dimanche 9 octobre 2011

PIERRE DHAINAUT

C'est face à l'océan qu'il faudrait naîtreafin que notre cri se mêle aux cris d'oiseaux,au grand matin de la conscience, de la louange,toujours nous serions disponibles. Une fois, une seule,ici, fût-ce par tempête, avons-nous pris peur,et la respiration, avons-nous cru pouvoirla contenir ? Un appel sans frontière,le monde, une arche, la mort s'y tiendrait à son rang...Murs ou fenêtres lisses, étroits, est-ce encoreune chambre, dès que l'on y ramène un nouveau-né?Nous n'osons pas le prendre entre nos bras :l'arche est-elle autre part... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 8 octobre 2011

SUR LE VIF PRODIGUE...Extrait

Confiance aux mains quand les regards défaillent,elles ont peur autant qu'elles espèrent,elles avancent : l'espace au bout des doigts,le temps d'attiser l'air nocturne, s'éclairenten chaque cicatrice, chaque silence, les premiers mots,un poème en connaît-il d'autres? Ceux qui nous engagentà leur ressembler, téméraires, vulnérables,à faire ainsi du moindre effleurement une rencontreen lui apportant la chair vive, une parole aimante. . . . PIERRE DHAINAUT . . .
Posté par emmila à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 8 octobre 2011

FRAGMENTS ET LOUANGES...Extrait

Ne cherche aucune issue, contente-toi de respirer. Etre présent, rendre présent le seuil ou le bord des falaises. Un jour entier sur la terrasse, transmettre, agrandir le matin. Il n'y a de secret que l'origine, l'offrande, la frondaison. . PIERRE DHAINAUT .  
Posté par emmila à 10:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 2 octobre 2011

PIERRE DHAINAUT

 Le souffle est aussi impérieux sous les portes                sur les caps, tu l'écouteras davantage                amener de très loin la vague immense qui déferle,                 les embruns qui se brisent, et tu écouteras de même ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 18 septembre 2010

JARDIN DE TRES BONNE HEURE

Jardin de très bonne heure,ce ne sont plus des chants de grivesqui le réveillent, mais l’espace à présent,puisqu’il a retenti, on l’écouteau-dehors à l’intérieur des souffles. Au cœur toujours et toujourson aborde, on ne désire que l’accord,on a bien le temps, celuique les orbes deviennentdes noms féminins comme les vagues. Ne pas troubler l’ordre du monde,marcher sur l’herbe, ce sont ces tachesdorées ou bleues, si rondes,nos seuls repères, le ciel, par la suite,sera aussi frais qu’au-dessus de la mer.Les fruits du sorbier sont-ils... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,