons.   La parole anticipe sur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 20 mai 2012

L'ART ET LA MORT...Extrait

" Rien qui ressemble à l'amour comme l'appel de certains paysages vus en rêve, comme l'encerclement de certaines collines, d'une sorte d'argile matérielle dont la forme est comme moulée sur la pensée. Quand nous reverrons-nous? Quand le goût terreux de tes lèvres viendra-t-il à nouveau frôler l'anxiété de mon esprit? La terre est comme un tourbillon de lèvres mortelles. ... La vie creuse devant nous le gouffre de toutes les caresses qui ont manqué. Qu'avons-nous à faire auprès de nous de cet ange qui n'a pas su se montrer? Toutes nos... [Lire la suite]
Posté par emmila à 04:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 13 mai 2012

LES MOTS

Les mots n'ont pas seulement une musique aussi douce que la viole ou le luth, des couleurs aussi riches et chatoyantes que celles que nous font admirer les toiles des Vénitiens ou des Espagnols, et une forme plastique aussi sûre et aboutie que celle qui se révèle dans le marbre ou dans le bronze, mais la pensée, la passion et la spiritualité leur appartiennent aussi, et n'appartiennent, d'ailleurs, qu'à eux seuls . L'art trouve sa propre perfection en lui même et non en dehors de lui-même . Il ne faut pas le juger selon une... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,