lundi 17 octobre 2011

VOIX DE FEMMES

Touche de brise et frisson de source, vagues à l'âme cristallins emportez l’unique, l’ultime blessure de cœur ! Un éclat de voyance ou d’étoile dans le firmament du cri où s’accomplit l’être duel en l'ineffable achèvement des larmes. Une voix lointaine et si proche, un murmure diaphane ; aveugle est la souvenance qui éclot, qui fredonne ! Serait-ce le cantique des sens transfigurés ! Une voix de femme, oui ! l'émoi du tremble, l’au-delà du regard, la dénégation de l'Un, Galatée et ses suppliques lactescentes au ciel absent qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 13 octobre 2011

QUAND JE REGARDE EN ARRIERE

Quand je regarde en arrière, je n'ai nul regret, je n'aurai pas voulu vivre autrement ...De toutes façons, un fantasme n'est jamais que cela. Je ne me dis pas: J'aurais voulu être un citoyen d'Athènes au temps de Périclès, ni un citoyen de Grenade sous les Abencérages, ni un bourgeois de la Vienne des valses. Je suis né dans un canton écarté de haute montagne, d'une vieille race qui, depuis des millénaires n'a pas cessé d'être là, avec les uns, avec les autres...qui, sous le soleil ou la neige, à travers les sables garamantes ou les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 27 septembre 2011

DE DECEMBRE A LA MER...Extrait

« amour notre parole comme un soleil brûlant dans un ciel de nuit savoir ce qu’aimer veut dire dans la lumière perpétuelle du deuil de sa propre enfance tant d’ombres peuplent notre espace divisé tant de routes parallèles de mots oubliés je suis ici aujourd’hui demain soir et matin présente je suis où je peux voir le jour simplement se lever notre langue naissante nos corps morcelés exhument notre paysage réel » . AMINA SAÏD .
Posté par emmila à 15:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 7 août 2011

FASCINATIONS SOLITAIRES

  Une Île et ses centaines d'îlots essaiment leurs pensées de myrtes et de pierres... Qu'importe l’envergure et le cercle de la terre finissante sur la mer immense; et ces clartés qui palpitent au-delà des âges et de la brume comme une promesse d'astres et d'infiniment bleu que les cimes pointent de si loin!  Quel éclat de temps sublime le soleil octroie dès l’aube au marin croisant ou doublant en vue de la terre les prémices de la paix pour quelque thébaïde ! Un archipel se dévoile et lance à l’encontre des flots... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 31 mai 2011

JE TENDS LA MAIN

Je tends la main vers l'olivier soluble Ombre dans la vitre du feu La maison a brûlé comme une enfance Occupé à des jeux à des fourmis Ô vous, donnez-nous un peu de vin Qu'on le boive avec les grands les purs La rivière est désormais dans la chambre Il faut ne pas faire de bruit et boire et seulement attendre Venez ici enfants venez m'attendre Sur ce quai d'une gare oubliée par les trains Aucun enfant, sa main dans ma main, n'est venu Et dans ma main c'est la main de l'enfant mort Il continue d'aller par ses chemins... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 27 mai 2011

VA OU...Extrait

Je pense aux personnes merveilleuses de ma vie je penseà vous mes amis vous mes inconnus innombrables jepense à Robert Desnos dont les yeux étaient des perles je pense à Rimbaud le jeune homme vert quirougissait jusqu’aux oreilles je pense à d’Aubignécouché avec ses pistolets.Je pense aux personnes à merveille dans ma vie mesfrères loin mes potes en allés mes jamais rencontrésje pense au cœur de ma mère solitaire je pensesur la tête de mon père je pense à mes aïeux en rangsd’oignons dessous la terre je pense à ma... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,