mercredi 20 mai 2020

BRUNO ODILE...Extrait

Ô combien il me plairait de ne pas renoncer à la joie en donnant un sens aux jours qui viennent ! Ma solitude est une porte défoncée, un levain sans adjonction, un ébruitement de l’ombre mourante à la lumière. La joie est punie lorsqu’elle reste sur le seuil, redoutant l’accomplissement comme une culbute prévisible. Un croche-pied à l’assiduité des épreuves et des délits. Une dégringolade pitoyable que la crainte et le doute s’empressent de tenir à l’écart. Des lumières naissent sous les dalles du silence. Quelque part, dans la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

samedi 25 avril 2020

DU BON USAGE DES CRISES...Extrait

Extrait d’une conférence prononcée le 15 juin 1991 à Mirmande à l’occasion du dixième anniversaire du Centre Dürckheim (Drôme).   .   J’ai gagné la certitude que les catastrophes sont là pour nous éviter le pire. Et le pire, comment pourrais-je exprimer ce qu’est le pire ? Le pire, c’est bel et bien d’avoir traversé la vie sans naufrages, d’être resté à la surface des choses, d’avoir dansé au bas des ombres, d’avoir pataugé dans ce marécage des on-dit, des apparences, de n’avoir jamais été précipité dans une autre... [Lire la suite]
samedi 18 avril 2020

HUMAIN PAS ASSEZ HUMAIN...PHILIPPE TANCELIN

“Je vous le dis : il faut encore porter en soi un chaos, pour pouvoir mettre au monde une étoile dansante. Je vous le dis : vous portez encore un chaos en vous” F. Nietzsche     . A tant le nommer sans doute ce virus s’usera-t-il demain sans pour autant perdre son usure qui les jours passant ne cesse de gravir les barreaux de l’échelle des taux d‘intérêts économiques divers et variés. Affublé de son substantif « crise » comme la moule à son rocher, on comprend que telle une tique, il ne se détachera pas si... [Lire la suite]
dimanche 5 avril 2020

MARCEL MOREAU...Extraits

Lorsque conditionnés à ne plus se poser de questions sur l'être, ils finissent par ne plus s'en poser que sur l'avoir. Quelque chose en eux de vital, d'essentiel, d'incommensurable, s'est prématurément clos, fermé à l'aventure, est tombé en déshérence. L'homme alors, si ingambe soit-il, porte en lui son poids de mort, jusque dans son espérance de survie. On dirait un atlante soutenant sa propre charge de divorces d'avec lui-même, d'intégrité perdue, de névrose annoncée. Mais c'est trop pour cette charge-là, et il n'a même plus la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 4 mars 2020

DESIR,CORPS, ECRITURE....Extrait

"Comment écrire le désir ? Comment approcher ce qui nous meut, chacun, intrinsèquement, au plus intime de nos vies, sans métaphores, approximation, balbutiement. Comment ne pas cesser d'être à-côté, en-deçà, et ne cesser d'imaginer autour de ce réel introuvable, invérifiable, la vérité de notre corps ? Car le désir c'est d'abord le langage du corps. Une histoire de corps. Son chiffre même, sa passion secrète, sa généalogie. Pas de corps sinon en mal de désir, c'est-à-dire empêché, entravé, mais aussi transporté, aimanté. Et c'est... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 4 février 2020

GEORGES STEINER ... Extrait

Dans l'esprit reposait le germe de mon corps.L'esprit a introduit dans mon corpsLes yeux sensibles,Afin qu'à travers eux je regarde la lumière des corps.L'esprit a imprimé dans mon corpsSensibilité et pensée,Sentiment et vouloir,Afin qu'à travers eux je perçoive les corpsEt agisse sur eux.Dans l'esprit reposait le germe de mon corps.Dans mon corps gît le germe de l'esprit.Or, je veux incorporer dans mon espritLes yeux suprasensibles,Afin qu'à travers eux je regarde la lumière des esprits.Et je veux imprimer dans mon espritLa sagesse,... [Lire la suite]

jeudi 26 décembre 2019

L'ANIMAL QUE DONC JE SUIS...Extrait

" C'est un mot, l'animal, que des hommes se sont donné le droit de donner. Ils se sont trouvés, ces humains, à se le donner, le mot, mais comme s'ils l'avaient reçu en héritage. Ils se sont donc donné le mot pour parquer un grand nombre de vivants sous ce seul concept : L' Animal, disent-ils. Et ils se le sont donné, ce mot, en s'accordant [...] pour eux-même [...] le droit au mot, au nom, au verbe, à l'attribut, au langage de mots, bref à cela même dont seraient privés les autres en question, ceux qu'on parque dans le grand... [Lire la suite]
dimanche 15 décembre 2019

BELLA VISTA ...Extrait

"C'est folie de croire que les périodes vides d'amour sont les "blancs" d'une existence de femme. Bien au contraire. Que demeure-t-il, à le raconter, d'un attachement passionné ? L'amour parfait se raconte en trois lignes : Il m'aima, je L'aimai, Sa présence supprima toutes les autres présences ; nous fûmes heureux, puis Il cessa de m'aimer et je souffris...Honnêtement, le reste est éloquence, ou verbiage. L'amour parti, vient une bonace qui ressuscite des amis, des passants, autant d'épisodes qu'en comporte un songe bien peuplé, des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 27 septembre 2019

AMOUR, POESIE, SAGESSE

Le philosophe et sociologue Edgar Morin était l'invité de l'Université permanente de l'Université de Nantes, jeudi 12 décembre 2013, pour une conférence intitulée "Amour, poésie, sagesse", titre éponyme de l'un de ses ouvrages. L'occasion pour l'un des plus grands penseurs contemporains de nous livrer sa vision de l'amour. Edgar morin s'interroge sur l'amour, la poésie, la sagesse qui illuminent nos vies tout en cachant leur énigme et leur complexité... L'amour ne vit, soutient-il, que dans l'état d'un "innamoramento", se régénérant... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 1 septembre 2019

CELEBRATIONS & CREPUSCULES...Extrait

... Du silence au silence, nous voguons, mi-ivres mi-navigateurs, la boussole du désir, la boussole de l’urgence à la main. Nous sommes des bateaux effarés dans les vagues, et pourtant, nous embrassons cette vie – la tempête est notre plus sûr allié pour arriver à bon port : le naufrage. Sinistrés, portés par la vague, brûlés de sel, ivres de soif, aveuglés de lumière et lavés de toute volonté, même de vivre, nous voilà enfin offerts, comme un sacrifice, aux courants silencieux de l’être. Qu’il est étrange que nos vouloirs ne nous... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,