lundi 21 août 2017

DES HEURES FROIDES...Extrait

Pays bleu qu’on lisait à la chaleur du poêle À bûches cassées par les cantonniers. On savait lire en vrai. Le bleu N’avait pas un nuage. Si bleu si nôtre qu’on n’avait pas d’âge. Pas encore piétiné la sciure des doutes. Les années étaient nues Sans robe noire. Maintenant Où sont les mots inséparables Pays bleu ? Déjà perdus ?     .     MARCEL MIGOZZI     .   Oeuvre Raoul Dufy
Posté par emmila à 18:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

jeudi 13 juillet 2017

NOTES SUR LA MELODIE DES CHOSES...Extrait

L'un entend plus, l'autre moins, de la puissante mélodie de l'arrière-fond. Beaucoup ne l'entendent plus du tout. Eux sont comme des arbres qui ont oublié leurs racines. Beaucoup n'ont pas le temps de l'écouter. Ce sont des pauvres sans patrie, Qui ont perdu le sens de l'existence. Ils tapent sur les touches des jours Et jouent toujours la même monotone note diminuée. Il faut avoir démêlé la ligne vivante qui porte les autres. Il faut avoir oublié le beaucoup pour l'amour de l'important. Une fois qu'on a découvert la mélodie de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 26 mai 2017

GENS SERIEUX S'ABSTENIR...Extrait

A Maya...     C'est un chat mourant qui m'observe il me demande guéris-moi toi l'homme à qui j'accorde foi il ne suffit pas de m'aimer à ta façon un peu distraite tu devrais pouvoir me soigner si tu étais ce dieu des bêtes que certains disent que tu es et je lui parle doucement maintenant au-delà des ans il est compagnon de mes veilles il est présent quand je m'éveille et je suis certain qu'il m'attend quelque part dans un creux du temps . . . . JEAN-CLAUDE PIROTTE . . . . .
Posté par emmila à 09:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 19 avril 2017

ETAT DES LIEUX

Maintenant Je laisse ma vie fuir son cours Les heures filer dans mes doigts le sable s’entasser sous mes dents le vent Vide façonner mes dunes y bâtir des escaliers à dévaler revenir Aux sources du mal en avaler les boues Dosant habilement les vins aux goût de bois Les drogues licites des pharmacies leurs bulles opiacées leurs benzos Car je sens qu’il ne vaut mieux pas que je reprenne conscience Tout à fait Ni que la colère flambe ni qu’elle prenne une perfection de symphonie Giclant d’un seul envol de violons et de bois Ni que je... [Lire la suite]
vendredi 14 avril 2017

SERGE WELLENS...Extrait

Du fond d'un trou de mémoireje regarde passer le cieloù rien ne se passe vraimentqu'un léger très léger frémissementpareil au rêve inhabitéd'une eau dormanteJe cherche désespérémentle visage d'un mot nécessairequi se défaisant me défaitIl me reste la lenteurobstinée de son refus d'êtrePour un peu de temps encorele sillage d'une trace.   .   SERGE WELLENS   .    
Posté par emmila à 20:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
jeudi 2 février 2017

PAUL AUSTER ...Extrait

De la perte. Et d’une perte telle qu’elle pille l’esprit – jusqu’à la perte même de l’esprit. Commencer avec cette pensée : sans rime ni raison. Et puis simplement attendre. Comme si le premier mot venait seulement après le dernier, après une vie d’attente du mot qui était perdu. Ne pas dire plus que la stricte vérité : les hommes meurent, le monde déçoit, les mots n’ont aucun sens. Et par conséquent ne rien demander que les mots. Mur de pierre. Coeur de pierre. Chair et sang. Autant que tout ceci. Plus.   . ... [Lire la suite]

samedi 26 novembre 2016

PIERRE BERGOUNIOUX...Extrait

Nous avons perdu la félicité indistincte qu'on voit aux bêtes, aux poissons enchâssés dans l'eau cristalline, aux bêtes des bois couleur de feuilles mortes, aux oiseaux ivres d'air. Nous sommes devenus pensifs et, par­tant, étrangers, frêles, frileux, vulnérables. Il nous faut une table, un toit, du feu, une maison. Nous nous souvenons parfois d'avoir été au monde pleinement, sans états d'âme, d'un très lointain commencement. Je rêve, pour finir, d'une lande ouverte à tous les vents où l'on verrait ce qu'il en est de nous et de tout... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mardi 8 décembre 2015

POEME A CRIER...Extrait V

Une pensée pour Agnès . ... Tu as bercé tant de fruitsles tiens ou d’autrestrop grands parfois pour tes mains,trop exigeants.De nouveau si prochecette brûlure de l’absoluinvasion fulguranteespéréequi te grandit et te portequi mène ta mainvers des calligraphies inconnuesque tu ne voulais pas voir.Tu te replies vers ton silencevers tes secretsc’est là que tu habites le mieux.A vif toujours et encoreà vif      à découvert,dénudée.Le chemin se traînaitdans la lumière perduele chemin s’égarait et tu... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
lundi 16 novembre 2015

VOUS N'AUREZ PAS MA HAINE

Vendredi soir vous avez volé la vie d’un être d’exception, l’amour de ma vie, la mère de mon fils mais vous n’aurez pas ma haine. Je ne sais pas qui vous êtes et je ne veux pas le savoir, vous êtes des âmes mortes. Si ce Dieu pour lequel vous tuez aveuglément nous a fait à son image, chaque balle dans le corps de ma femme aura été une blessure dans son coeur. Alors non je ne vous ferai pas ce cadeau de vous haïr. Vous l’avez bien cherché pourtant mais répondre à la haine par la colère ce serait céder à la même ignorance qui a fait de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 8 mai 2015

LOS PAJAROS PERDIDOS / LES OISEAUX PERDUS

Amo los pájaros perdidos que vuelven desde el más alla, a confundirse con un cielo que nunca más podre recuperar. Vuelven de nuevo los recuerdos, las horas jóvenes que di y desde el mar llega un fantasma hecho de cosas que amé y perdí. Todo fue un sueño, un sueño que perdimos, como perdimos los pájaros y el mar, un sueño breve y antiguo como el tiempo que los espejos no pueden reflejar. Después busqué perderte en tantas otras y aquella otra y todas eras vos; por fin logré reconocer cuando un adiós es un adiós, la soledad me devoró... [Lire la suite]