mercredi 1 mai 2013

LA RECHERCHE D'UNE PREMIERE VERITE...EXTRAIT

     Il est une heure de l'enfance qu'on n'oublie jamais : celle où l'attention venant à se concentrer avec force sur une idée, sur un mouvement de l'âme, sur une circonstance quelquefois vulgaire, nous ouvrit, par une échappée inattendue, les riches perspectives du monde intérieur : la réflexion interrompit les jeux, et, sans l'aide d'autrui, l'on essaya pour la première fois la pensée. Un jour, dans le jardin paternel, au moment de prendre une feuille de charmille, je m'émerveillai tout à coup de me sentir... [Lire la suite]

vendredi 26 avril 2013

L'ETE...Extrait

"Où est l'absurdité du monde ? Est-ce le resplendissement ou le souvenir de son absence ? Avec tant de soleil dans la mémoire, comment ai-je pu parier sur le non-sens ? On s'en étonne, autour de moi ; je m'en étonne aussi, parfois. Je pourrais répondre, et me répondre, que le soleil justement m'y aidait et que sa lumière, à force d'épaisseur, coagule l'univers et ses formes dans un éblouissement obscur. Mais cela peut se dire autrement et je voudrais, devant cette clarté blanche et noire qui, pour moi, a toujours été celle de la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 1 avril 2013

REAPPRENDRE A APPRENDRE ET REAPPRENDRE A VIVRE

Le savoir n’est pas la connaissance. Il est même douteux que le savoir y conduise ; et s’il peut y mener, il n’est pas suffisant. Confondre le cumul des connaissances avec la connaissance est un péché contre l’esprit, une faute d’intelligence et une erreur de langage, presque une faute d’orthographe. Poussant sa recherche dans une discipline quelconque, la paléontologie, par exemple, le savant qui prétend enrichir la connaissance (comme je l’ai entendu dire hier) en augmentant le bagage scientifique de ses nouveaux apports, est... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 5 mars 2013

ET SI L'AVENTURE HUMAINE DEVAIT ECHOUER...Extrait

Comment le christianisme officiel, institutionnel, celui des conciles, des confessions de foi ou des dogmes, celui de la théologie aura-t-il pu ignorer deux mille ans durant le dramatique et pathétique problème de la condition animale sans songer à prendre résolument parti contre les bourreaux, sans faire sa place dans son enseignement, dans ses traités, ses manuels et ses catéchismes à la souffrance des bêtes, éternelles victimes de la cruauté des hommes ?  Pourquoi un silence à la fois si pesant et si durable qu'on pourrait se... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 9 février 2013

LA ROSERAIE SAUVAGE...Extrait ( Inédit )

Notre-Dame-de-la-Grâce les vents contraires tournoient enveloppant notre terre comme une momie sans corps Toi tu veilles en silence le visage comme un phare tourné vers la nuit du large Les tempêtes hauturières menacent le bord du monde où tu te tiens en rempart Montent dans les embruns vifs dans les paquets de mer brute les prières boréales des femmes défigurées par l'appel qui les regarde Les hommes perclus d'espoir aux yeux délavés d'amour d'avoir tant scruté l'azur sous l'obscurité de l'âme reviennent les lèvres closes Ont-ils... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 7 février 2013

GRAINS DE MIL...Extrait

Fais en toi la part du mystère, ne te laboure pas toujours tout entier du soc de l'examen, mais laisse en ton cœur  un petit angle en jachère pour les semences qu'apportent les vents, et réserve un petit coin d'ombrage pour les oiseaux du ciel qui passent ; aie en ton âme une place pour l'hôte que tu n'attends pas, et un autel pour le dieu inconnu. Et si un oiseau chante par hasard dans ta feuillée, ne t'approche pas vite pour l'apprivoiser. Et si tu sens quelque chose de nouveau, pensée ou sentiment, s'éveiller... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 8 janvier 2013

VENTS DES PRESENCES/ VIENTOS DE PRESENCIAS...Extrait

Chaque révolte radicale, c’est à dire non négociable, se fait dans une présence d’immanence au tout. Cette dimension ontologique du soulèvement est inaliénable, les fers ou la mort n’ont pas de prise, puisqu’il s’agit pour la conscience humaine d’une entrevue avec l’absolu de sa liberté et sa proximité avec l’infini. Cet engagement total pour s’arracher aux médiations ténébrales du discours dévoile les horizons comme des seuils et non comme des images d’infini La révolte pure montre les emplacements de l’invisible dans... [Lire la suite]
mercredi 28 novembre 2012

PAROLE D'OISEAU

Parfois on me reproche mon air absent. Je pourrais répondre que je suis ailleurs. On me demanderait où ? Les gens qui nous aiment ne lâchent pas le morceau jusqu’à ce qu’ils obtiennent une réponse. Est-ce qu’ils écoutent vraiment cette réponse ou juste le bruit qu’elle fait dans leur oreille. Ils veulent le bruit d’une réponse pour nous savoir encore en vie. Je me souviens d’un homme qui travaillait sous terre le jour et parlait à ses oiseaux, soir et matin. Au crépuscule et à l’aube. Au mourir et au lever du jour. Il leur parlait... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 31 octobre 2012

L'ENIGME....Extrait

Tombés de la cime du ciel, des flots de soleil rebondissent brutalement sur la campagne autour de nous. Tout se tait devant ce fracas et le Lubéron, là bas, n'est qu'un énorme bloc de silence que j'écoute sans répit. Je tends l'oreille, on court vers moi dans le lointain, des amis invisibles m'appellent, ma joie grandit, la même qu'il y a des années. De nouveau, une énigme heureuse m'aide à tout comprendre. Où est l'absurdité du monde ? Est-ce ce resplendissement ou le souvenir de son absence ? Avec tant de soleil... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 21 octobre 2012

ENDLESS JOURNEY

 Il était une fois, une île où tous les différents sentiments vivaient: le Bonheur, la Tristesse, le Savoir, ainsi que tous les autres, L’Amour y compris. Un jour on annonça aux sentiments que l'île allait couler. Ils préparèrent donc tous leurs bateaux et partirent. Seul l'Amour resta. L’Amour voulait rester jusqu'au dernier moment. Quand l'île fut sur le point de sombrer, L’Amour décida d'appeler à l'aide. La Richesse passait à côté de l'Amour dans un luxueux bateau. L’Amour lui dit, "Richesse, peux-tu m'emmener?"... [Lire la suite]