samedi 14 septembre 2019

L'ENRACINEMENT...Extrait

« Le passé détruit ne revient plus jamais. La destruction du passé est peut-être le plus grand crime. Aujourd'hui la conservation du peu qui en reste devrait être une idée fixe. La perte du passé, collective ou individuelle, est la plus grande tragédie humaine et nous avons jeté le nôtre comme un enfant déchire une rose. »     .     SIMONE WEIL     . Oeuvre Salvador Dali
Posté par emmila à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 22 décembre 2018

FILS DE LUMIERE

  des fils aux pèresnous avons étéqui ils serontavons-nous comprisqu'il restera du noirà la lumièreplus loin que nousmaintenant c'est toiqui me fais signepour creuserun ciel perduet fleurir un autresoleil         MICHEL EKHARD ELIAL         Oeuvre Salvador Dali  
Posté par emmila à 18:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 22 décembre 2018

EN FILIGRANE, L'ARDENNE...Extrait

En apparencerien n’a changé.Ni stridence      ni démesureseule la parole intimeivre en son flux est dénouée.En apparence rien n’a changé.La sente est raidela forêt muettela colline    dorée sous l’or froidse baigne dans le gris liquide.On dirait que tout est en attented’un retourd’une braise     d’une luciole intimeou peut-êtrede cet immense que l’on désiremais ne nomme pas.En apparence rien ne changesinon ce creux élargibien plus sombre à chaque détoursinon cette voix perduevestige déjà… ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
jeudi 5 juillet 2018

ANNE MARGUERITE MILLELIRI...Extrait

Ta langue s'est perduedans les méandres de Babel ...Perdus le chant et la comptine et la voix de la mère Et tu cherches tes mots dans l'errance du vent,la cicatrice des larmessèche sur ton visage déserté Enchanteresse, elle l'étaitcomme toute langue d'enfance -- de châteaux en Espagneenchantée, et de sableaux yeux gris-vert --mer océane Te voilà sans mots, dans l'enclos semé de graines à vendre,de fleurs sages : où sont tes ailes ? tes injures ? tes griffes et tes crocs ? De ta langue sauvage,... [Lire la suite]
dimanche 1 juillet 2018

NE PAS FAIRE DE BRUIT...

Et puis, dans la perte et le désenchantement, la récupération de l’étonnement primordial. À «mieux» regarder, tout était déjà là dès le départ, bien avant les questionnements métaphysiques, les maîtres, les voyages, les livres. Que la Présence, sans mobilier. Dans la candeur consciente des ténèbres, la toute-puissance du mystère, la joie sans prétextes. De l’ivresse du jeu, du healing, où chaque endroit est espace, au petit siège du manège. Tous, mains et pieds attachés, le numéro est assigné… prends garde de ne pas faire de bruit… ... [Lire la suite]
lundi 11 juin 2018

PREMICES DU DESERT III...Extrait

Où vas-tu, toi qui dans le vent aride courspar une de ces rues sans saisonsderrière des murs lumineux de laquelleun pas qui vient à retentir excite les chienset éveille l’écho ? Vus de la maisond’où je te regarde, où le corps est vivant,mouvement et quiétude se défont.Je t’invoque pour la nuitqui vient et pour le sommeil ;toi qui souffres, toi seule peut me secourirdans ce passage aveugle du tempsvers le temps, dans cet âpre voyagede celui que je suis à celui que je serai,vivant une vie dans la vie,dormant un sommeil dans le... [Lire la suite]

lundi 11 juin 2018

NICOLAS MATHIEU

"Ecoute-moi. Demain, nous serons vieux et lents. Il y aura tes enfants et tes dossiers, tes lessives et les gens au bout du fil, des lois et des embouteillages, le brouhaha du diner et le trop plein de tes journées. Demain, tu seras loin et chacun dans notre coin, nous devrons faire bonne figure. Demain, il faudra à nouveau respirer, gagner de l'argent et remplir le frigo, aller chercher les petits à l'école et lire des journaux, rire encore et vieillir aussi, peu à peu, inévitablement. Ce métier de vivre, nous le ferons du mieux... [Lire la suite]
samedi 2 juin 2018

APOPHTEGMES....Extraits

 La connaissance pure, qui naît dans l’intimité de l’être, et l’ouvre et le transcende, « le dialogue de l’âme avec elle-même » qui veut encore être parole, la parole unique, la parole ineffable ; la parole libérée du langage. ... Non seulement le langage, mais toutes les paroles, pour uniques qu’elles paraissent, aussi isolée et inattendue que soit leur apparition, font allusion à une parole perdue...     .     MARIA ZAMBRANO     .      Oeuvre Anselm Kiefer
dimanche 25 mars 2018

LE RÊVE DE GRAMSCI...Extrait

Perdre notion de la douceur de l'amande écale éclatée Perdre notion de ce lexique où se prirent tous mes oiseaux quand faseillaient les feuilles quand chaque arbre était singulier dans sa façon de ciseler l'espace & sasser la lumière Oh les mots de ma préhistoire Oh cette cécité loin du livre initial J'ai laissé tous mes gestes dans la conscience d'hommes maigres & secs de pauvres traversant le plus clair des jours pour échanger des grains des mots ou pour prendre le thé le temps de ne rien dire écouter... [Lire la suite]
mercredi 21 mars 2018

CHANSON

Toi, à qui je ne confie pas mes longues nuits sans repos, Toi qui me rends si tendrement las, me berçant comme un berceau ; Toi qui me caches tes insomnies, dis, si nous supportions cette soif qui nous magnifie, sans abandon ? Car rappelle-toi les amants, comme le mensonge les surprend à l'heure des confessions.   Toi seule, tu fais partie de ma solitude pure. Tu te transformes en tout : tu es ce murmure ou ce parfum aérien. Entre mes bras : quel abîme qui s'abreuve de pertes. ils ne t'ont point retenue, et c'est... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,