jeudi 24 octobre 2019

POUSSIÈRE

La poussière des agates d'avant-hier,Et le chant des gestes passéesOffrent-ils le sang de la terreAux yeux d'inconnus blasés ? Pensées de rubis perlant sur une peau nue,Ors torturés par les caresses premièresDe l’artiste: "Crée-moi!", cri du métal torduForgé à la flamme nourrie par la pierre ! Ornements lascivement posés,À quelle chair d’amour sont-ils don ?Symboles d’infinies vanités ?Ou gages de goût et de pardon ?     .     GIULIO ENRICO PISANI Poème extrait du "La nuit est un autre jour", Éditions Op... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 14 décembre 2018

A L'ECOUTE DU MATIN

Une Pierre, Une Rivière, Un Arbre,Hôtes d'espèces qui nous ont depuis longtemps quittés,Signalent le mastodonte,Le dinosaure, qui ont laissé ces souvenirs desséchésDe leur passage iciSur le sol de notre planète,Tous les signes bruyants annonçant leur chute qui se hâtaitAujourd'hui perdus dans l'obscurité de la poussière et des âges.Mais aujourd'hui, la Pierre crie vers nous, clairement, avec force,Venez, vous pouvez vous tenir sur monDos et envisager votre destinée distante,Mais ne cherchez nul abri en mon ombre.Je ne vous donnerai... [Lire la suite]
vendredi 7 septembre 2018

ANNE MARGUERITE MILLELIRI...Extrait

La pierre sur l'eauContre le vent rapaceLa caresse de l'eau, la caresse des doigtssur la pierre lisseTes mots à haute voix sur l'enclos de tes lèvresLe murmure d'un baiser, le murmure or et vert de l'eau -- sources secrètes.Un éclat d'aurore vient heurter le soirà son heure incertaineLe soir alentit son pas, à la rue bruissante intime le silenceUn éclat d'auroreEt la grande main du soir un instant se pose sur le cours du temps --Je pense à toi.   .     ANNE MARGUERITE MILLELIRI     ... [Lire la suite]
dimanche 1 avril 2018

LA PIERRE ETERNELLE DES RUINES / LA PIEDRA ETERNA DE LAS RUINAS

Retourner sur mes pasAimer sous les frondaisons vert d’eauSentir la douce brise de la forêtles feuilles qui se frôlent odeur de boue fraîchede jeune plantede mousse anciennel’arôme des iris qui pendent des grands gaïacsla broussaille qui enterreles trésors des mayasle vent qui gardela mémoire d’autres annéesqui semblent revenir du passétandis que le fleuve descendposémentcomme l’image du Dieu mayasur la pierre éternelle des ruines.   .     MARISA TREJO SIRVENT Poésie du Chiapas ... [Lire la suite]
lundi 5 mars 2018

LE BAISER

" Au- dessus de l’atelier de mon père était un vaste grenier sonore comme une cale de navire. Une large fenêtre, dominant toute la cour aux moutons, permettait de voir, au- delà des toits, par là-bas loin, le scintillement de la rivière, le sommeil des collines, et les nuages qui nageaient comme des poissons avec de l’ombre sous le ventre. On ne pouvait vivre dans le bas de notre maison qu'en rêvant. Il y avait trop de lèpre de terre sur les murs, trop de nuits qui sentaient le mauvais champignon, trop de bruits dans l'épaisseur des... [Lire la suite]
mardi 28 novembre 2017

MORCEAUX DE CIEL, PRESQUE RIEN...Extrait

Ecarte cette pierrede mon chemin, car ma fatigueest devenue trop vieille, j’ai perdu le sommeilje ne sais où, j’hésiteentre une chose et son contraire, jeje veux l’espaceet quelqu’un me repousse contre un mur,y a-t-il du bruitdans le dehors, du feu, des fruits très lourdssur les arbrestoutest si loin, tout me blesse, et cette pierreque je porte au ventre,arrache-là.     . CLAUDE ESTEBAN   .     Photographie Raoul Ubac      

lundi 7 août 2017

VENT D'EST

Chante mon coeur le chant du sable et de la pierreDu vent, de la pluie et de la vie qui passeDès l'aube, du désert, au chant des chameliersMonte la poussière d'un siècle qui s'effacePour partir...Et nos songes d'Orient bercés de caravanesEnfantés par les voeux mystiques des marchandsMontent vers toi, Soleil, pour dire la pavaneDes oiseaux qui saignent de trop pousser leur chantPour mourir...Chante mon coeur un air d'or et de turquoiseEnfanté par la voix des prêtres et des guerriersDans la plaine naviguent des âmes par milliersA... [Lire la suite]
dimanche 2 juillet 2017

SEUIL D'ERRANCE...Extrait

Je construis une balance pour équilibrer la norme et la folie le pendule et le chant du coq la parole d’explication et la poésie le travail inutile et l’oisiveté vitale l’obligation et l’acte libre l’usure et l’aumône Je construis une balance pour peser la glace et sa combustion le privilège et la misère ambulante dans le labyrinthe global dans l’impasse de l’arnaque sur la place des propagandes au jardin des pendus au cimetière disparu dans l’éclair et le tonnerre Je construis une balance pour le bourreau des lucioles et le... [Lire la suite]
lundi 26 décembre 2016

LA GARRIGUE

Sur la colline où s’enfièvrentMille milliers de grillonsMûrit le profond genièvreDans ses brasiers d’aiguillonsCroquant la rocaille en flamme,Sauge, aspic et lavandinForment un craquant jardinQui ne fournit que de l’âmeJ’y vais, la chaleur tombée,Faire des fagots subtilsPour inspirer mes flambésSous la broche et sous le grilJ’y cueille le thym brûlantEt des fleurs qui se surviventPour enchanter mes lessivesEt les nuits de nos draps blancsÀ moi fille des pâturesQuel vieux parentage grecA légué le goût du secEt des plantes à la dure?À... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
jeudi 17 novembre 2016

ECUME DES JOURS

Dans le ciel un oiseau  une tache blanche  pétale à l’horizon    étoile première  les dents du ciel mordent l’air  et récurent les griffures  solitudes   os blanchis  chair des jours nouveaux  au commencement  la fin du monde et l’autre encore  le blanc    le noir et la couture de l’histoire  écume des jours  silence blond  ronde des fleurs  la pluie ruisselle sur le visage  de la marelle  roulis et danse du grand fleuve  ... [Lire la suite]