samedi 12 octobre 2019

CHARLES JULIET

La marche, à mon sens, est génératrice de pensée...Tout mon travail est né de ce besoin de devenir celui que j'étais mais que je ne connaissais pas...Le chemin c'est celui qu'on parcourt tout au long de sa vie... mais c'est aussi le chemin intérieur...En fait on n'a pas à se construire, on a simplement à se découvrir...Simplement désencombrer, désenfouir ce qui se trouve caché...La spiritualité c'est un travail incessant sur soi-même pour détrôner l'égo et tenter de s'ouvrir de manière toujours plus large à la vie, aux autres, à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

dimanche 1 septembre 2019

PLANETE TERRE: VIVRE OU MOURIR ? REFLEXIONS A PARTIR DE L'ÎLE DE CORSE

LE VILLAGE PREMIER EST L'ENTITE SUPERIEURE ... Le berceau des origines, nous le voyons ici en Corse avec beaucoup d'acuité, est constitué par le village premier.C'est avec lui que le dialogue intime est le plus fort, avec lui que nous ouvrons notre cœur sans restriction et de la manière qui nous convient.Le village est à la fois un ensemble de maisons, un ensemble de familles, et son pourtour naturel, accolé à la montagne. Cette montagne qui fait partie du village comme un confident tutélaire.Ce périmètre naturel et atavique qui est... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 5 août 2019

AUX SOUVENIRS

Aux souvenirs       qui demeurentbattant aux vantaux d'une viecomme ils se rappellent aux jeux des reflets furtifsdes mots de givre  des pensées qui s'entent      au choeur de la nuit L'absence    m'est une ombre que fige l'albâtre des nuées océanes Sombres allants des - dalles tumulairesimmensité Durer    sur la mer   ne laisse aucune empreinteA terrele temps perd en voyage le fil de la légendele chant onirique des... [Lire la suite]
samedi 6 juillet 2019

OCEANS PARALLELES

Être, si peu de choses, en définitive, que le temps dévore à sa guise et que la mer réfugie, immémoriale... Vastes océans parallèles que  l'existence,  la mémoire, un penser imaginant ; ainsi de l'âme ! Parvenir au terme de la raison ou dénégation de ce qui fut d'emblée asséné, dans les méandres et les arcanes de la pensée unique ! Quoi choisir, retenir, avant le grand saut, à l'ancre noire  ? Que de digressions ... Mais de l'espace, de l'infiniment petit à l'infiniment grand, vers  l'autre versant du temps que... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 10 avril 2019

PROMENADE

  Il est des lieux limpides où dorment les lumières, Filtrant l'intimité comme un secret d'église,Ces endroits qui invitent à se mettre en prière,Délivré du vulgaire à la mine trop grise. Cette grâce qui vient gercer les plaies impures,De nos fronts fatigués des pensées qui déroutent Et fait la seule ride d'un horizon si sûr, Vers des lèvres qui lèvent le voile de nos doutes. Il est des lieux profonds qui parlent comme la mer,Quand notre âme a repris sa lenteur à aimer, Et les pas d'un rêveur tranquille... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
lundi 18 mars 2019

ANNE MARGUERITE MILLELIRI...Extrait

Ciel d'encre où navigue la barque blanchedes rêves. Oiseaux-fleurs sont étincelles nues sontincendies d'étoiles ultramarines Sont lettres mortes ombres flétries de lettres.Chardons-soleils cyan séchés leur visagearide veille -- Ciel d'encre violette auroreen une nuit sombré.     .      ANNE MARGUERITE MILLELIRI     .   Photographie Rachida Oum Naim
Posté par emmila à 08:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 20 février 2019

ANNA MARIA CARULINA CELLI...Extrait

Est-ce sentir, penser, danser sur un fil Allonger la fouléeCaressant le tranchant des falaises Et pris par la rumeur des profondeurs qui grondent Sauter Toujours s'élancer dans le vide Saisir à la volée Le nuage qui passe S'égrène en pluie dès qu'effleuréFleurir, mourir est ce cela le cri de vivre Est ce s'oublier ou bien se souvenirDu fil sombre dans la lumièreDu rayon de soleil au fond de la chambre noire Est ce partir courir le mondeLes villes, les ports, les hommes,les drapsLes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
dimanche 10 février 2019

L'ETOILE VESPER...Extrait

« Faut-il vraiment donner le nom de pensées à une promenade, à une contemplation sans buts ni desseins, à une sorte de virtuosité du souvenir que je suis seule à ne pas juger vaine ? Je pars, je m’élance sur un chemin autrefois familier, à la vitesse de mon ancien pas ; je vise le gros chêne difforme, la ferme pauvre où le cidre et le beurre en tartines m’étaient généreusement mesurés. Voici la bifurcation du chemin jaune, les sureaux d’un blanc crémeux, environnés d’abeilles en nombre tel qu’on entend, à vingt pas, leur son de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 29 janvier 2019

NOS JEUNES HIVERS...

Tu ne m’as jamais rien refusé Pas même l’écorce échancrée de ton regard  Pas même les premiers grains de l’aurore quand nous divaguons enlacés à la rencontre de notre amour Pas même, offrande suprême, les papillonnements exaltés du soir quand nous nous emparons l’un de l’autre sous les lanternes d’un nouveau monde J’ai su en te croisant que le lieu de ton corps serait mon ultime héritage Que tes lèvres ourleraient dans la nuit la plus infime de mes défaillances Que je n’aurais plus jamais peur dans les ravines du... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 6 décembre 2018

NUIT CHORALE, LE SOLEIL SOUS LES PAUPIERES...Extrait

A la mémoire de Ghyslaine Leloup, décédée le 5 décembre 2018    .   A la rose de Desnos .Et la plage se fait et se défaitCoquilles, étoiles, varechsÉcriture et réécriture illimitéeDe la matrice du mondeEt un autre paysage affleureBoues, ferraille, bétonDébris gris brun rouilleDe l’histoire des hommesTemps fixe lumière globaleEt ce silence que la marée ponctueEt ce ciel que tracent les oiseauxTa verticale contrant le ventL’écran de tes penséesTu es aveugle quand tout se révèle sur le sableNe pas poser de... [Lire la suite]